Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Yémen : l'opposition veut empêcher le retour du président Saleh


International
Dimanche 5 Juin 2011 - 17:51

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh, atteint par un éclat de shrapnel au thorax lors de l'attaque de son palais vendredi à Sanaa, a été opéré à l'hôpital militaire de Ryad, samedi 4 juin en Arabie saoudite, selon une source médicale citée par Reuters.


Ali Abdullah Saleh fini?
Ali Abdullah Saleh fini?
M. Saleh, 69 ans, est arrivé samedi soir à Ryad à bord d'un avion médical saoudien, alors qu'un deuxième avion transportait des membres de sa famille, avaient annoncé des responsables saoudiens. Son fils aîné Ahmad, commandant de la garde républicaine et que l'opposition l'accusait de préparer à sa succession avant le declenchement de la contestation populaire, est demeuré au Yémen, a précisé le responsable. Le départ de M. Saleh, vigoureusement démenti samedi par plusieurs responsables yéménites, a été confirmée par une source au palais présidentiel.

Dans un premier temps, les proches du président yéménite assuraient qu'il n'avait été que légèrement blessé lors de l'attaque à l'obus contre la présidence. La gravité des blessures d'Ali Abdallah Saleh pourrait cependant être bien plus importante. Officiellement, le président yéménite n'a qu'une légère blessure à la tête. Mais la BBC, citant des sources proches de la présidence, affirme que Saleh aurait en réalité reçu un éclat de shrapnel de plus de 7 centimètres sous la région du cœur et serait brûlé au second degré au thorax et au visage.
Dans un message radio diffusé dans la nuit de vendredi à samedi, le président yéménite a imputé l'attaque au puissant clan des Hached, dont des résidences dans le sud de la capitale ont été bombardées. Il avait alors dit : "Je me porte bien, je suis en bonne santé".

LE VICE-PRÉSIDENT DEVRAIT DIRIGER LE PAYS

Selon la Constitution yéménite, le vice-président, Abdel Rabbo Mansour Hadi, doit diriger le pays en l'absence du chef de l'Etat. Selon une agence de presse yéménite, M. Hadi se serait entretenu dimanche avec l'ambassadeur des Etats-Unis, Gerald Feierstein. Pour l'opposition parlementaire, qui tente depuis plusieurs mois de négocier le départ du président, son départ précipité "marque, pour nous, le début de la fin de ce régime tyrannique et corrompu", selon son porte-parole Mohamed Qahtan. "Nous oeuvrerons avec toutes nos forces pour empêcher son retour", a-t-il ajouté, demandant également à être reçu par l'ambassadeur.
Mais aucune annonce officielle n'a été faite pour confirmer que le vice-président assurait l'intérim. Des sources proches de la présidence ont précisé que M. Mansour Hadi ne s'était pas installé dans le palais présidentiel, symbole du pouvoir suprême. Selon elles, c'est Ahmed, le fils aîné du président Saleh et commandant de la Garde républicaine, qui se trouve au palais.
Les hommes du cheikh Al-Ahmar, chef du puissant clan des Hached, sont engagés depuis le 23 mai dans des combats violents à Sanaa contre les forces fidèles au chef de l'Etat, qui ont fait des dizaines de morts et marqué un tournant dans le mouvement de contestation populaire, lancé en janvier, et resté jusqu'alors pacifique. Des heurts ont opposé par intermittence samedi à Sanaa les hommes de cheikh Ahmar aux forces fidèles à M. Saleh. Mais une source proche du chef tribal a fait état d'une médiation du roi Abdallah d'Arabie saoudite et assuré que cheikh Ahmar était prêt à un cessez-le-feu.
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire