Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Patrice Neveu, sélectionneur des Mourabitounes : « J’attends le match face au Liberia, déterminé et serein »‏


Sport
Lundi 26 Novembre 2012 - 10:21

Nommé à la tête de l’équipe nationale de Mauritanie le 03 février 2012, Patrice Neveu (58 ans) est à quelques jours de son premier match de compétition avec les Mourabitounes Locaux. Le technicien français aura à négocier un déplacement difficile à Monrovia, pour le compte de la manche aller des éliminatoires du CHAN ce dimanche 02 décembre. Face aux Lone Stars du Liberia, la tâche sera ardue dans un environnement hostile. Mais le défi ne fait visiblement pas peur à l’ancien sélectionneur de la Guinée Conakry, qui vient de retrouver son ancien pays d’accueil à l’occasion d’une opposition amicale entre les Locaux mauritaniens et ceux du Sily National. Avec Maurifoot, Patrice Neveu est revenu en détails sur ce match de préparation, mais aussi sur la double confrontation qui attend ses protégés. Entretien.


Patrice Neveu, sélectionneur des Mourabitounes : « J’attends le match face au Liberia, déterminé et serein »‏
Quelles sont vos impressions après ce match nul décroché en terre guinéenne ?

Mon premier constat est d’affirmer que ce match était nécessaire avant notre déplacement au Libéria. Ce résultat confirme les dispositions intéressantes de mon équipe lors de notre stage au centre Diambars (octobre 2012, ndlr) qui s’était soldé par deux matchs nuls et une victoire (face à Aspire et une sélection sénégalaise, ndlr). Quoi que certains puissent dire ou penser, nos adversaires à M’Bour étaient valeureux. Puis j’espère que ce match contre la Guinée sera comme prévu pris en compte par la FIFA afin de faire gagner des places à la Mauritanie dans le classement mondial FIFA.

Avez-vous été satisfaits de la prestation de votre équipe ?

Face à ce type d’adversaire, le collectif a mis en exergue le plan de jeu, les consignes et a parfaitement manœuvré pendant les 90 minutes. Mon équipe dans son ensemble fut très présente et solide dans l’aspect défensif et l’impact physique. De la première ligne d’attaquants à notre gardien de but, tous les joueurs ont bossé pour l’équipe. C’est pour moi une base fondamentale pour prétendre réussir.

Par rapport à votre système de jeu, on a vu que vous aviez aligné une ligne défensive composée de quatre gauchers... cela démontre t-il que vos possibilités sont très restreintes ?

Oui… pour le moment je n’ai pas pléthore de joueurs droitiers. Mes critères de choix sont la rentabilité du joueur mais aussi l’équilibre et la rentabilité du collectif. Deux gauchers dans l’axe n’est pas spécialement handicapant, si les joueurs sont mobiles et sur leurs appuis. Dans le geste défensif c’est pareil, mais cela demande une prise de conscience des joueurs et une grande concentration. Ils l’ont très bien fait contre la Guinée. À eux maintenant de continuer sur cette lancée.

Ce résultat nul face à la Guinée n’était pas plutôt dû à un mauvais match de l’équipe de Guinée ?

Mon expérience sur la scène internationale me permet d’évaluer non seulement la qualité de jeu de mon équipe mais aussi celle de nos adversaires. L’équipe Nationale Locale Guinéenne était au grand complet avec trois joueurs (dont le gardien) qui évoluent chez les A. Vous allez me dire en Guinée le Championnat n’a pas repris. Pour avoir été pendant trois ans le sélectionneur national de la Guinée Conakry, je peux vous affirmer que les équipes guinéennes ont repris les entrainements et compétissent entre elles. Le club de Horoya (celui qui a le plus de joueurs en équipe nationale) a joué cette année la coupe d’Afrique des clubs tout comme le club Séquence qui a participé à la Coupe des Confédérations CAF.

Puis comme nous, La sélection locale de Guinée se prépare pour son match éliminatoire pour le CHAN qui se jouera en décembre face au Sierra Léone. Dans le football pour avancer il faut avoir la capacité de reconnaitre ses lacunes, mais aussi le positif lorsque la tenue du jeu et la performance individuelle des joueurs sont de qualité. Pour moi la performance individuelle s’inscrit dans et pour le collectif. Ce critère draine également mes choix. Sur ce match amical, la Mauritanie a fait plus que contrarier le Guinée. Les réponses de mon collectif ont surpris les Guinéens. C’était la vérité de ce match amical international. Je sais qu’au Libéria ce sera un tout autre match et dans des conditions très différentes.

Vous teniez à avoir un match amical, vous l’avez obtenu. Mais est-ce suffisant pour être au top avant de défier le Liberia ? N’avez-vous pas besoin d’un second match de préparation ?

Vous savez, le football Mauritanien est en pleine reconstruction. Ma Fédération doit aussi gérer des réalités financières. Ainsi plutôt que de me plaindre, je préfère rester pragmatique.

La rencontre face à la Guinée s’est jouée sur une pelouse naturelle. C’est un facteur qui pourrait avoir son importance selon vous contre les libériens ?

Pour moi c’est le premier élément à prendre en considération. Sur herbe, tout est différent. Les prises de balle, les rebonds, les appuis, tous ces éléments varient encore plus si la pelouse est humide. Contre la Guinée, les joueurs ont pu se familiariser avec cette surface. Aussi, psychologiquement ils sont maintenant convaincus qu’ils doivent porter des chaussures à crampons vissés. Les chaussures sont l’outil de travail des joueurs. Ils doivent être bien dedans et les apprécier. Je le dis parce que j’ai dû imposer aux joueurs de porter des chaussures à crampons vissés et certains étaient réticents.

Sur le plan individuel, vos joueurs répondent-ils à vos attentes ?

Certains joueurs ont mis du temps à assimiler mes exigences, techniques, tactiques et mentales. Selon moi, la force d’une équipe réside dans sa façon d’agir et de répondre à l’adversaire collectivement, ensemble et au même moment. Le joueur Mauritanien doit être plus ambitieux pour son avenir en restant humble et travailleur. Il doit par ailleurs être convaincu de son potentiel et prendre conscience que seuls le travail aux entrainements permet d’élever son niveau suffisamment et la performance en matchs de valoriser ses qualités. Que sérieux, plaisir et ambition soient un assemblage à respecter pour devenir meilleur.

Vous avez fixé votre groupe à 20 joueurs. C’est un choix définitif pour le moment, ou d’autres peuvent encore intégrer votre effectif ?

La porte de l’équipe nationale locale est ouverte en permanence à tous les joueurs Mauritaniens. Seuls les actes comptent et je pense l’avoir démontré en prenant des joueurs évoluant en deuxième division ou des internationaux juniors. La concurrence est réelle au sein de la sélection nationale. J’ai fait mes choix personnels de joueurs match après match que j’ai pu suivre avec mon adjoint (Nicolas Santucci, ndlr). Au final, pour les joueurs je préfère les actes aux paroles. Seuls les comportements sur le terrain m’intéressent. J’apprécie les joueurs talentueux mais disciplinés. Les vingt joueurs qui forment le groupe pour le déplacement au Libéria ont tout fait pour s’imposer. Depuis dix mois je les observe. La concurrence doit être assimilée comme un moteur pour devenir toujours meilleur.

En attendant le match contre le Libéria dans une semaine, quel sera votre programme ?

Pour des raisons de calendrier international impliquant le FC Tevragh-Zeïna qui doit se rendre en Algérie pour son match retour de Coupe arabe des clubs et aussi le FC Nouadhibou pour sa rencontre en championnat, nous sommes dans l’obligation de reprendre les entrainements que le samedi 24 novembre au matin au stade Olympique. Ainsi, nous aurons à nous entrainer le 24 et 25 novembre, avant de quitter Nouakchott le lundi 26 pour le Maroc où nous passerons la nuit et continuer le lendemain en direction de Monrovia. Notre arrivée dans la capitale libérienne est prévue pour le mardi 27 novembre. Une fois sur place nous allons nous préparer jusqu’au jour du match contre le Libéria, le dimanche 2 décembre 2012.

Vous allez disputer votre premier match de compétition le 2 décembre prochain face au Libéria. C’est un moment important pour vous ? Avez-vous une idée précise de votre adversaire ?

Avec mon passé de coach international j’attends ce match déterminé et serein. Oui c’est un bon moment pour moi. J’adore la compétition, je me nourris de toute cette belle pression qui entoure ce match. C’est mon job, ma passion. Sur le Libéria j’ai des informations qui me font dire qu’il faudra, comme contre la Guinée, que mes joueurs soient très solides dans les duels et l’impact physique. Et également être omniprésent dans le jeu aérien.

Pour le match aller à Monrovia, votre stratégie sera-t-elle de défendre à tout prix ou d’attaquer pour prendre une belle option ?

Ma stratégie sera la qualification sur les deux matches. À Monrovia, nous partirons avec un plan de jeu très précis qui pourra se modifier selon le comportement de l’adversaire et nos forces du moment.

Un dernier mot pour le public mauritanien ?

Le peuple Mauritanien a longtemps été privé de compétitions. La Mauritanie revient sur la scène internationale après plusieurs années d’absence. Donc que chaque Mauritanien profite avec fierté de ce moment. Le soutien du public, voire un brun de chauvinisme pour les Mourabitounes sera de l’énergie supplémentaire et de la confiance qui fera avancer l’équipe. Mes joueurs et le Staff feront tout pour être présent au prochain tour en Juin (face au Sénégal, ndlr). Dans la vie il ne faut rien regretter… alors il nous faut tout donner pour tendre vers la réussite.

Propos recueillis par Brahim Sow Deïna
Pour MAURIFOOT


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
LaPresse
L'Equipe