Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Daech frappe la jeune démocratie tunisienne


International
Jeudi 26 Novembre 2015 - 11:28

La troisième fois en un an. La Tunisie a de nouveau été touchée mardi. Cette fois, c'est un car de la garde présidentielle qui a explosé sur la grande avenue Mohammed-V de la capitale. Le dernier bilan fait état de 13 morts, dont probablement le kamikaze, et 20 blessés. L'État islamique a revendiqué mercredi l'attentat.


Après l'attaque du Bardo (22 morts) le 18 mars et celle de Port el-Kantaoui, près de Sousse, le 26 juin (38 morts) - toutes deux déjà revendiquées par l'organisation État islamique (EI) -, cet attentat est le troisième à frapper la Tunisie cette année. «Selon les premiers détails, l'attaquant portait un sac dans le dos.

Il avait un manteau et portait des écouteurs. Il s'est fait sauter en montant à bord du bus», a déclaré à la station de radio Shems FM Hichem Gharbi, responsable de la sécurité présidentielle. Le ministère de l'Intérieur évoque 10 kilogrammes d'explosifs militaires. L'auteur de l'attaque serait un Tunisien identifié comme Abou Abdallah al-Tounissi.

Daech a publié une photo de cet homme, habillé de blanc et portant la ceinture d'explosifs, le doigt levé, la tête et le visage couverts par un foulard.

L'explosion a eu lieu à 17 heures, heure de sortie des bureaux sur l'avenue Mohammed-V, une des plus grandes artères de la capitale, et à quelques pas du ministère de l'Intérieur. Le bus devait emmener les gardes présidentiels au palais de Carthage pour leur prise de service.
La frontière avec la Libye fermée
 
Dans la soirée de mardi, le président Béji Caïd Essebsi a annoncé la mise en place d'un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin sur le Grand Tunis «jusqu'à nouvel ordre». Il a également décrété l'état d'urgence sur tout le territoire tunisien.

Ce dernier, déjà mis en place début juillet après l'attaque de Sousse, avait été levé le 2 octobre dernier. Les autorités tunisiennes ont annoncé la fermeture des frontières avec la Libye pour quinze jours.

Depuis la révolution de janvier 2011, la Tunisie doit faire face au développement du terrorisme. Premier pays pourvoyeur de djihadistes à l'étranger (Syrie, Libye…), elle voit aussi les groupes infiltrer son propre territoire.

Plusieurs dizaines de militaires et de policiers ont ainsi été tués ces dernières années. En juillet 2014, 15 soldats avaient trouvé la mort sur le mont Chaambi (au centre-ouest), dans ce qui était devenu le pire assaut du genre dans l'histoire de l'armée tunisienne.
  
Réfugiés dans les massifs montagneux du centre-ouest du pays, ces groupes djihadistes étaient à l'origine en lien avec Okba Ibn Nafaa, qui a porté allégeance à Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique). Mais des dissidents ont prêté allégeance à l'EI et formé un nouveau groupe, Ajnad al-Khilafa. L'influence de l'État islamique se fait de plus en plus forte depuis le début de l'année, alimentée par l'instabilité du pays voisin, la Libye.

Un berger de 16 ans décapité
 

Dernièrement, Ajnad al-Khilafa a choqué la Tunisie à travers l'histoire de Mabrouk Soltani, dont il a revendiqué le meurtre. Accusé d'être un «indicateur», ce berger de 16 ans, qui emmenait ses bêtes paître sur le mont Mghila, dans la région de Sidi Bouzid (centre de la Tunisie), a été décapité le 13 novembre. Les terroristes ont demandé à un jeune garçon de 14 ans qui l'accompagnait de rapporter sa tête à sa mère.

Un de ses cousins, Nessim Soltani, s'est exprimé à la télévision, dénonçant l'absence de l'État et des conditions économiques difficiles qui pourraient encourager les jeunes à rejoindre les djihadistes: «Ils ont voulu l'acheter! Et ils sont capables de nous acheter tous, nous les jeunes de la région, des jeunes marginalisés, des jeunes analphabètes, des jeunes qui ne savent même pas comment parler, des jeunes chômeurs. J'ai arrêté l'école quand j'avais 16 ans. À cause des conditions financières. Nous vivons à un degré de pauvreté au-dessous du zéro.»

Lefigaro.fr


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Un procès (enfin) constructif du populisme de gauche https://t.co/xx81uC088v
Samedi 26 Mai - 23:18
Mediapart : Entre Israël et l’UE, les différends n’empêchent pas le business https://t.co/L2G4Ky4oV6
Samedi 26 Mai - 22:00
Mediapart : RT @dan_mdpt: A Paris, @pgraulle, @Matiatwitt et @michel_delean ont pris la vague militante. Lisez, c'est comme si vous y étiez... https://…
Samedi 26 Mai - 21:27
Mediapart : Marée populaire: à Paris, un méli-mélo réussi https://t.co/71w0G2A8Ku
Samedi 26 Mai - 20:46
Mediapart : RT @MediapartLeClub: Mercredi prochain, «le bal des espions» dans Mediapart Live https://t.co/FXdaBunqOR
Samedi 26 Mai - 17:09
Mediapart : Les débuts sulfureux de Sibyle Veil à Radio France https://t.co/SDZwaTz8m4
Samedi 26 Mai - 15:47
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09