Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Damas dément être derrière les attentats en Turquie, neuf suspects arrêtés


International
Dimanche 12 Mai 2013 - 13:16

Neuf personnes, toutes de nationalité turque, ont été arrêtées en Turquie à la suite du double attentat à la voiture piégée qui a fait 46 morts samedi à Reyhanli, près de la frontière syrienne, a annoncé dimanche 12 mai le vice-premier ministre turc, Besir Atalay. Le ministre de l'intérieur, Muammer Guler, a déclaré que l'attentat avait été commis par un groupe connu des autorités turques et ayant des liens directs avec le Moukhabarat, les services secrets syriens.


Des policiers sur les lieux de l'attentat qui a fait 46 morts dans la ville de Reyhanli en Turquie, le 11 mai.
Des policiers sur les lieux de l'attentat qui a fait 46 morts dans la ville de Reyhanli en Turquie, le 11 mai.
Le régime syrien a toutefois démenti toute implication dans cet attentat meurtrier, réfutant ainsi les accusations d'Ankara. "La Syrie n'a pas commis et ne commettra jamais un tel acte car nos valeurs ne nous le permettent pas", a affirmé le ministre syrien de l'information, Omrane Al-Zohbi. "Nous avons été attristés par la mort de martyrs" samedi, a ajouté le ministre. "C'est [Reccep Tayyib] Erdogan qui doit être questionné sur cet acte (...). Lui et son parti en assument la responsabilité directe", a poursuivi M. Zohbi, qualifiant le premier ministre turc d'"assassin".

"NOUS DEMANDERONS DES COMPTES"

Le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a de son côté mis en garde les auteurs de l'attentat, d'où qu'ils viennent. "Les coupables en paieront le prix, qu'ils viennent de l'intérieur ou de l'extérieur du pays", a-t-il dit aux journalistes lors d'un déplacement à Berlin. Plus tôt dans la journée, il avait souligné la "coïncidence" entre ces attaques et une "accélération" des efforts pour résoudre la crise syrienne, avec notamment une visite prévue du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, à Washington le 16 mai. Il a souligné que ces attentats ne modifieront pas la politique d'accueil de la Turquie vis-à-vis des réfugiés. "Quiconque se réfugie ici est notre hôte", a-t-il dit. La Turquie soutient les rebelles syriens et accueille quelque 400 000 réfugiés.

M. Arinç, également porte-parole du gouvernement, avait auparavant estimé que le régime de Damas et le président syrien, Bachar Al-Assad, étaient suspectés. "Avec leurs services de renseignement et leurs groupes armés, ils font certainement figure de suspects habituels pour la mise en œuvre, et davantage encore pour l'instigation d'un plan aussi démoniaque", avait déclaré M. Arinç. Il a rappelé que les autorités turques avaient déjà imputé aux services de renseignement syriens un attentat à la voiture piégée qui avait fait 17 morts et 30 blessés le 11 février au poste-frontière de Cilvegözü, proche de Reyhanli. "Quel que soit l'instigateur ou l'auteur, quelle que soit la force dont il dispose, nous demanderons des comptes", a prévenu M. Arinç.

"SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE ET LES AUTORITÉS TURCS"

Les réactions internationales n'ont pas tardé à pleuvoir après le drame. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, s'est exprimé par voie de communiqué : "Ces nouvelles horribles nous touchent tout particulièrement, nous tous qui travaillons en partenariat étroit avec la Turquie." Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé de son côté que "les coupables soient rapidement identifiés et traduits en justice".

Le président français, François Hollande, a exprimé "sa solidarité avec le peuple et les autorités turcs". "Nous nous tenons aux côtés du peuple de Turquie", a aussi commenté le chef de la diplomatie britannique, William Hague, dans un message sur Twitter. La Coalition nationale de l'opposition syrienne a dénoncé quant à elle une tentative par le régime de Damas de "se venger de la population turque et de la punir pour son honorable soutien au peuple syrien".

Source : AFP


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : «Jeu de dupes» autour du rapport CAP 2022 https://t.co/uPprFimE46
Lundi 23 Juillet - 09:32
Mediapart : La suspension provisoire des débats, loin de donner l’image d’un groupe majoritaire habile, est le dernier avatar d… https://t.co/pXYdtFBgmQ
Lundi 23 Juillet - 09:26
Mediapart : Rainy Leonor, le pied de nez d’une sans-papiers dans l’Amérique de Trump https://t.co/81bAYsakPN
Lundi 23 Juillet - 08:15
Mediapart : #AlexandreBenalla a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans la soirée, ainsi que Vincent Crase et… https://t.co/73OFITGym0
Lundi 23 Juillet - 00:12
Mediapart : Informé dès le 2 mai, Gérard Collomb a couvert les agissements d'Alexandre Benalla https://t.co/0cswDy3prq
Dimanche 22 Juillet - 22:31
Mediapart : RT @AnttonRouget: Comment le « Premier flic de France » a couvert les faux policiers de l’Élysée pour protéger @EmmanuelMacron Notre réci…
Dimanche 22 Juillet - 21:38
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09