Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Le riz mauritanien : La frustration des producteurs nationaux


Mauritanie
Dimanche 17 Janvier 2016 - 21:40

Non seulement, l’Etat mauritanien a renié tous ses engagements vis-à-vis des riziculteurs nationaux, à qui il avait promis pourtant de racheter toute la production et de les protéger contre le riz importé, mais aujourd’hui, les producteurs font fasse à une spectaculaire chute du prix du riz qui selon eux, ne survient en général que lors de coups d’Etat, comme en 2005, 2006 et 2009.


L’avenir du riz mauritanien est en danger, compromettant ainsi l’effort national et celui des partenaires technico-financiers, consenti depuis des décennies. Ces sont ainsi des centaines d’études et de projets ayant coûté des milliards d’UM à la collectivité qui sont insouciamment passés à perte et profit, sabotant du coup toutes les stratégies et politiques d’autosuffisance alimentaire. La déception des producteurs mauritaniens du riz est aujourd’hui d’autant plus grande que l’Etat mauritanien semble avoir lâché le secteur.

Aujourd’hui, le gouvernement a renié ses engagements, se plaignent les producteurs, rappelant la promesse lancée par le président Mohamed Abdel Aziz lors de sa dernière visite dans le Trarza. Il avait solennellement déclaré que l’Etat mauritanien allait acheter l’ensemble de la production rizicole du pays pour encourager le secteur. Plus tard, le Premier ministre montera au créneau pour annoncer le désistement de l’Etat par rapport à cet engagement avant que le ministre des Finances ne se présente devant le Parlement, lors des dernières discussions sur le budget, pour dire qu’un tel engagement n’a jamais eu lieu.

Une telle cumulation de frustration poussera le président de l’Association pour la modernisation et la diversification agricole, Yahya Ould Beiba, d’épancher son amertume sur une contribution écrite publiée dans plusieurs sites d’informations. Il parle de la plus importante chute jamais connue par la production agricole en Mauritanie comparée aux années précédentes.

Selon lui, la production rizicole n’a jamais connue une situation aussi dramatique, sauf dit-il, lors de périodes troubles, comme les coups d’Etat où les hommes politiques sont occupés par des guerres de positionnement, citant les bouleversements politiques survenus en 2005, 2006 et 2009. Il dit reconnaître avec effarement que la situation s’est révélée encore pire à ce que les acteurs du secteur s’attendaient il y a encore quelques semaines. La production à l’hectare n’a pas dépassé dans le meilleur des cas, 2,5 tonnes, là où elle se situait les années passées à 5 tonnes. Ce qui selon lui dévoile les pertes énormes enregistrées par les producteurs eu égard à l’augmentation des charges par hectare.

Si pour un seul hectare, explique-t-il, les charges tournent autour de 450.000 UM pour une production moyenne de 5 tonnes, la charge de production d’une tonne équivaudrait à 90.000 UM. Cette valeur sera de 180.000 UM si la production d’un hectare ne produit que 2,5 tonnes, comme la situation actuelle, ajoute-t-il. Au prix de 73.000 UM la tonne de riz sur le marché local, avec des chutes possibles à chaque instant, il demande d’évaluer la pression liée à l’écoulement du produit, si l’on sait qu’il faudrait payer les créanciers, les travailleurs et dégager toutes les charges fixes. Pour Yahya Beiba, le secteur du riz vit une crise dramatique en l’absence de toute aide de l’Etat, lequel selon lui, aurait déserté toutes ses missions régaliennes, en s’abstenant de tout financement du secteur, de toute intervention contre les prédateurs et les ennemies de culture, de toute aide en matière d’engrais et d’intrants, de toute politique de rachat de la production.

MOMS

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : RT @MediapartES: #España: la llegada de pateras alimenta el mito de la «crisis» migratoria pese a su reducido impacto demográfico https://t…
Mardi 14 Août - 12:25
Mediapart : RT @LaRevueduCrieur: La police du futur. De la surveillance généralisée à l’autocontrôle. Une enquête de @MathieuRigouste à lire dans la Re…
Mardi 14 Août - 12:16
Mediapart : RT @edwyplenel: Au-delà du bras de fer diplomatique entre Trump et Erdogan, la crise monétaire turque est d’abord le résultat d’une perte t…
Mardi 14 Août - 12:15
Mediapart : RT @MediapartLeClub: Samir Amin: Pour une internationale des travailleurs et des peuples https://t.co/m7sWp4z3LM
Mardi 14 Août - 12:15
Mediapart : RT @Huberthuertas: 5eme volet de la série « Contes et légendes de la Ve République » sur @Mediapart . Pourquoi tout le monde se réclame de…
Mardi 14 Août - 09:57
Mediapart : De Gaulle à tous les étages https://t.co/VBX6bbp3jc
Mardi 14 Août - 08:46
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09