Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Les djihadistes syriens perdent leur principal financier


International
Mercredi 16 Avril 2014 - 14:59

Le chef des renseignements saoudiens vient d'être démis de ses fonctions. Il était très proche de l'administration Bush.


L’Emir saoudien Bandar Ben Sultan en 2007 (HASSAN AMMAR / AFP)
L’Emir saoudien Bandar Ben Sultan en 2007 (HASSAN AMMAR / AFP)

Les djihadistes syriens, déjà affaiblis par les coups de boutoirs de l’armée de Bachar Al-Assad, viennent de perdre, mardi 15 avril, leur principal financier : le très puissant chef des renseignements du royaume wahabite, l’Emir saoudien Bandar Ben Sultan, baptisé Bandar-Bush, dans le monde arabe, pour ses liens étroits avec l'ex-président américain George W. Bush. C'est à sa demande qu’il a été "démis de ses fonctions", a annoncé la chaîne de télévision saoudienne, El-Khabariya, sans donner davantage d’explications. Un décret royal a fait savoir que son adjoint, le général Youcef Ben Ali al-Idrissi était chargé de le remplacer provisoirement.

Dès le mois de février dernier, Bandar-Bush, avait été dessaisi du dossier syrien, au profit du ministre de l’intérieur, l’Emir Mohamed Ben Nayef. L’administration Obama n’appréciait guère les liens étroits que Bandar-Bush entretenait avec les groupes djihadistes syriens et irakiens. Et l'ancien patron du renseignement avait reproché, publiquement, à Obama de n’être pas intervenu militairement en Syrie. A- t-il été sacrifié sur l’autel du rapprochement timide entre Téhéran et Washington ? Probable. Nommé attaché de défense de l’Ambassade d’Arabie saoudite aux Etats-Unis en 1982, puis ambassadeur l’année suivante, il restera à ce poste jusqu'en 2005.

 
 

Durant toutes ces années il va se rapprocher de George W. Bush et Dick Cheney. C’est lui qui va convaincre l’administration américaine que l’Iran et le Hezbollah libanais étaient bien plus dangereux que les extrémistes salafistes. L’idée de monter un contre Hezbollah sunnite fait alors son chemin. Durant l’été 2007, environ 2.000 djihadistes, principalement saoudiens, s’opposent à l’armée libanaise, dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr el-Bared, au nord de Tripoli, la grande ville sunnite duLiban. Pour les services secrets de l’armée libanaise, ça ne fait aucun doute : l’Emir Bandar est derrière cette opération de déstabilisation du pays du Cèdre. Ces islamistes armés qui ont tenu tête pendant trois mois aux soldats libanais étaient-ils le noyau d’une future milice sunnite destinée à affronter le Hezbollah ?

Une destitution qui affaiblit les salafistes-djihadistes ?

Le bilan est lourd, le camp palestinien a été réduit en cendres. 163 militaires et autant d’islamistes ont perdu la vie. Plus de 200 combattants arabes, dont 100 Saoudiens, ont été faits prisonniers. Certes l’armée libanaise a fini par l’emporter mais sa victoire n’a pas été totale. Plus d’une centaine de djihadistes, dont le chef de Fath al-Islam, Chaker Absi, un Jordanien, se sont évanouis et n’ont jamais été retrouvés. Une source sécuritaire libanaise, a affirmé au "Nouvel Observateur", qu’il ne faisait aucun doute que les rescapés de Fath al-Islam, soient derrière les attentats aveugles, commis ce derniers temps dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah. Une réponse à la participation de la branche militaire du parti de Dieu, aux côtés de l’armée syrienne, que beaucoup de Libanais sunnites désapprouvent fortement. Les responsables politiques sunnites et chiites ont leur part de responsabilité dans l’escalade des attentats et affrontements armés entre les deux communautés. La destitution de l’Emir Bandar, qui usait de sa fonction pour soutenir les salafistes-djihadistes, va-t-elle permettre de les affaiblir ? Un peu. Dans les pays du Golfe, beaucoup de richissimes émirs (Mouhcinoune) se font un devoir d’accomplir une bonne action (hassana) pour le djihad, contre les chiites "hérétiques".

Source : Nouvel Obs



              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Affaire Ramadan: la date du récit d’Henda Ayari contredite par l’enquête https://t.co/TWoO3SmROt
Jeudi 19 Juillet - 20:16
Mediapart : La majorité se pique «d'évaluation», mais n'offre pas de garantie https://t.co/zzARM5Mzwj
Jeudi 19 Juillet - 19:02
Mediapart : Parcoursup: le président du département de Seine-Saint-Denis saisit le Défenseur des droits https://t.co/qXAlBWfeMX
Jeudi 19 Juillet - 17:51
Mediapart : RT @edwyplenel: Faux-flic cogneur de manifestant, Alexandre Benalla n’est pas n’importe quel collaborateur d’@EmmanuelMacron. De fait promu…
Jeudi 19 Juillet - 17:08
Mediapart : #Portfolio Aux USA, il existe une «zone de silence radio» pour permettre aux scientifiques de guetter une vie extra… https://t.co/RIFlk7dUpm
Jeudi 19 Juillet - 16:58
Mediapart : L’affaire Benalla sème la panique à l’Elysée https://t.co/FSURUAAh7G
Jeudi 19 Juillet - 16:32
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09