Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

l n’y a plus d’Etat, c’est la débandade


Société
Dimanche 16 Août 2015 - 14:40

Il n’y a plus d’Etat. C’est littéralement la débandade à tous les échelons de la République. Président, ministres, parlementaires, préfets, élus locaux, ont tous capitulé devant la racaille qui entend faire la loi dans le pays. Un sans papiers a dorénavant plus d’autorité qu’un policier qui a perdu tous ses moyens d’action.


l n’y a plus d’Etat, c’est la débandade
Et si la France reste un Etat de droit, cela ne signifie aucunement qu’elle fait respecter la loi républicaine, cela veut dire qu’elle défend en  priorité les droits des voyous. C’est ainsi que trois policiers viennent encore d’être violemment agressés au Jardin des Tuileries, donc en plein cœur du Paris touristique et en plein jour, par une bande de vendeurs à la sauvette, clandestins pour la plupart.
 
Dans notre démocratie modèle, les hors la loi font la loi. 100000 peines de prison ferme, soit 20% des condamnations, ne sont pas exécutées faute de place. Mais au lieu de construire les 20000 places manquantes, la loi Taubira va libérer des milliers de détenus.
 
La France a réussi l’exploit d’avoir le taux d’incarcération le plus faible d’Europe, tout en ayant le plus fort taux de criminalité. C’est génial ! Moins de 100 détenus pour 100000 habitants contre 127 pour la moyenne européenne.
 
Et on s’étonne que Japonais et Chinois jugent Paris comme étant la capitale la plus dangereuse d’Europe Occidentale ! Etant donné le laxisme judiciaire et la pitoyable couardise de nos dirigeants, il y a fort à parier que la France ne gardera pas encore très longtemps son rang de première nation touristique au monde. D’ailleurs, toujours selon l’ONDRP, 35.000 agressions physiques ont été recensées à Paris depuis un an, soit près de 100 par jour.
 
On mesure à sa juste valeur l’efficacité de notre Premier Ministre, ex ministre de l’Intérieur, fort en gueule mais superbement inefficace, comme tous ses prédécesseurs d’ailleurs. Place Beauvau, on se complaît dans la culture de l’échec depuis trente ans !
 
Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, le nombre de gendarmes agressés a augmenté de 30% en un an. Même inflation chez les policiers. Ce sont plus de 6.000 agressions contre les forces de l’ordre qu’il faut déplorer chaque année.

La “peur du gendarme” qui était une réalité dans les années cinquante, a définitivement disparu par la faute des gouvernants de gauche comme de droite, qui ont désarmé nos policiers en leur ôtant toute autorité. Tout délinquant connaît parfaitement la musique :
 
primo, la réponse pénale est inexistante puisque la justice ne poursuit même plus la plupart des délits.
Secundo, un policier a toutes les chances de devoir rendre des comptes à l’Inspection Générale de la Police Nationale, si d’aventure l’arrestation dégénère. Dans ces conditions, c’est un boulevard que l’Etat ouvre aux agresseurs, violeurs, casseurs et cambrioleurs de tout poil. Tout le monde rase les murs.
 
Enseignants soumis aux violences et abandonnés par leur hiérarchie, pompiers qui doivent se faire escorter par la police et qui tombent dans des embuscades, commerçants menacés de représailles, magistrats qui ont peur de condamner, maires qui cèdent à toutes le revendications communautaristes pour acheter leur tranquillité et enfin le sommet de l’Etat qui ne sait que capituler et abandonne des pans entiers du territoire de la république par peur d’une émeute de type 2005.
 
Voilà où nous ont menés trente années de mensonges, de trahisons et de  lâcheté de nos élus, de gauche comme de droite. Le peuple français a été littéralement abandonné à la loi des caïds.
 
Deux Français sur trois avouent ne se sentir en sécurité nulle part ! Un record. Et qu’on arrête de victimiser les délinquants, dont beaucoup d’étrangers, qui n’oseraient pas en faire le centième dans leur pays d’origine.

Imagine-t-on un jeune Africain ou un jeune Maghrébin, agresser un enseignant ou insulter un policier ? Imagine-t-on une bande de voyous attaquer un commissariat à Dakar ou à Alger ? Impensable ! Ces pays savent se faire respecter.
 
Il y a peu, il était encore possible de consulter les avis de recherche de la police nationale, où figuraient nom et photo des délinquants recherchés. A peine 20% d’entre eux étaient d’origine européenne. Mais ces portraits, qui contredisaient sans contestation possible le discours politiquement correct consistant à nier l’incidence de l’immigration sur la délinquance, ont totalement disparu des écrans.
 
Définitivement ou temporairement ? Mystère. En attendant, l’avis de recherche anonyme n’ayant pas encore été inventé  par nos apôtres de la bien-pensance, il n’y a plus d’avis de recherche, tout simplement ! Il est vrai que dès qu’il s’agit d’immigration, on casse tous les thermomètres pour clore le débat, c’est si simple.
 
Bien à l’abri derrière la loi interdisant les statistiques ethniques, nos immigrationnistes de tout poil peuvent donc continuer à clamer, sans crainte d’être contestés, que la population immigrée n’est pas plus criminogène que la population de souche. Et sur les 36.000 journalistes que compte le pays, ceux qui oseront contester ce postulat se comptent sur les doigts d’une main…
 
Il faut s’appeler Dalil Boubakeur pour pouvoir dire qu’il y a 7 millions de musulmans en France, ou Jack Lang pour affirmer que les 2/3 des détenus sont musulmans. Sinon, gare aux foudres du tribunal de la pensée !

Mais cela dit, pour en revenir à l’explosion des violences en tout genre, ce sont avant tout le laxisme judiciaire et la lâcheté politique qui en sont responsables. Tous les autres prétextes, crise, pauvreté, chômage, mal être et déracinement ne sont que du bla-bla hypocrite et mensonger. Des arguments que l’on peut démonter un à un. La seule réponse qui vaille est l’application stricte du Code Pénal, qui prévoit de réelles peines dissuasives.
 
Des peines que l’on appliquait sans états d’âme dans les années cinquante, quand la délinquance était cinq fois moindre et quand nos élites n’avaient peur de rien. Mais c’était une autre France, quand le sens de l’Etat et l’attachement à la nation animaient tout un peuple.
 
ripostelaique.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter