Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

le sens de la responsabilité historique


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 29 Mai 2012 - 00:50


Autres articles
le sens de la responsabilité historique
Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) a fini par se rendre à l’évidence et par reconnaitre qu’il n’est pas le maître des lieux dans le Nord malien. Des semaines après le retrait des troupes régulières maliennes et sa déclaration précipitée d’indépendance, il signe avec l’organisation salafiste jihadiste d’Ançar Eddine, celle que dirige Iyad ag Ghali, un chef traditionnel Ifoghas, prédicateur et intermédiaire pour l’Etat malien dans les prises d’otages d’occidentaux.
 
Ce samedi, le MNLA et Ançar Eddine ont signé un accord donnant naissance à une République Islamique de l’Azawad. Le mouvement fondamentaliste réussit ainsi à imposer aux «laïcs» du MNLA, le projet d’un Etat où la loi islamique sera appliquée.
On voit déjà ce que cela donne dans le Nord malien, avec notamment les interdictions qui se suivent : de vendre ou de boire l’alcool, de fumer les cigarettes, de sortir en couple la nuit, pour les femmes de sortir non accompagnées, de se découvrir, de porter les tenues traditionnelles qui laissent entrevoir des parties du corps… Pas de quoi pavoiser. Les écoles sont fermées, les dispensaires aussi, les commerces… les salariés ne sont pas payés, le service public ne fonctionne pas, la sécurité n’est pas là…

Les milliers de citoyens maliens, toutes ethnies confondues, abandonnés par leur Etat et qui ont choisi de rester chez eux et de résister souffrent aujourd’hui l’expérimentation d’un Etat fasciste, soi-disant islamique, un Etat qui ne leur apporte qu’une misère de plus : le diktat de la foi. Avec tout ce qui va avec de privations, d’arbitraires, d’horreurs au quotidien…
L’accord signé entre les deux organisations touarègues – MNLA et Ançar Eddine – prévoit la création d’un conseil provisoire de la Shura qui sera dirigé par Iyad Ag Ghali et dont les deux tiers seront composés de son organisation, le tiers restant revenant au MNLA. Pas question d’engagement sur la question de la présence de «combattants étrangers» sur le sol de la «jeune République», ceux de AQMI ou du MUJAO que Ançar Eddine traite comme des «frères réduits à l’exil par des Etats scélérats aux ordres des ennemis de l’Islamique».
 
Le nouvel Etat est donc né sur la base d’une volonté belliqueuse envers ses voisins, voire envers le monde. Que faut-il faire ?
Pour la Mauritanie, la situation est porteuse de sérieuses menaces, l’essentiel des combattants des organisations jihadistes venant de notre pays et affichant des ambitions d’y imposer ses lois un jour. La menace est d’autant plus forte que l’aigreur des discours politiques pourrait l’inspirer et la justifier. L’attaque de Lemghayti en juin 2005 a eu comme justification première, la solidarité avec les «pauvres frères, esseulés, subissant la répression aveugle d’un régime à la solde de l’étranger».
Notre pays se doit de redoubler les efforts en matière de sécurisation des frontières, de vigilance, de renseignements, de préparation, tout en s’abstenant cependant de s’attaquer de front aux organisations terroristes qui ont désormais des adresses connues.
 
Le front intérieur doit être renforcé au plus vite. Cela demande une forte prise de conscience des différents acteurs, Pouvoir et Opposition. En ces heures lourdes de menaces, il est demandé à chacun de faire une concession sur soi, de lâcher un peu de son amour-propre. Depuis les dangers qui ont accompagné sa naissance en 1960, la Mauritanie n’a jamais été aussi mise en danger par une menace venant de l’extérieur.
 
En 1960, tout était à créer : l’Armée, l’Administration, la conscience de soi, celle de l’indépendance, l’unité du pays… La volonté de quelques hommes a permis d’imposer la réalité du pays à son environnement, puis au monde. Elle a su insuffler la foi aux premiers bâtisseurs de la jeune République. Le fruit de l’effort commun, ce fut la République Islamique de Mauritanie jouant pleinement son rôle de terre de convergence, de paix et de fraternité. L’humilité fut la qualité première de cette Mauritanie-là.
Nous avons aujourd’hui une Armée qui a fait sa mue depuis quelques trois ans, qui est devenue un rempart sécurisant après avoir été longtemps atteinte par la gangrène généralisée du corps social et politique. Nous avons l’expérience de cet Etat qui est désormais le nôtre depuis la mauritanisation de son administration au début des années 60. Nous n’avons rien d’autre que cet Etat. Nous le savons et nous devons être prêts à tout donner pour le préserver et le sécuriser.
 
Un peu d’humilité conduira les uns et les autres à se dire qu’il existe des moments où le sens de la responsabilité doit être supérieur au reste. Ce moment est venu.

Mohamed Fall Oumere

oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter