Niger Air Base 201 à Agadez, la seconde plus grande base de drones armés US en Afrique


Actualité
Vendredi 27 Avril 2018 01:00

Les États-Unis accélèrent l’expansion d’un nouveau « front » au Sahel en établissant une base de drones armés General Atomics MQ-9 Reaper près de la localité d’Agadez, dans le Nord du Niger.



La base, dénommée Niger Air Base 201, est située à la lisière du Sahel et du Sahara, entre les limites méridionales des pays d’Afrique du Nord et les pays du Sahel.


C’est la seconde plus grande base de drones armés après celle de Djibouti sur le continent africain.


Le choix d’utiliser des drones armés intervient après un grave incident en octobre 2017 au cours duquel des éléments des forces spéciales US ont été tués en opération dans une embuscade meurtrière.


Niger Air Base 201 sera une base permanente qui acceuillera un nombre croissant de personnels militaires et de drones armés.


Le General Atomics MQ-9 Reaper block 5 est l’un des drones chasseurs tueurs les plus avancés dans l’arsenal US. Équipé d’un turbopropulseur de 950 cv et pouvant emporter des missiles Air-Sol AGM-114 Hellfire, des bombes guidées au Laser GBU-12 Paveway II, ainsi que des JDAM (Joint Direct Attack ), le MQ-9 peut atteindre une altitude de 15 000 mètres et une portée opérationnelle de plus de 1850 kilomètres, couvrant en théorie l’intégralité du territoire libyen, l’ensemble du Tchad, le Mali, le Burkina Faso, le Nigeria, une partie de la Mauritanie, le Golfe de Guinée, une partie du Sahara algérien (jusqu’aux  gisements d’hydrocarbures de Hassi Messaoud) et le sud de la Tunisie.


Si les opérations militaires incluant ces drones armés ne posent aucun problème en Libye ou dans les pays du Sahel, il en va tout autrement pour l’Algérie, pays qui refuse absolument l’ouverture de son espace aérien pour ce genre d’opérations en dépit de multiples pressions occidentales. Au point où certains cercles influents US s’interrogent  » Why we can’t just drone Algeria« 


Fait rarissime, l’Algérie a autorisé à des aéronefs de guerre français de survoler son territoire, contre une opinion publique résolument contre et enragée par une telle décision, lors de la guerre du Mali.


Indubitablement, la construction de cette base US près d’Agadez marque l’influence croissante des États-Unis dans ce qui était le pré-carré français, notamment après l’échec total des opérations françaises au Sahel dont le résultat a abouti certes à la sauvegarde de l’existence des États malien, nigérien et burkinabé mais la perte d’une partie non négligeable de vastes territoires au profit d’acteurs non-étatiques plus puissants que jamais.


Il semble également admis une fois pour toutes que le Sahel et la Libye sont le nouveau Afghanistan, un foyer chronique d’instabilité délibérément entretenu par des puissances tierces pour y intervenir militairement dans un cadre stratégique plus vaste incluant entre autres objectifs la lutte contre l’influence chinoise en Afrique mais également la mise au pas de cette région et son remodelage.
 














Crédit photos USAF