Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

L’armée israélienne comme miroir de l’occupation: « Foxtrot » de Samuel Maoz


Culture
Mercredi 25 Avril 2018 - 15:30


 
Précédé d’une réputation de scandale politique, Foxtrot de Samuel Maoz arrive sur les écrans français le 25 avril. En mars, présenté en ouverture du Festival du film israélien de Paris, il a conduit l’ambassadrice d’Israël en France à bouder la séance et à se faire remplacer par une attachée culturelle.
 
Lion d’argent à la Mostra de Venise après avoir été sacré meilleur film étranger par le National Board of Review1, Foxtrot a représenté Israël aux Oscars — sans obtenir de récompense. En revanche, il a remporté l’Ophir, le prix le plus important du cinéma israélien.

Ces consécrations comme son accueil public n’ont pas été du goût de Miri Regev, ministre de la culture et des sports du gouvernement de Benyamin Nétanyahou et ancienne porte-parole de l’armée israélienne. Elle qui l’a considéré — sans l’avoir vu2 — comme attentatoire à l’image de l’armée israélienne, le qualifiant « d’auto-flagellation, de coopération apportée au narratif anti-israélien ». Et a saisi cette occasion pour remettre en cause les modalités de financement du cinéma israélien, déclarant  : « L’accord sur le [financement du] cinéma expire l’année prochaine, et je vous le dis maintenant, ce qu’il s’est passé ne peut pas continuer. Il y aura des surprises pour tous ceux qui pensent que nous allouerons le budget au même fonds de cinéma. »





 

Une contestation ancienne


  Foxtrot n’est pas le premier film à avoir déclenché la colère des autorités politiques du pays. Le cinéma israélien, à côté d’une production où le patriotisme s’est longtemps taillé la part du lion, a développé une vision contestataire de l’armée en particulier à l’intérieur d’une école dite de la « Nouvelle Sensibilité » (en référence à la Nouvelle Vague française). Après la guerre israélo-arabe de 1973, la remise en cause du mythe de l’éthique de l’armée s’est muée en lame de fond. Que ce soit avec le film d’un tout jeune homme de 21 ans, Yaky Yosha dont Shalom, la prière de la route (1974) commence par une voix off qui nous assène : « Vous voulez savoir pourquoi on n’est pas heureux ici ? Parce que voilà cinquante ans que, nuit et jour, la guerre se poursuit, de sorte qu’on n’en voit ni le début ni la fin (...) J’espère qu’un jour la jeunesse se rendra compte que quelque chose cloche dans ce pays. »3 ; ou encore avec La Colline Halfon ne répond plus (1976) d’Assi Dayan (le fils du général Moshe Dayan) dans lequel le réalisateur développe une critique acerbe de l’institution sur le mode ironique du MASH de Robert Altman. Seize ans après, Dayan, tout rire éteint, récidivera avec La Vie selon Agfa dans lequel les soldats sont montrés non seulement comme des racistes, mais aussi comme des assassins. Scandale assuré.
 
Samuel Maoz s’inscrit dans cette tradition et, prenant l’armée pour sujet — si ce n’est pour cible — poursuit dans la voie initiée en 2011 avec Lebanon où il nous avait claquemurés dans un char afin de suivre les péripéties de l’agression israélienne au Liban en 1982. Ce premier film avait obtenu le Lion d’or à la Mostra de Venise. À côté d’une nouvelle génération où l’on retrouve Elia Suleiman, Joseph Cedar, Ari Folman et l’indomptable Avi Mograbi, il prend place parmi les cinéastes israéliens qui interrogent les conflits dans lesquels leur pays a été engagé, les dévastations que ceux-ci ont engendrées pour les Palestiniens, et insiste sur les dérèglements comportementaux qu’ils ont déclenchés chez les soldats qui y ont pris part.


Un repoussoir détestable


Avec Foxtrot, on est donc loin des productions des années 1950 et 1960 comme les emblématiques La colline 24 ne répond plus de Torweld Dickinson (1955) ou Il marcha dans les champs de Yossi Milo (1967) dans lesquels la guerre contre les Palestiniens était légitimée sans état d’âme, au nom de l’idéal sioniste. Depuis, le désenchantement est advenu. Un désenchantement qui ne concerne pas seulement l’armée mais l’ensemble de la société israélienne, sa vie politique chaotique, ses scandales à répétitions, son racisme ordinaire et létal, ses oubliés du développement économique, son agressivité militaire permanente et le sentiment d’être assiégé qui la conduit à confier le pouvoir à des nationalistes le plus souvent corrompus et corrupteurs4. Valoriser ou critiquer les militaires à l’écran, c’est valoriser ou critiquer Israël dans son mode de fonctionnement et dans les valeurs qu’elle prétend incarner. C’est ce que souligne le chercheur Thomas Richard lorsqu’il affirme sur diploweb.com  : « Cette représentation de film en film pèse lourdement sur la façon dont est envisagé Israël lui-même, l’armée de conscription universelle apparaissant comme le miroir de l’État, de ses forces comme de ses défauts, et se trouve, au gré des productions, encensée ou présentée comme un repoussoir détestable de sauvagerie. »

À rebours d’un naturalisme stérile assumant un formalisme convaincant et usant d’une symbolique puisée à diverses sources, cinématographiques comme picturales (Victor Vasarely est par exemple convoqué pour « dépeindre » le désarroi d’un personnage), Maoz s’y entend pour produire cet effet spéculaire qui fait de l’armée le miroir d’Israël. Pour y parvenir, il choisit de donner à son film la forme d’une parabole. Dans toutes les séquences, les actes accomplis ou les propos tenus par les protagonistes de l’histoire dépassent leur sens immédiat pour s’inscrire dans un canevas plus vaste qui pourrait se résumer par cette simple question : « Que sommes-nous devenus ? » ou, plus trivialement : « Quel chemin avons-nous pris pour nous retrouver dans une telle impasse ? »


La vie morose dans un checkpoint


Des interrogations dont est porteuse la poignée de soldats que Samuel Maoz confine à un checkpoint entre une camionnette hors d’état de marche sur laquelle s’étale le visage naïf et souriant d’une blonde dégustant un cornet de glace (réminiscence iconique de Bagdad Café ?) et un château d’eau grisâtre. Âgés de vingt ans ou moins, se demandant ce qu’ils font là, ces militaires pour trois ans se gavent de récits du passé, tant leur présent est devenu insipide et inconsistant et tant leur avenir a des couleurs moroses. L’un d’eux, pour se convaincre de son utilité, s’essaye à un timide « Je combats ». Phrase immédiatement moquée par un autre.

Ces conscrits qui piétinent dans la boue de l’hiver, s’ennuyant ferme en écoutant une radio crachotante et enfermés le soir dans une casemate qui sert de cantine et de dortoir et s’incline de plus en plus vers l’abîme (le message ne peut-être plus limpide), jouent le rôle de sentinelles dérisoires plantées au bord d’une route qui parait s’enfoncer vers un territoire inconnu, donc forcément dangereux. De fait, tous ceux qui en arrivent sont d’emblée suspects. Le tout au milieu d’un décor à la perspective abrogée, un paysage glauque d’après l’Apocalypse, rappelant tout à la fois celui du Stalker d’Andreï Tarkovsky et celui de Matrix des frères Wachowski. Un endroit où il ne fait pas bon être relégué et où tout peut arriver, y compris qu’un dromadaire solitaire traverse la « frontière » d’un pas certes désœuvré, mais pas moins que l’instrument du destin.

Foxtrot se déroule dans deux univers que tout distingue. Le premier est celui, cossu et rassurant, d’une famille bourgeoise de Tel-Aviv à qui des militaires viennent annoncer que leur fils a été tué en sautant sur une bombe. La réaction est immédiate et attendue, entre sidération et déchirement, douleur et colère. L’autre se situe précisément dans ce checkpoint du bout du monde, illustrant parfaitement ce que le journaliste et écrivain Dave Eggers a ressenti en franchissant ces innombrables barrages qui pourrissent la vie des Palestiniens et recèlent une potentialité meurtrière5 : « Dans toute la Cisjordanie, nous avons franchi des postes de contrôle sur la route, vu des camps de réfugiés, notre voiture a été fouillée par des soldats en uniforme israélien, juste sortis de l’adolescence. Remplissant à peine leur treillis, ils ont tour à tour l’air blasés ou terrifiés. Et, comme la plupart des jeunes de 19 ou 20 ans, ils sont enclins à l’irrationalité, aux sautes d’humeur et au doute. De trop nombreux cas d’abus de l’armée sont un mélange de règles à la base — l’essence inhumaine de toute occupation — et de caprices : de très jeunes soldats prenant de mauvaises décisions. »

De mauvaises décisions, Yonatan, le héros malgré lui de Foxtrot et ses camarades ne vont pas manquer d’en prendre. Comme l’humiliation infligée à un couple de Palestiniens qui se rend à un mariage et que l’on oblige à descendre de leur véhicule et à rester sous la pluie au risque de détremper leurs vêtements, de ravager le maquillage et la coiffure de la femme et de déconsidérer l’homme impuissant à aider sa compagne. Moment qui n’est pas le plus dramatique du récit. Le pire adviendra alors que l’on aura pu croire, un instant seulement, que l’humanité refaisait surface et qui réactivera le conflit et sa prime part de désastres individuels et collectifs. Une bavure qu’on camoufle, qu’on enterre littéralement comme Israël, encouragé par ses leaders politiques, à l’instar de Miri Regev, cherche à enterrer tous les effets et conséquences de cette guerre qui ne dit pas son nom, ce conflit qui s’éternise et dont les victimes, à n’en pas douter, sont d’abord les Palestiniens, comme en attestent encore récemment les tueries lors des manifestations pacifiques des habitants de Gaza revendiquant le droit au retour.


Danser sur place


À la toute fin du film, les deux univers paraissent se ressouder. La famille s’est reprise à espérer grâce à une erreur sur l’identité du défunt. Mais lorsque les uniformes s’imposent de nouveau, les Parques ont réellement pris leur dû. Le drame qu’on croyait avoir évité donne toute sa mesure, s’expose dans toute sa cruauté. Il n’est définitivement plus possible à Tel-Aviv, dans la belle maison d’architecte, d’ignorer ce qui se passe au-delà de la « ligne verte »6.

Maoz n’est jamais en surplomb de ses personnages. Il ne nous accorde aucune distance à l’égard de leurs démêlés, de leurs altercations, de leurs doutes. L’émotion s’impose grâce à cette proximité, sans que pour autant l’empathie nous submerge au point d’abolir notre jugement. Un exercice sur le fil conduit sans faiblesse.

Et, si le titre interroge, la solution de l’énigme saute aux yeux dès qu’on voit un soldat, saturé de désœuvrement, agiter comme un pantin son fusil d’assaut et se lancer dans une démonstration grotesque de foxtrot, danse de salon dont la particularité est de pouvoir être exécutée dans un espace contraint et où, par déplacements successifs, on repasse où l’on est déjà passé. La parabole est toujours à l’œuvre : Israël, en dépit des déclarations de ses politiciens, ne fait que du surplace tout en s’évertuant à donner l’impression, par des gesticulations, qu’il bouge et progresse. Une position statique qui n’est pas sans conséquence douloureuse pour sa jeunesse et pour ceux avec lesquels il devrait se décider à vivre en paix plutôt que de les craindre au point de prendre une canette de soda pour une grenade dégoupillée. Et de tirer.



Jean Michel Morel/OrientXXI



 
1Le National Board of Review (NBR), appelé aussi National Board of Review of Motion Pictures est un organisme fondé en 1909 à New York pour protester contre le retrait de permis d’exploitation de films par le maire de l’époque George Brinton McClellan Jr. Depuis 1929, il décerne chaque année les National Board of Review Awards (NBR Awards) qui récompensent les meilleurs films de l’année.
2En 2016, la ministre avait quitté la cérémonie de remise des Ophirs pour protester contre la lecture d’un poème du poète palestinien Mahmoud Darwich. En 2017, elle n’a pas été invitée par les organisateurs.

3Ariel Schweitzer, Le cinéma israélien de la modernité, L’Harmattan, « Champs visuels », 1997.

4« Je pense que quelque chose de très malencontreux est survenu chez les responsables d’Israël (..). Il y a une défaillance majeure dans le système politique qui laisse dorénavant penser que tout ce qui n’est pas illégal est casher », dit Efraim Halevy, ancien directeur du Mossad, dans The Time of Israël du 28 mars 2018.
5Dave Eggers, Un royaume d’olives et de cendres, Robert Laffont, 2017. Dave Eggers collabore au New Yorker, au New York Times et au Guardian.
6NDLR. Ligne de cessez-le-feu (tracée au crayon vert, d’où son nom) sur une carte d’état-major en 1949 ; également appelée « frontière(s) de 1967 », elle est toujours la référence, notamment citée par le Conseil de sécurité de l’ONU (résolution 2334 de 2016) pour fonder la frontière entre Israël et un futur État palestinien.
   


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Budget 2019: champagne pour les entreprises, des miettes pour les ménages https://t.co/gDsCv6y2ZA
Lundi 24 Septembre - 22:32
Mediapart : De l’art et de la manière de truquer le débat économique https://t.co/80h3ElUKZd
Lundi 24 Septembre - 21:18
Mediapart : RT @edwyplenel: [ÉDITION SPÉCIALE] Le projet de loi de finances 2019 est construit autour d’un immense cadeau fiscal de 18,8 milliards € au…
Lundi 24 Septembre - 21:11
Mediapart : #Budget 2019: un enfumage à grande échelle https://t.co/xunhXIwtxa https://t.co/g3QA7cv0hb
Lundi 24 Septembre - 21:07
Mediapart : Un an après, les résultats des réformes sur le capital se font attendre https://t.co/4ol98a8P8r
Lundi 24 Septembre - 20:04
Mediapart : RT @LaurentMauduit: De l’art et de la manière de truquer le débat économique via @Mediapart https://t.co/LxAecsjseU
Lundi 24 Septembre - 20:00
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09