Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

regularisation des fonctionnaires radiés de 1989 : L'état signe un chèque pour solder le dossier


Actualité
Dimanche 23 Septembre 2012 - 14:08

«Le gouvernement mauritanien va régulariser la situation administrative de 786 fonctionnaires agents de l’Etat et 184 policiers ‘’victimes des violences et exhortions de biens qui avaient visé les Négro-mauritaniens en 1989» a annoncé Maty Mont Hamady, ministre de la fonction publique et de la modernisation de l'administration.


regularisation des fonctionnaires radiés de 1989 : L'état signe un chèque pour solder le dossier
Depuis que l’Etat a pris la décision de régler le dossier du passif humanitaire le processus a eu du mal à se réaliser comme il faut.

Des lenteurs aux allures de blocages se sont manifestées en cours de route faisant perdre l’espoir à beaucoup de victimes notamment dans les rangs des fonctionnaires et agents de l’Etat dont des policiers radiés en 89.L’ANAIR qui pilotait le dossier avec les autorités de tutelle avait ouvert un registre pour l’inscription de candidats à la régularisation transmise pour vérification aux services concernés.

Environ 1.136 personnes s’étaient inscrites; mais dans certains cas il s’est posé un problème de retrouver des traces concrètes prouvant l’authenticité des réclamations. Il fallait trouver des moyens de contrôles là où des archives ont été détruites par des mains malveillantes. Le temps passait et les ayant droits continuaient à demander la régularisation de leurs situations soit pour la réintégration dans leurs fonctions d’origine pour ceux qui ont encore l’âge requis et pour le versement des droits à la retraite à ceux qui ont atteint l’âge de se reposer. Les organisations de défense des victimes se sont mobilisées à toutes les occasions pour demander à l’Etat de parachever ce volet en plus de la résolution des questions comme l’enrôlement des rapatriés, l’amélioration de leurs conditions de vie et la restitution de leurs terres.

Lors de sa sortie à Atar au mois d’août, Mohamed Ould Abdel Aziz avait laissé entendre que le dossier des fonctionnaires radiés était en passe d’être réglé intégralement. Un mois après, il vient de connaitre son épilogue avec cette mesure prise en conseils des ministres ordonnant aux autorités compétentes de régulariser cette situation. Une mesure qui vise selon les termes du communiqué à résoudre ce qui reste du dossier du passif humanitaire.

Dans ce cadre, Maty Mint Hamady, la ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration a expliqué que : «Le gouvernement mauritanien va régulariser la situation administrative de 786 fonctionnaires agents de l’Etat et 184 policiers ‘’victimes des violences et exhortions de biens qui avaient visé les Négro-mauritaniens en 1989». Et Mint Hamady de préciser : «Cette décision a été prise sur la base des instructions du président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz visant à tout mettre en œuvre pour renforcer l’unité nationale et la cohésion sociale. Et la régularisation rentre dans le cadre du règlement du passif humanitaire marqué par une demande officielle de pardon de l’Etat aux familles des disparus, une cérémonie en mémoire des morts (organisée le 25 mars 2009 dans la ville de Kaédi) et l’indemnisation des victimes de l’armée et de la garde nationale)»

Une enveloppe de 713 millions d’Ouguiya pour réparer…

Révélant le montant de l’indemnisation, Maty Mint Hamady a laisse entendre que le processus de règlement va mobiliser une enveloppe de 713 millions de nos ouguiyas (soit environ 2,33 millions de dollars américains. La ministre n’a pas manqué de rappeler que les bénéficiaires de cette régularisation notamment enseignements, policiers, personnel de santé et diverses catégories d’agents de l’Etat ont été identifiées sur la base de d’une opération menée par l’ONS (Office national des statistiques), le ministère de la Fonction publique en collaboration avec plusieurs missions diplomatiques mauritaniennes à l’étranger. Mais pour autant le processus est loin d’être clos. Des centaines d’anciens militaires victimes des purges ethniques attendent d’être indemnisés. Des milliers de réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali sont toujours situation de déguerpis. Sans compter les demandes de mise sur pied d’une commission d’enquête réclamée par les ONgs des droits de l’homme.

Camara Mamady
Pour le rénovateur
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires