Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

La lutte contre la corruption frappe à la tête de l’armée chinoise


International
Samedi 22 Mars 2014 - 11:20

Chine Un ancien vice-président de la Commission militaire a été arrêté sur son lit d’hôpital.


La lutte contre la corruption frappe à la tête de l’armée chinoise
Un des plus hauts dirigeants de l’Armée populaire de libération (APL) dans les années 2000, le général en retraite Xu Caihou, a été spectaculairement arrêté samedi dans un hôpital de Pékin, rapporte le quotidien de Hong Kong "South China Morning Post". L’ancien vice-président de la toute-puissante Commission militaire centrale (CMC), 71 ans, y était soigné pour un cancer de la vessie en phase terminale. Il est soupçonné de corruption. Plusieurs douzaines de policiers en armes ont fait irruption à l’hôpital militaire 301, où sont traditionnellement soignés les dignitaires du régime. Xu Caihou a été emmené pour interrogatoire et est détenu en un lieu secret. Sa femme, sa fille et son secrétaire privé ont également été arrêtés le même jour.

Réformer une armée intouchable

C’est aussi samedi dernier que le nouveau maître du pays, Xi Jinping, qui cumule la direction du parti communiste, la présidence de la République et le commandement des forces armées, avait convoqué la première réunion d’un groupe de travail chargé de préparer une réforme en profondeur de l’APL, et ce n’est certainement pas une coïncidence. Xi a fait de la lutte contre la corruption un de ses chevaux de bataille. Or, l’armée a longtemps paru intouchable, dans un système où, selon la fameuse formule de Mao, "le pouvoir est au bout du fusil". "Qui oserait contrôler un véhicule militaire en Chine ?", ironise la population. Pressée, dans le cadre de la politique économique menée depuis 1978, d’être elle aussi rentable, l’APL a dû trouver des sources de financement souvent bien éloignées de sa mission naturelle. On la voit aujourd’hui propriétaire d’immeubles et d’entreprises, y compris des hôtels ou des boîtes de nuit… Cette plongée dans un capitalisme sauvage a généré une corruption sans précédent. Les achats de matériels militaires se prêtent évidemment au versement de commissions et de pots-de-vin, en Chine comme ailleurs. Les ennuis de Xu Caihou sont au demeurant liés à une enquête pour corruption qui vise un de ses poulains, l’ancien chef adjoint du département de la logistique, Gu Junshan, arrêté en 2012. L’ascension fulgurante du général Gu a mis en lumière un autre phénomène que Xi Jinping entend éradiquer : le commerce illicite des promotions au sein de l’APL. Les grades y sont en effet volontiers vendus au plus offrant : au plus on peut payer, au plus haut on peut espérer monter dans la hiérarchie. Gu Junshan fut lui-même un des bénéficiaires de cette pratique, avant de profiter de sa position pour s’enrichir considérablement. Et d’en faire profiter en retour son bienfaiteur, Xu Caihou.

Un allié de Bo Xilai

Depuis son absence remarquée à la session parlementaire de mars 2013, lors de laquelle il abandonna la vice-présidence de la CMC qu’il exerçait depuis 2004, pour partir à la retraite (il siégea également au Bureau politique de 2007 à 2012), on savait Xu Caihou sur la sellette. Ses liens avec Bo Xilai, l’ancien potentat de Chongqing condamné à mort avec sursis pour abus de pouvoir et corruption, le prédestinaient à en découdre avec la justice. D’aucuns pensaient, toutefois, que les autorités laisseraient la maladie l’emporter discrètement avant cela. Il n’en sera rien. Sans doute parce qu’il faut régler le cas Xu Caihou (contre qui les preuves seraient accablantes, selon le "South China Morning Post") pour pouvoir boucler le dossier ô combien juteux Gu Junshan. Et parce que la restauration d’une moralité au sommet et au sein de l’APL exige qu’on fasse des exemples en frappant les esprits.

Source:Lalibre


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : RT @MediapartLeClub: L’actu dessinée: un système de santé en soins intensifs? https://t.co/KJvQgkIADp @LaRevueDessinee https://t.co/N9uoye6…
Dimanche 23 Septembre - 16:27
Mediapart : RT @MatthieuSuc: Djihad: seulement 7 adultes de retour de Syrie en 2018, 64 depuis trois ans. Pourquoi les «revenants» ne reviennent pas ?…
Dimanche 23 Septembre - 13:23
Mediapart : Djihad: pourquoi les «revenants» ne reviennent pas https://t.co/67oal9oD0q
Dimanche 23 Septembre - 11:31
Mediapart : Toujours en accès libre, découvrez comment notre enquête au long cours sur l’affaire #Kohler nous a mené vers le po… https://t.co/nh5MDm2T3e
Dimanche 23 Septembre - 09:57
Mediapart : RT @mathieuperisse: A la CPAM de l’Ain, le fichage en guise de management Mon enquête @WeReport_eu à lire sur @Mediapart https://t.co/OaLH…
Dimanche 23 Septembre - 09:42
Mediapart : Le prénom de la haine https://t.co/ulAxDyITAF
Samedi 22 Septembre - 19:45
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09