Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Voilà la vénus maure… C’est tout de même quelque chose…


A.O.S.A
Vendredi 4 Octobre 2013 - 18:41


Voilà la vénus maure…  C’est tout de même quelque chose…
Sublime photo que nous sommes apparemment les derniers à découvrir. Dès que j’ai  vu cette photo, la position du corps et des bras, j’ai pensé au tableau du Titien «  la vénus d’Urbin » ; j’imagine que le photographe aussi… La femme ne devait certainement pas savoir ce qu’allait entraîner le « clic ». A son air, on sent bien qu’elle adopte des instructions du photographe. A la source de l’article, quand on en enregistre la photo, on découvre qu’elle a pour titre « femme maure en offrande… », ce qui est bien l’esprit colonial qui plaque son imaginaire sur un état naturel d’un pur paradis perdu.
 
Cette vénus maure est la grâce à l’état pur. Toute la féminité est là, coiffure sophistiquée l’air de rien,  charmants accessoires, les bijoux, le henné, la finesse des mains et de l’ensemble. On trouve dans cet article des extraits intéressants pour les ignorants que nous sommes :
 
« Les Maures (ou Mauri) est le nom donné aux populations arabo-berbères métissés vivant au Sahara et dans les territoires sud, côtoyant les populations noires. Ils n’ont pas grand-chose à voir avec les Maures d’Espagne, étant donné que ni leur dialecte ni leur culture ne sont apparentés. Le terme « Maure » leur a été attribué car ils étaient la seule population d’origine nord-africaine trouvée dans le sud du Sahara. »
 
« Liberté sexuelle et empire des femmes
 Déjà au XVIe siècle, le géographe maghrébin Ibn Battuta, observant que « les hommes ne sont nullement jaloux de leurs épouses », est interloqué de ce qu’il voit dans la région orientale de l’actuelle Mauritanie. Cinq siècles plus tard, l’explorateur René Caillié s’étonne de ce que les femmes maures « servent rarement » leurs époux, sur lesquels à ses yeux « elles conservent plus d’empire  » que les Françaises. »
 
« Position dominante et divorce aisé
  Les femmes maures sont très difficiles. Si elles ne sont pas assez gâtées à leur goût, elles divorcent pour un rien, en tout cas dans les milieux matériellement aisés, où les filles sont éduquées. Auparavant, le mariage, c’était l’alliance entre deux tribus ; et, si la femme s’en allait, toute la tribu de l’homme était déshonorée. Alors, tu faisais tout pour gâter ta femme, afin d’éviter qu’elle ne te quitte. Les anciennes transmettent à leurs filles que la femme doit avoir une position dominante », m’explique Niang Mamadou. En charge des relations extérieures et de la coopération du syndicat indépendant CGTM, il souligne la différence avec les ethnies négro-africaines du sud du pays. « Dans mon ethnie, la femme doit être soumise, seule la mort peut la séparer de son mari et elle doit accepter la polygamie. »
 
« Pas de couple fusionnel, les visites nocturnes
A l’opposé de l’image du couple fusionnel à l’occidentale, dans la vie quotidienne traditionnelle maure, les époux ne se retrouvaient que pour la nuit. Ce qui n’empêchait nullement la femme d’être libre de sortir du foyer à sa guise et même d’y recevoir des invités masculins. Apportée en dot par la femme, la tente, la khayma, était l’unité sociale première, placée sous sa seule responsabilité et son entière propriété. »
 
« Maîtresse absolue du foyer
 Chez les Maures, en l’absence de l’épouse, qui visitait régulièrement ses parents, la tente était abattue ou inoccupée, le mari se réfugiait dans une tente voisine ou sous un arbre. Il eût été honteux, ridicule, à vrai dire impensable qu’il occupe l’espace féminin hors de cette présence tutélaire », explique l’ethnologue Pierre Bonte. »

voir la suite...
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires