Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Mali : une enquête française vise un "parrain" corse lié à l'Afrique


International
Vendredi 28 Mars 2014 - 15:14

Le quotidien français "Le Monde" daté de vendredi fait état d'une enquête lancée par la justice française contre Michel Tomi, homme d'affaires corse à la tête d'un empire industriel en Afrique. L'affaire inquiète les milieux diplomatiques et pourrait impliquer plusieurs chefs d'État du continent, dont Ibrahim Boubacar Keïta et Ali Bongo Ondimba.


Mali : une enquête française vise un "parrain" corse lié à l'Afrique
D'après Le Monde daté du vendredi 28 mars, les juges Serge Tournaire et Hervé Robert enquêtent depuis plusieurs mois sur l'homme d'affaires corse Michel Tomi, 66 ans. Au bout des ramifications de son empire industriel : l'Afrique et certains chefs d'État notamment, dont il serait très proche. Selon le quotidien, la justice française, qui a ouvert une information judiciaire pour "blanchiment aggravé en bande organisée", "abus de biens sociaux" et "faux en écriture privée", soupçonne Tomi de blanchir en France une partie de l'argent gagné en Afrique. Et d'avoir impliqué dans son système quelques dirigeants locaux aujourd'hui au pouvoir. Le Monde rapporte en particulier plusieurs scènes accablantes pour le chef de l'État malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). La première remonte à avril 2012. Le futur président sort alors du restaurant parisien huppé "La Maison de la truffe" avec Michel Tomi avant de le serrer dans ses bras, le tout sous l'oeil de policiers en planque qui commencent à enquêter sur les liens entre les deux hommes. Dans les mois qui suivent, le "parrain" corse aurait "fournit des vêtements de marque" et payé à IBK "ses séjours à l'hôtel parisien La Réserve", le tout en mettant "à sa disposition des avions pour sa campagne présidentielle".

Déplacements et hébergement tous frais payés

Début septembre 2013, Michel Tomi aurait également assisté en toute discrétion à la cérémonie d'investiture d'Ibrahim Boubacar Keïta à Bamako. Les liens entre les deux hommes ne s'arrêtent pas là. Quelques mois plus tard, en décembre 2013, en marge du sommet Afrique-France à Paris, le président malien aurait effectué "un déplacement privé à Marseille", où il aurait été "pris en main par les hommes de M. Tomi". Et Le Monde de poursuivre : "plus récemment, du 8 au 10 février, M. Tomi héberge son ami, tous frais payés, dans une suite du palace parisien le Royal Monceau. Il lui procure aussi des véhicules haut de gamme". L'industriel corse aurait par ailleurs sollicité Bernard Squarcini, ancien patron de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, les services de sécurité intérieure français), désormais consultant en sécurité dans le privé, pour organiser la protection d'IBK. Enfin, selon Le Monde, le chef de l'État malien aurait aussi des parts dans la salle de jeu bamakoise du Fortune's club, propriété de Michel Tomi.

Ali et Sylvia Bongo Ondimba en vacances sur un yacht

Selon les enquêteurs français, les liens de Michel Tomi ne s'arrêtent pas au Mali. L'homme d'affaires corse serait aussi très implanté au Gabon, "où son groupe est basé et emploie 40 000 personnes ", rapporte Le Monde. Il y posséde également le PMU local. Des écoutes téléphoniques datant de 2007 ont mis en lumière "ses relations privilégiées avec la famille du président gabonais d'alors, Omar Bongo, et surtout son fils, Ali, à l'époque ministre de la Défense", poursuit le quotidien français. Si c'est grâce au sulfureux homme d'affaires qu'Ali Bongo Ondimba et sa femme Sylvia passent des vacances sur un yacht à Corfou (Grèce) en juillet 2013, l'influence de la famille Tomi "a reculé à mesure que celle du directeur de cabinet d'Ali Bongo, Maixent Accrombessi, grandissait", nuance Le Monde.

Source:JeuneAfrique


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Boris Boillon est aussi cité dans un autre volet du dossier libyen. Une affaire que l'hebdomadaire “Le Point” a pré… https://t.co/TQ0B2JUkFn
Mardi 22 Mai - 22:56
Mediapart : #CashInvestigation S'agissant de l'origine des billets de Boris Boillon, tous les regards se tournent aujourd'hui v… https://t.co/f0W4dcdr1c
Mardi 22 Mai - 22:55
Mediapart : Il a finalement été condamné. https://t.co/rjmtPfS0k9
Mardi 22 Mai - 22:53
Mediapart : Fidèle à lui-même, Boris Boillon a fait son numéro devant le tribunal. https://t.co/JXGfiWVFdU
Mardi 22 Mai - 22:53
Mediapart : #CashInvestigation C'est en août 2013 que @mediapart a révélé les 350 000 euros saisis en espèces, un mois plus tôt… https://t.co/GvvtZbtIEL
Mardi 22 Mai - 22:52
Mediapart : #CashInvestigation Claude Guéant a aussi ouvert, juste le temps de la campagne de 2007, une gigantesque chambre for… https://t.co/4YGtsQiS6T
Mardi 22 Mai - 22:49
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09