Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pétrole : Le jeu dangereux de l'Arabie Saoudite


Economie
Lundi 6 Février 2012 - 19:34

Pour continuer à acheter la paix sociale, Riyad a choisi de faire monter les cours de l'or noir. Un choix qui n'est viable ni politiquement ni économiquement.


"hé bien, ça les garde au pas, du moins la plupart du temps."
"hé bien, ça les garde au pas, du moins la plupart du temps."
Seul pays à pouvoir prétendre contrôler le prix mondial du pétrole, l'Arabie saoudite a peut-être visé trop haut en se fixant pour objectif de le porter de 75 à 100 dollars le baril. Certes, le contexte international actuel renforce son emprise sur le marché à court terme. Mais, au niveau intérieur et extérieur, la stratégie saoudienne sème les graines de sa propre ruine.

Grâce à ses énormes réserves et à des coûts d'extraction relativement bas, Riyad a le doigt posé sur la jauge du brut mondial. Mais sa main obéit à des contraintes politiques internes. Le Printemps arabe a placé le régime wahhabite sous une pression réformiste sans précédent. Celui-ci a réagi en abreuvant la population d'avantages matériels substantiels, puisant l'an dernier 129 milliards de dollars (96 milliards d'euros) dans ses économies. Mais ces largesses anesthésiantes ne sont viables ni politiquement ni économiquement. Les Saoudiens, mécontents, ne se laisseront probablement pas acheter : au-delà des revendications matérielles, leurs doléances ciblent le conservatisme étouffant et l'inertie politique du royaume. Noyer le problème sous un flot d'argent pourrait même, à terme, renforcer les exigences de changement politique.

"La perspective de voir l'État rentier construire une économie productive s'éloigne de plus en plus"

Les révolutions arabes mettent une pression réformiste sans précédent sur le régime wahabbiste
Les révolutions arabes mettent une pression réformiste sans précédent sur le régime wahabbiste
Déséquilibre financier

Si, dans l'immédiat, ces dépenses calment la contestation, elles risquent de peser lourd à long terme. Selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI), les finances publiques saoudiennes ne peuvent désormais trouver leur équilibre qu'avec un baril à 80 dollars, contre 20-25 dollars il y a une décennie. Et ce seuil pourrait encore s'élever si le royaume continue de recourir à d'irréversibles dépenses pour régler chaque nouvel épisode de troubles. Alors qu'une part toujours croissante des revenus d'exportation est engloutie par la consommation, la perspective de voir l'État rentier construire une économie productive s'éloigne de plus en plus. En outre, Riyad ne devrait pas considérer comme acquise sa capacité à faire monter les cours. Les difficultés d'approvisionnement en pétrole libyen et iranien lui permettent de le faire sans avoir à limiter sa production dans une proportion qui pèserait trop sur les bénéfices. Mais cette situation ne durera pas éternellement, et le maintien du cours du pétrole à un niveau élevé va inciter les importateurs à limiter leur consommation.

En 2011, le cours moyen du brent a dépassé pour la première fois la barre des 100 dollars. Ce qui pourrait devenir une norme douloureuse, les revirements saoudiens empêchant une baisse des prix au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). L'économie mondiale va d'abord en souffrir, mais elle finira par s'ajuster avec le temps. Le marché s'adapte : les pays consommateurs réagiront en économisant et en investissant dans des sources d'énergie et des technologies plus performantes. Les préoccupations en matière de sécurité énergétique ou de changement climatique pourraient accentuer ce processus. La tactique de Riyad consistant à « s'acheter un délai » n'est pas prudente et pourrait au bout du compte générer davantage de problèmes, à l'intérieur comme à l'international.

Source : Financial Times


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : @GwLoas Il s’agit de la couverture du livre
Vendredi 21 Septembre - 21:12
Mediapart : Twitter et Facebook sommés de réviser leurs conditions d’utilisation https://t.co/lKHoel3CSv
Vendredi 21 Septembre - 20:46
Mediapart : Scandale des Rafale en #Inde : les déclarations de @fhollande à @Mediapart mettent à mal la version officielle du g… https://t.co/FVh0mNWiIJ
Vendredi 21 Septembre - 20:17
Mediapart : RT @LaurentMauduit: Que révèle l’affaire #Kohler? La haute fonction publique connaît-elle des dérives nombreuses? Lundi 24, de 12H à 13h30,…
Vendredi 21 Septembre - 20:16
Mediapart : RT @MediapartEN: François Hollande, his partner’s film, and the French fighter jet sale to #India https://t.co/D577GIo8ih #RafaleDeal
Vendredi 21 Septembre - 20:08
Mediapart : Ce samedi 22 septembre, Mediapart fête ses 10 ans à #Poitiers. Rendez-vous dès 13h ! https://t.co/um1lDm70GB
Vendredi 21 Septembre - 19:52
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09