Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Banques : Les frais bancaires, plus chers en Afrique subsaharienne ?


Economie
Mardi 27 Novembre 2012 - 19:00

En l’absence de contrat d’ouverture de compte et de transparence, un comparatif scientifique entre les frais pratiqués d’une banque à l’autre, d’une région à l’autre, ne peut prétendre à l’exhaustivité. Mais qui de la zone euro, du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne charge le plus les clients ?


Banques : Les frais bancaires, plus chers en Afrique subsaharienne ?
Alors que 16 services bancaires sont gratuits au Maroc depuis mai 2006, un flou artistique régne en zone CFA. Les frais de tenue de compte bancaire y sont plus élevés comparés au Maghreb et à l’Europe. L’opacité, la multiplication des services et des formules, et surtout l’absence de contrat d’ouverture de compte (exigence pourtant légale) liant le banquier à son client, ne permet pas de confirmer ce sentiment assez partagé auprès des spécialistes. Comme partout ailleurs, en Afrique de l’Ouest, les services bancaires ont pris le chemin de la sophistication en marche. L’abonnement e-banking coûte en moyenne 2340 f CFA (3,5 euros) par mois chez la Société Générale Sénégal. En outre, la filiale de la SG applique à ses clients 10% de frais sur des retraits GAB autre que les siens. Au Maroc et en France, la facture du retrait d’un GAB du réseau interbancaire (n’appartenant pas la banque du client) est de 6 dirhams (0,6 euros).

De même, sur tous les transferts reçus de l’extérieur du Sénégal, sont appliqués 0,5% de frais de transferts en plus d’une taxe de 0,6%. Sur chaque virement local, il y a 100 f CFA (0,15 euros) destinés à la Bceao. Alors que l’ouverture, la clôture des comptes, la délivrance de chéquiers, l’envoi de relevé de compte mensuel et le versement d’espèces sont gratuits au Maroc depuis 2006, dans la zone couverte par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, la plupart de ces prestations basiques sont onéreuses. Ainsi, en Côte d’Ivoire, la BACI applique 22 000 f CFA (33,5 euros) de frais de clôture de compte chèque ou compte d’épargne. Inutile de rappeler que le livret A en France est gratuit, défiscalisé et accessible à partir de 5 euros.

Frais de tenue de compte

En ce qui concerne les frais de tenue de compte, les marocaines appliquent des tarifs compris entre la fourchette de 100 dirhams (10 euros) (Banque Populaire) par an et 240 dirhams (24 euros, BMCI, filiale BNP). En Côte d’Ivoire, ces frais de tenue de compte varient sur une base mensuelle de 1 100 f CFA (1,67 euros) à la BNI à 5 500 f CFA (8,3 euros). En France, les frais de tenue de compte sont de 3,8 euros (Banque Postale, l’une des moins chères de l’Hexagone). Bien évidemment, la plupart des frais liés aux prestations basiques (ouverture, clôture, relevés mensuels,) sont gratuits.

Orientés vers la baisse

Mais, en dépit de leur cherté actuelle, les frais bancaires sont orientés vers la baisse grâce la concurrence très forte entre les banques, indique Sow Ousseynou, Secrétaire Exécutif du Club des Dirigeants de Banques et Etablissements de Crédit d’Afrique. «Il faut savoir que dans la zone UEMOA, les conditions de banque sont libéralisées, la banque centrale ne s’occupe plus de cela. Mais, vu la concurrence, la tendance est à la baisse, voire à la suppression de ces frais de tenue de compte».

Mais encore faut-il que la Banque centrale joue son rôle en obligeant les établissements bancaires à afficher leurs prix à l’instar du Maroc et de la France (affichage obligatoire des tarifs dans les agences bancaires).

Car, pour le moment, si les frais sont orientés vers la baisse, peu de banques sont encore tentées par la gratuité. La nigériane UBA, qui applique 0% de frais de tenue de compte depuis son arrivée au Sénégal, il y a deux ans ne fait pas encore d’émules. Sachant qu’au Sénégal et dans la zone Uemoa, il y a des agences bancaires dont les charges sont essentiellement payées par les frais de tenue de compte, il est peu probable que la tendance à la baisse s’accélère.

MBF
Pour lesafriques.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Au Burkina-Faso, les groupes terroristes gagnent du terrain https://t.co/pLBQlrxKxv
Jeudi 20 Septembre - 21:01
Mediapart : De nouvelles turbulences en vue à la Fédération française de tennis https://t.co/HYgBfNO5Ec
Jeudi 20 Septembre - 19:46
Mediapart : A Marseille, les mineurs étrangers sont baladés d’hôtel en hôtel https://t.co/Ot2HMtWw7u
Jeudi 20 Septembre - 18:31
Mediapart : RT @MediapartLive: [REPLAY] – « Dans la littérature africaine, l’imaginaire est bien différent de ce qu’ont pu croire les occidentaux. Il y…
Jeudi 20 Septembre - 18:04
Mediapart : Fraude fiscale: les «députés-avocats» LREM accusés de conflit d’intérêts https://t.co/Fb6dgR3zWS
Jeudi 20 Septembre - 17:25
Mediapart : Gérard Noiriel: «On a changé le nom du peuple» https://t.co/3TpIVRlHLC
Jeudi 20 Septembre - 14:18
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09