La France est le nouveau « Partenaire Privilégié » des USA en Europe, et peut-être même dans le monde


International
Jeudi 26 Avril 2018 01:00


Autres articles

La dynamique géopolitique de la Nouvelle Guerre Froide a fait de la France – et ni du Royaume-Uni ni de l’Allemagne – le nouveau « partenaire privilégié » des USA en Europe à cause de l’influence pan-hémisphérique beaucoup plus étendue de Paris, et de sa place centrale dans le système d’alliances asiatiques que Washington est en train de mettre en place.
 
Les jours où le Royaume-Uni et l’Allemagne pouvaient être considérés comme les premiers partenaires des USA en Europe sont révolus et la France émerge désormais comme l’alliée principale de Washington sur le continent. Le Royaume-Uni est empêtré dans un chaos domestique suivant le vote en faveur du Brexit, et se retourne résolument sur lui-même au cours de la période indéfinie de transition et de ré-étalonnage de sa politique étrangère, en direction de l’UE et du Commonwealth britannique. Ceci a rendu la nation insulaire beaucoup moins attractive en tant que partenaire stratégique qu’à tout autre moment dans le passé, et contraint les USA à rechercher d’urgence un remplacement. L’Allemagne, qui recherchait cette distinction pendant les années Obama, a totalement perdu son éclat sous l’Administration Trump à cause des différences idéologiques et économiques entre les deux Grandes Puissances. En outre, le pays est inextricablement lié à la Russie de par le réseau européen de pipelines déjà existants et par ceux qui sont en cours de construction sous la Mer Baltique et sous la Mer Noire, ce qui la rend « stratégiquement peu fiable » du point de vue des calculs politiques à long terme des États-Unis.
 
Le temps est donc venu pour que les USA remplacent leurs « partenariats privilégiés » maritimes et terrestres avec le Royaume-Uni et l’Allemagne, respectivement, et la France remplit parfaitement ce rôle de par sa nature géostratégique hybride de nexus maritime et terrestre de l’Eurasie Occidentale.
 
Le pays est une puissance continentale en termes de l’influence dont il jouit vis-à-vis du sud de l’Europe (en particulier les pays des « PIGS », Portugal-Italy-Greece-Spain), et est aussi une puissance maritime à cause de son vaste héritage colonial en Afrique et dans certaines parties de l’Asie (surtout le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est). En fait, la France peut être considérée comme une superpuissance africaine malgré le fait qu’elle ne dispose pas vraiment de territoire sur le continent, en vertu simplement de sa puissance militaire et financière sur place au travers des deux systèmes de Franc Africain et de l’Opération Barkhane anti-terroriste et multinationale en cours à travers le Sahel, pour ne rien dire de son réseau de bases et de sa tendance historique à intervenir à sa guise sur tout le continent. Les USA n’ont pas de plus grand allié en Afrique que la France, et les deux Grandes Puissances coopèrent exhaustivement pour gérer ses affaires de façon hégémonique et tenter de « contenir » la Chine. De plus, ces deux pays pourraient sans doute coopérer au sein du « Corridor de Croissance Asie-Afrique » indo-japonais (AAGC, Asia-Africa Growth Corridor) et même intégrer les Émirats Arabes Unis dans ce cadre, du fait de l’importance croissante de ceux-ci dans la Corne de l’Afrique.
 
Cet angle d’analyse amène l’article à porter son attention sur l’importance stratégique de la France en Asie pour les USA. Paris se démène à hue et à dia pour récupérer son influence perdue au Moyen-Orient depuis longtemps, au travers de l’engagement de Macron dans la tentative de résoudre l’affaire Hariri l’année dernière et de la participation enthousiaste de son pays dans les dernières frappes sur la Syrie. Auparavant, la France avait ouvert une base aux Émirats en 2009 et entretient depuis d’étroits liens avec l’allié des Émirats au Conseil de Coopération du Golfe, l’Arabie Saoudite. Les composantes levantines et du Golfe Persique de la politique de Paris au Moyen-Orient donnent une perception de plus grand poids à la France, qu’elle a essayé d’utiliser pour exercer une influence plus importante sur l’Iran. De tous les cinq états mentionnés au Moyen-Orient, les Émirats sont néanmoins le plus important pour la France, parce que l’influence trans-régionale de la « Petite Sparte  » dans la Péninsule et ses environs proches de la Corne de l’Afrique s’assemble bien avec le rôle de mentor du Prince Héritier d’Abou Dhabi vis-à-vis de son homologue saoudien, faisant du pays l’une des puissances mondiales en plus rapide expansion.
 
Les Émirats Arabes Unis se sont beaucoup rapprochés de l’Inde au cours des dernières années tout comme la France, ce qui permet donc de parler d’une complémentarité stratégique trilatérale qui s’aligne parfaitement avec les intérêts des USA. Les Émirats abritent une communauté d’expatriés indiens conséquente qui fournit une main d’œuvre à bas coût pour cette puissance en développement, et Abou Dhabi a récemment déporté son partenariat historique avec le Pakistan sur l’Inde, du fait du refus d’Islamabad de prendre part à la guerre contre le Yémen. L’Inde a depuis joué un rôle important dans ce conflit en fournissant des services médicaux aux combattants blessés de la « coalition » et son Premier Ministre pro-US, Narendra Modi, a même visité le pays et annoncé les intentions de New Delhi de porter les liens entre les deux pays vers de nouveaux sommets. Il est donc évident pour les USA que l’allié émirati de la France constituerait une addition logique à l’AAGC indo-japonais, comme il dispose de ressources abondantes à investir sur le continent, et nourrit l’intention de le faire après s’être établi comme puissance dans la Corne de l’Afrique.
 
La France, pour sa part, possède avec l’Inde davantage un partenariat militaire qu’économique comme les Émirats, et les deux Grandes Puissances explorent actuellement plusieurs contrats d’armement l’une avec l’autre. Non sans rapport, Paris et New Delhi ont aussi récemment conclu un pacte militaire de type LEMOA (Logistic Exchange Memorandum Of Agreement) qui leur permet de se servir de leurs bases militaires réciproques, donnant donc en théorie à l’Inde un accès aux installations de la France à travers l’Afrique et surtout à sa base navale stratégique de Djibouti. La convergence des intérêts français, émiratis et indiens autour du goulot d’étranglement de Bab el-Mandeb reliant le commerce entre l’UE et la Chine pourrait devenir un facteur puissant dans la Nouvelle Guerre Froide et représente un système d’alliances émergent qui s’aligne avec les intérêts des USA d’une façon que ni le Royaume-Uni ni l’Allemagne sont à même de fournir. C’est pour ces raisons stratégiques à grande échelle et de grande portée impliquant l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud que la France devient rapidement le nouveau « partenaire privilégié » des USA en Europe, et l’un de ses alliés les plus importants au monde.



Andrew Korybko

 
Traduit par Lawrence Desforges, Global Presse
La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Andrew Korybko, Mondialisation.ca, 2018