Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Economie : Le patronnat mauritanien exhorte l'état à moins "harceler" les entrepreneurs


Mauritanie
Jeudi 12 Novembre 2015 - 23:30

En manque cruel de liquités, avec une activité économique ralentie par une imposition étouffante, les autorités désespérées continuent d'en rajouter, de façon démesurée, entraînant les fermetures de sociétés, et les départs d'investisseurs. Le chef du patronnat, Ahmed Baba Azizi, devant leurs ministères de tutelle, la BCM, et le représentant de la Banque Mondiale, il y a deux semaines, a tiré la sonnette d'alarme, en exhortant l'état à infléchir sa politique d'impôts, destructrice d'emplois et de richesses.


Rencontre entre l'UNPM et le MEDEF en mai 2012. Crédit: DR
Rencontre entre l'UNPM et le MEDEF en mai 2012. Crédit: DR

Ce n'est pas un discours anodin: il y a une dizaine de jours, le président de l'union nationale du patronnat mauritanien (UNPM), Ahmed Baba Azizi, rappelait aux autorités que la pression fiscale sans précédent exercée sur les entreprises nationales et étrangères grèvait l'emploi et l'investissement. D'autant plus qu'aux yeux du patronnat mauritanien, cette pression ne semble pas se concrétiser dans le développement du pays.

"Nous n'avons aucun interlocuteur, surtout pas avec une administration de développement, intéressée à mettre un terme aux suspicions existant entre les secteurs public et privé; le harcèlement auquel l'administration en général, et les services fiscaux en particulier, exposent les opérateurs économiques, tous secteurs confondus, alors qu'il n'y a pas de développement, sans un secteur privé fort et partenaire effectif dans le processus de développement; enfin l'ingérence grave et inacceptable de certaines autorités dans les opérations de renouvellement de ses instances syndicales" affirme-t-il longuement.

"Il est nécessaire e vital d'activer la concertation entre l'Etat et le secteur privé, en sa qualité de véritable moteur de la croissance, et la recherce des voies et moyens permettant de tirer profit des avantages multiples et divers, qu'offre la complémentarité entre les secteurs public et privé" continue le président des patrons, après avoir rappelé, dans un bref historique, l'accession de la Mauritanie (en 2008), au 168ème rang (l'an précédent étant à la 176ème place), des pays ayant le plus amélioré leur environnement d'affaires.

Visiblement inquiet à l'époque que la Mauritanie puisse à nouveau dégringoler dans l'échelle d'estime des investisseurs potentiels, Ahmed Baba Azizi urge les parties présentes à cette journée, d'apporter des réponses pérennes, concrètes et "justes" (terme revenant souvent dans son discours sur les questions "essentielles et fondamentales" de la justice, de la transparence dans le domaine des marchés publics, "l'application juste, stricte et équitable des textes réglementant l'économie nationle, dont doivent bénéficier l'ensemble des opérateurs économiques sans exception aucune", et la fixation d'une durée précise pour le paiement des créances sur l'état, et le respect de ces délais, de manière stricte et juste.

Sans l'amélioration de ces agrégats permettant de juger de la qualité de l'envitonnement des affaires d'un pays, "il sera difficile d'attirer de nouveaux investisseurs" conclut-il.

Une extrapolation de la théorie des impôts de Laffer

Le substrat du message est on ne peut plus clair : "Laissez les entreprises travailler en paix et prenez-leur ce qu'ils doivent au développement de notre société, mais pas plus, et surtout pas si développement il n'y a pas". C'est une prudente parabole par rapport à la théorie sur les impôts d'Arthur Laffer, qui fonde l'idée que la relation positive entre croissance du taux d'imposition et croissance des recettes de l'État, s'inverse lorsque le taux d'imposition devient trop élevé.

Lire la suite

Mamoudou Lamine Kane
Mozaikrim

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Les militants de La République en marche confient leurs déceptions https://t.co/qYlCyjEEeY
Mardi 18 Septembre - 20:01
Mediapart : Dans le Lot-et-Garonne, un barrage «type Sivens» est contesté en justice https://t.co/OcFRW9aYJN
Mardi 18 Septembre - 18:45
Mediapart : RT @MediapartLeClub: Revenu universel d’activité, un nom scandaleux, un projet dangereux https://t.co/9GNwbNuvmB @atterres
Mardi 18 Septembre - 16:35
Mediapart : Philippe Meirieu: «Blanquer ne va pas faire progresser l'école» https://t.co/DdhkFPuwuF
Mardi 18 Septembre - 13:04
Mediapart : Les groupuscules néonazis n’ont jamais été aussi menaçants au Royaume-Uni https://t.co/qks6glzAoU
Mardi 18 Septembre - 09:45
Mediapart : Depuis six mois, les postiers du «92» entretiennent la grève https://t.co/XJgasCqlia
Mardi 18 Septembre - 08:33
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09