Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Dialogue : Maître Ould Maham accuse, le Forum récuse


Mauritanie
Mercredi 23 Avril 2014 - 10:08

C’est déjà une forme de dialogue me diriez-vous. Certes, mais pour être plus efficace et surtout pour mettre à profit le temps qui nous épare de la date des élections présidentielles (21 Juin), force est de constater que le rythme actuel des « négociations » pour convenir des procédures du dialogue, ne mènera nulle part. Que faut-il faire pour changer le rythme et aller vers des résultats concrets? Beaucoup d’observateurs politiques pensent que le dialogue souffre de plusieurs tares congénitales.


Au centre Sidi Mohamed Ould Maham, Ministre de la communication et des relations avec le parlement, en compagnie d'une délégation du FNDU menée par Yahya Ould Waghef
Au centre Sidi Mohamed Ould Maham, Ministre de la communication et des relations avec le parlement, en compagnie d'une délégation du FNDU menée par Yahya Ould Waghef

La première est liée à l’absence, quasi-totale, de confiance entre le Président Aziz et les principales personnalités leaders de l’opposition radicale et du Forum. A ce niveau, il s’agit d’opposition « physique » entre des personnes physiques, et non d’opposition d’idées ou de programmes politiques.

Elle ne peut donc disparaître, ou être contournée, que par entente directe entre ces personnes, dont les motivations et les intérêts, se situent hors du champ politique. Ici, les notions d’Etat, d’intérêt suprême de la nation, de démocratie, d’unité nationale, ou de développement, n’interviennent que pour servir des intérêts personnels.

 

La deuxième tare provient de la qualité et du niveau de « légitimité » des « délégués » au dialogue. D’un côté, le pouvoir choisit un Avocat, dont l’unique souci, et c’est logique, est de faire  gagner « son client «  et empocher les plus gros honoraires. Or, on sait que ce même avocat a déjà « défendu et fait gagner» ce même client, face aux mêmes « accusés », on se doute bien que, même sous le costume de Ministre, cet avocat-là se débarrassera difficilement de sa robe.
 

De l’autre côté, le Forum est représenté par celui, que le même pouvoir, grâce aux talents du même avocat, a délesté publiquement des fonctions de Premier Ministre qu’un certain Président élu lui avait confiées en toues légalité. Qu’est-ce qui a changé, par rapport à 2008, pour inverser le rapport de force en faveur de la victime d’hier? Pas grand-chose, en réalité, sauf quelques tentatives de rapprochements avec... la Majorité que ADIL a initiées et qui n’ont pas connu le succès escompté.

 

La troisième tare, dont souffre le dialogue, réside dans le fait que le Premier Ministre et « son » ministre de la communication, ne semblent pas avoir les mêmes soucis de réussite du dialogue, ou en tout cas n’en donnent pas l’impression dans leurs déclarations publiques et leurs relations avec les représentants du Forum.

 

Pour faire redémarrer le dialogue, il y a lieu de commencer par entamer deux mini-dialogues, l’un entre le PM et son Ministre, l’autre au sein du directoire du Forum pour revoir la composition de sa délégation.
 

En attendant, les consultations parallèles peuvent se poursuivre.

 

Ould El Metrouche



              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
L'Equipe