Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Xénophobie ou lutte occulte contre l’immigration ?


Actu Mauritanie
Dimanche 20 Mai 2012 - 11:04


Xénophobie ou lutte occulte contre l’immigration ?
Le pouvoir actuel qui fait face à des fortes pressions tous azimuts veut-il se servir de la question des étrangers africains pour détourner l’attention de l’opinion sur la crise multidimensionnelle qui frappe le pays.Après avoir tenté de faire de la récupération de l’acte d’incinération des livres Malékites un motif de propagande politique, le régime continue ses manœuvres dilatoires pour cacher ses failles en jouant sur la corde xénophobe, au nom d’une lutte contre l’immigration clandestine.

La Mauritanie prépare un plan de rapatriement des étrangers noirs « trop encombrants » selon des lobbies extrémistes qui manipulent les leviers de décisions. Ces « Ejanibs » accaparent le secteur de l’informel, livrent une rude concurrence aux nationaux qui évoluent dans ce domaine et profitent de leur séjour pour avoir la nationalité mauritanienne ». Il faut imposer des mesures draconiennes à ces gens en exigeant d’eux des cartes de séjour qui dépassent le taux fixé pour les mauritaniens expatriés dans les pays de la sous-région. Les étrangers africains séjournant dans le pays sont sommés donc de régulariser leurs situations d’ici le mois de juin pour pouvoir continuer à jouir de leurs droits de séjour.

Faute de quoi ils seront exposés à des mesures d’expulsion. C’est la première fois qu’en Mauritanie un régime insiste sur de telles conditions de séjour d’étrangers pour des citoyens étrangers ressortissants des pays voisins pour la plupart. Mais ce qui parait donner à cette mesure un caractère sélectif, c’est quand cela ne semble concerner que les étrangers noirs. Dans sa forme comme dans sa mise en œuvre, cette décision commence à semer le doute sur son opportunité actuelle au regard du contexte politique de la Mauritanie. Les autorités ne tiennent pas compte aussi du fait que les mauritaniens vivants dans ces mêmes pays dont les ressortissants sont objets de surveillance accrue sont des étrangers qui exercent des activités essentiellement commerciales.

Depuis les indépendances l’économie nationale a largement profité de l’apport en devises de ses expatriés au Sénégal, au Mali en Gambie, en Guinée, en Ghana, en Côte-D’ivoire, au Burkina, etc. . Rarement on a noté des cas d’expulsion de mauritaniens séjournant dans ces pays. C’est donc un précédant qui risque de se retourner contre un pouvoir qui feint d’ignorer l’importance numérique de ses citoyens à l’étranger et de l’impact de cette mesure sur leur quotidien d’expatriés. Autant il est du devoir d’un pays de remettre de l’ordre sur le séjour de personnes étrangères, autant cela doit se faire dans le respect de la dignité des autres.

Il faut cesser de faire de l’amalgame entre le cas d’étrangers sans papiers considérés comme en situation irrégulière et des cas de personnes établies dans le pays possédant leurs titres de séjour mais sur lesquelles on exerce la pression qui frisent l’intimidation. La Mauritanie ne doit pas jouer au gendarme dans la sous-région contre des étrangers comme si c’est le seul pays au monde qui a sur son sol des gens venus d’ailleurs. Sauf si la chasse aux « Ejanibs » est la seule réponse qui vaille pour un régime en difficulté de donner l’illusion qu’il est attaché à filtrer les étrangers sur la base de la peau !

Cheikh Tidiane Dia
le-renovateur


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires