Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Peut-on faire la guerre aux pays non démocratiques ?


International
Lundi 1 Septembre 2014 - 12:40

Pourquoi l’Occident ne soutient-il pas l’idée d’une intervention pacifique de la Russie dans le conflit qui secoue actuellement le Sud-Est de l’Ukraine ? La réponse à cette question est à chercher dans la nature même des relations internationales.


Peut-on faire la guerre aux pays non démocratiques ?
Aujourd’hui, il est d’usage de penser que si un pays « plus démocratique » entre en guerre avec un pays « moins démocratique », c’est le premier qui détient la vérité et le deuxième qui se trompe – quelles que soient les causes du conflit. En se basant sur ces certitudes, le monde a justifié les horreurs commises par les colonisateurs occidentaux en Indochine et en Afrique dans les années 1950 aussi bien que l’intervention de l’OTAN en Yougoslavie. L’agresseur représentait un régime dit démocratique, et cela suffisait pleinement pour le blanchir aux yeux de la communauté internationale. Cette façon de « peser » les pays à la « balance démocratique » suscite toutefois beaucoup de questions mais, jusque là, personne n’a su exiger de réponses.

À l’heure actuelle, la « démocratie » signifie avant tout l’appartenance au club très select des pays occidentaux et de leurs alliés. Certes, l’Europe occidentale est réellement composée d’États démocratiques où le peuple peut encore exercer de l’influence sur le gouvernement, mais on ne peut pas affirmer la même chose de beaucoup d’autres pays et mouvements, pourtant considérés comme démocratiques. Pour beaucoup d’entre eux, « démocratique » signifie tout simplement « allié de l’Occident ».

Voilà pourquoi les moudjahidin afghans étaient considérés, dans les années 1980, comme plus démocratiques que les soviétiques ; voilà pourquoi les opposants armés au gouvernement syrien sont présentés aujourd’hui comme des démocrates. Mais une fois que ces mêmes hommes franchissent la frontière irakienne et se mettent à menacer Bagdad, ils perdent immédiatement leur statut de « démocrates » et acquièrent d’autres qualificatifs. Autre exemple : la Chine étant considérée comme un État peu démocratique, il est de bon ton, en Occident, de soutenir le mouvement de libération du Tibet.

Mais pourquoi, alors, n’y exige-t-on pas aussi la libération de la Catalogne et de l’Écosse – ou des régions de Donetsk et de Lougansk ? Théoriquement, les pays décrétés « démocratiques » ont une marge de manœuvre plus importante dans leurs actes même si, généralement, elle leur coûte leur souveraineté nationale. On peut ainsi supposer que si la Russie avait signé le troisième paquet énergétique qui ouvrait aux importateurs européens l’accès aux gazoducs de Gazprom, elle aurait été proclamée « démocratique ». On peut même imaginer que, dans ce cas, on lui aurait permis de défendre les Russes en Novorossia [Le 24 mai 2014, les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk se sont unies pour former les États fédérés de Nouvelle-Russie (Novorossia), ndlr].

Aujourd’hui, les États-Unis et les pays européens – prenons le cas libyen – pratiquent largement l’intervention militaire en la justifiant par les principes de la démocratie. Parallèlement, les pays décrétés non démocratiques ne sont pas autorisés à défendre leurs intérêts propres ou ceux d’autres puissances. Souvent, on leur refuse jusqu’au droit de se défendre, et il n’est pas exclu que, dans un avenir proche, on interdira unanimement aux États à l’orientation politique non-occidentale de réagir à des agressions à leur encontre.

Certes, le droit à l’auto-défense peut difficilement être aboli juridiquement, mais l’idée de la nécessité de cette mesure peut aisément être inoculée dans les esprits et considérée, peu à peu, comme une évidence absolue. Le moment n’est-il pas opportun pour relancer la discussion sur ce que c’est réellement la démocratie ?

Source:Reseauinternational


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Un procès (enfin) constructif du populisme de gauche https://t.co/xx81uC088v
Samedi 26 Mai - 23:18
Mediapart : Entre Israël et l’UE, les différends n’empêchent pas le business https://t.co/L2G4Ky4oV6
Samedi 26 Mai - 22:00
Mediapart : RT @dan_mdpt: A Paris, @pgraulle, @Matiatwitt et @michel_delean ont pris la vague militante. Lisez, c'est comme si vous y étiez... https://…
Samedi 26 Mai - 21:27
Mediapart : Marée populaire: à Paris, un méli-mélo réussi https://t.co/71w0G2A8Ku
Samedi 26 Mai - 20:46
Mediapart : RT @MediapartLeClub: Mercredi prochain, «le bal des espions» dans Mediapart Live https://t.co/FXdaBunqOR
Samedi 26 Mai - 17:09
Mediapart : Les débuts sulfureux de Sibyle Veil à Radio France https://t.co/SDZwaTz8m4
Samedi 26 Mai - 15:47
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09