Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

3 questions à Souleymane Ould Haïmoud: «Il n’y a pas de politique culturelle en Mauritanie depuis l’avènement des hommes en treillis au pouvoir»


Culture
Samedi 24 Décembre 2011 - 19:56

En mal de reconnaissance en tant qu’artiste plasticien en Mauritanie, Jules, de son vrai nom Souleymane Ould Haïmoud, a fini par prendre ses outils de peinture pour émigrer en Éthiopie. Dans ce pays, il a accédé à une reconnaissance de son travail d'artiste, en six ans. De passage en Mauritanie, Jules parle de ses débuts chaotiques en terre islamique de Mauritanie, de sa vie d’artiste en Éthiopie, et de ses projets.


3 questions à Souleymane Ould Haïmoud: «Il n’y a pas de politique culturelle en Mauritanie depuis l’avènement des hommes en treillis au pouvoir»
Qu’est-ce qui peut vraiment pousser un artiste plasticien mauritanien à aller s’installer en Éthiopie?

La Mauritanie n’a jamais eu de politique culturelle, du moins depuis l’avènement des militaires au pouvoir dans notre pays. Un pays dans lequel les responsables du ministère de la culture n’ont pas de respect pour les artistes. Plusieurs fois, ces hommes et ces femmes m’ont insulté en me renvoyant à la figure: «Nous savons que tu es un artiste, mais après que veux-tu qu’on en fasse?».

Comme j’en avais marre maintenant de me faire insulter dans les couloirs du département de la Jeunesse , de la Culture et des Sports, j’ai ainsi décidé d’aller me cultiver artistiquement en terre éthiopienne. Et je ne vous apprends rien en disant que l’Éthiopie est le 2ème berceau de la culture africaine après l’Égypte. Et j’y suis dans ce pays depuis six ans. Un séjour artistique qui m’a permis d'apprendre beaucoup de choses, de tisser un vaste réseau professionnel et surtout une large ouverture sur le monde.

Où est-ce que cette ouverture sur le monde vous a conduit?

Je vous répondrai un peu partout dans le monde. C’est le lieu de rendre à Allah, qui m’a conduit vers ce merveilleux peuple éthiopien. Des gens qui ne savent pas faire la différence entre un citoyen et un étranger. Pour eux, je suis désormais l’un des leurs. Ils m’ont complètement adopté. Et avant d’y aller, j’avais d’ores et déjà fait des expositions à Nouakchott et en France. Mais c’est à partir d’Addis-Abeba que j’ai eu des opportunités d’aller exposer mes tableaux dans plusieurs pays voire villes, entre autres, Dakar, Paris, Tokyo Londres, New York, Boston, Munich,… En 2012, j’ai plusieurs projets d’expo notamment au mois de février à Londres. Et depuis un certain temps, je prends part chaque année au festival de l’art de la rue de Paris

Quels sont vos autres projets?

J'ai quelques projets en Mauritanie. Certes, certains mauritaniens ne veulent pas de toutes les personnes dérangeantes à leurs yeux, mais qu'ils sachent que ce pays appartient à tous les enfants de la Mauritanie. Mon frère et ami Béchir Malum et moi envisageons de construire un conservatoire des beaux-arts à Nouakchott. Parce que je ne vais pas de sitôt oublier tout ce que Béchir et moi avons enduré pour nous frayer un chemin artistique en terre islamique de Mauritanie. Nos parents ont tout fait pour nous décourager de faire carrière en art plastique. Pis, les dirigeants du pays ne font rien pour faciliter la tâche aux jeunes artistes peintres mauritaniens. C’est pour ces différentes raisons que nous avons jugé nécessaire de conjuguer nos efforts pour mettre en place une structure spécialisée dans l’enseignement de l’art plastique en Mauritanie, qui pourrait éventuellement aider nos jeunes compatriotes qui voudraient nous emboîter le pas dans la peinture. En Éthiopie, je m’occupe de l’enseignement des enfants atteints du VIH/SIDA en arts plastiques à travers un projet de l’UNICEF. Pour le compte d’un autre projet, je donne aussi des cours de teintures aux séropositives éthiopiennes.

Propos recueillis par El Madios Ben Chérif


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Recherche
Mediapart : Affaire du fichage: Pascal Pavageau, le crash d’une comète à la tête de FO – par @Matiatwitt. #Démission #Fichage https://t.co/keBEug45Lw
Mercredi 17 Octobre - 22:08
Mediapart : RT @MediapartLive: «Dans le rapport nature/culture, la nature a toujours été mis du côté des femmes. Quand on se nourrit de lectures fémini…
Mercredi 17 Octobre - 21:43
Mediapart : RT @Matiatwitt: On estime à des dizaines de milliers de femmes tuées parce que sorcières, dans l’histoire... une histoire masquée par le fo…
Mercredi 17 Octobre - 21:36
Mediapart : RT @MediapartLive: Pourquoi lier les combats féministes, anticapitalistes et écologiques est une mauvaise manière de poser le problème de l…
Mercredi 17 Octobre - 21:32
Mediapart : RT @MediapartLive: Camille Ducellier: «Les sorcières étaient certes des victimes, mais ce qu’elles suscitaient était aussi une forme de pou…
Mercredi 17 Octobre - 21:26
Mediapart : RT @MediapartLive: «La sorcière était une sorte de paroxysme de la femme et de tout ce qui était détestable chez la femme. Aujourd’hui, on…
Mercredi 17 Octobre - 21:21
ALAKHBAR : Combien d’anguilles, sous la roche ?: Un premier pas vers des élections non… https://t.co/dX037mWjPQ #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : Après la Mauritanie, le Français Bolloré est soupçonné de corruption au Togo et… https://t.co/pGjTyDkJO0 #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 15:42
ALAKHBAR : La Mauritanie, notre pays, ne nous reconnaît pas (Habitants de M. Ahmeidett… https://t.co/DgbhuucI2n #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 08:08
ALAKHBAR : La Mauritanie pénalise l’utilisation des sachets plastiques souples: L… https://t.co/VQuvXVwHsR #Mauritanie
Mercredi 25 Avril - 06:55
ALAKHBAR : Est Mauritanie : la malnutrition frappe les enfants des Adwaba: La malnutrition… https://t.co/rDl29GFSWt #Mauritanie
Lundi 23 Avril - 12:47
ALAKHBAR : Mauritanie : L’opposition prédit des élections "de confrontation": Mohamed Ould… https://t.co/KstUlIWk6e #Mauritanie
Samedi 21 Avril - 18:09