Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Voici la preuve que les agents du ministère de l’intérieur sont les premiers coupables…


A.O.S.A
Mardi 26 Novembre 2013 - 06:26


Voici la preuve que les agents du ministère de l’intérieur sont les premiers coupables…
C’est un coup d’état contre l’Institution qui est en cours avec une volonté manifeste de l’Etat de fuir ses responsabilités en matière d’incompétence et de transparence, le tout mis sur le dos de la CENI dont le travail fut correct dans cette affaire. Nous en avons désormais la preuve formelle ! Tous ceux qui ont participé à ces élections sont d’accord pour dire que l’organisation est correcte malgré des ratages ici et là notamment en matière de communication surtout pour récupérer à temps leur carte d’électeur. Nous venons de comprendre pourquoi il n’y a pas eu de transparence à ce jour pour expliquer la dynamique électorale  qui fit prendre ce retard pour annoncer les résultats car en fait ce n’est pas la CENI qui est responsable de ces hic mais les agents du ministère de l’intérieur…
 
Voilà pourquoi et comment.
 
Organiser des élections libres et transparentes ce n’est pas diable quand on est honnête et que le pouvoir joue le jeu car il ne s’agit pas de physique nucléaire ou d’envoyer un robot sur mars : il s’agit tout simplement de préparer des bulletins de vote et permettre aux citoyens de cocher une case puis de compter les voix ; la seule difficulté technique  est au niveau informatique pour éviter des bugs et faire en sorte qu’il y ait suffisamment de bureaux pour que le vote soit accessible et fluide. A part le fastidieux et sensible Ravel, le reste est délicat mais pas si compliqué que cela ; en tout cas pas au point comme le fait remarquer Oumeir que 24H après il soit impossible à la CENI de donner officiellement ne serait-ce que le taux de participation.
 
Le problème est ailleurs mais où ?
 
C’est en lisant deux articles que cela a fait tilt ! D’abord un article de la très officielle Agence Mauritanienne d’Information qui donne la parole contre la CENI au parti Ribat, celui-là même qui est venu menacer de mort par les armes le président de la CENI à son domicile sans qu’aucun parti politique ni aucune organisation de la société civile ne dénonce le criminel procédé ; ce qui en dit long sur la moralité de l’ensemble de cette classe politique et si vile et l’indépendance de la CENI par rapport à tout ce monde-là.
 
Le second article « les déboires de la CENI »  est celui du journaliste Oumeir  , patron du canard La Tribune pourtant assez proche du pouvoir, qui dit clairement que cette affaire d’inexpérience n’est pas crédible car il s’agit d’un personnel rompu à ce genre d’exercice. Là cela a fait tilt et j’ai compris que la CENI n’était pas responsable et qu'elle ne veut pas le dire par devoir de réserve or, à part le citoyen lambda, tout le monde le sait comme Oumeir qui le dit à demi-mot car le responsable, c’est cet organe du ministère de l’intérieur créé tout récemment par décret au conseil des ministres « « La Direction Générale de Services d’Appui au Processus Electoral (DGAPE)… [qui]…regroupe tous les services administratifs intervenant dans l’organisation de l’élection et a pour mission de collaborer avec la CENI conformément aux dispositions de la présente loi. Elle est organisée par décret. »
 
" Direction Générale de Services d' Appui au Processus Electoral
Directeur Général, Mohamed Lemine Ould Sidi, Ingénieur Informaticien, précédemment Directeur du Système d'Information et des Fichiers électoraux au même Ministère"
http://www.ami.mr/fr/index.php?page=Depeche&id_depeche=18102
 
Avez-vous déjà entendu citer cette direction depuis le retard des résultats ? Non ! Pourquoi ? C’est pourtant leurs agents qui sont responsables dans cette affaire.
 
Ecoutons Oumeir :
 
« On a vu hier soir, comment un haut responsable administratif a essayé de rassurer sur les retards dans la diffusion des retards. Après 2 heures du matin, il prend la parole et commence à expliquer, à demi-mot, les procédures longues «parce qu’elles doivent être précises». Ensuite il explique la lenteur par «l’inexpérience : ce sont les premières élections que nous organisons». Ce qui n’est pas vrai dans la mesure où tous ceux qui s’occupent des opérations ont été recrutés soi-disant parce qu’ils sont des retraités du ministère de l’intérieur. Ils sont connus pour avoir été dans toutes les élections du pays : en tant qu’administrateurs, en tant qu’éléments moteurs au ministère. Ils sont bien rompus à ces opérations et s’ils avaient voulu les entourer d’un maximum d’efficacité ils l’auraient bien fait. »
 
Alors volonté manifeste de couler la CENI ? Le journaliste poursuit :
 
« Mais nous avons comme l’impression que les fonctionnaires ne veulent rien lâcher et qu’il serait malvenu pour eux toute réussite de la CENI dans l’exercice de ses fonctions. Sinon comment comprendre cette incapacité à donner un taux de participation exact plus de 24 heures après la fin des opérations ? Ce ne peut être qu’un dysfonctionnement né d’une mauvaise volonté quelconque. »
 
Très bien.
 
Allons voir chez l’Agence Mauritanienne d’Information ce qu’ils fabriquent. Cette agence est le thermomètre par excellence des petits coups du pouvoir ; en lisant l’AMI vous saurez ce qui se trame. C’est cette même AMI qui avait retiré, il y a quelques mois le communiqué de la CENI dirigée par Dr Abdallahi Ould Soueid’Ahmed car ce communiqué fixait la fourchette des élections dont ne voulaient alors ni le pouvoir ni l’opposition.
 
Là, l’Agence lâche contre le CENI, le parti Ribat qui vint menacer le Président chez lui, c’est fait de façon diplomatique car l’Agence sait que la TVM a montré le président, son PM et tout le peuple mauritanien satisfaits de l’organisation de ces élections alors l’Agence ne peut attaquer le travail de la CENI à ce niveau, c’est au niveau du dépouillement que l’Agence lâche non seulement le Ribat mais l’UPR qui accusent tous le staff de la CENI d’incompétence ou de faiblesse alors que les responsables dans cette affaire sont les agents du ministère de l’intérieur via la Direction d’appui technique aux élections.
 
Pas un mot non plus au sujet du bulletin unique incompatible avec les 60 partis cartables autorisés par le pouvoir qui ont infesté ce bulletin de sorte à servir l'azizanie en rendant illisibles les logos devenus petits. Ce silence est fait pour ne pas rappeler à la mémoire d’Aziz son dérangeant cousin le colonel rebelle Ely Ould Mohamed Val qui fit voter cette loi pendant la transition et qu'on n'entend d'ailleurs plus...

http://chezvlane.blogspot.com/2013/11/avantage-et-inconvenient-du-bulletin-de.html
 
Ce bulletin de vote avec 61 partis dont 80% fantômes et les 4 scrutins simultanés sont les responsables de la lenteur comme l’a estimé Oumeir dans son autre article « le jour de vote » : environ 12 minutes pour voter correctement :
 
« Faire ensuite le rang et attendre. C’est lent et je comprendrai plus tard que l’opération de vote est fastidieuse pour les électeurs qui doivent cocher sur quatre listes en s’assurant de ne pas se tromper : les cigles sont nombreux sur le bulletin unique et difficile parfois à repérer. Chaque vote prend de cinq à huit minutes au moins. Ensuite revenir pour mettre chaque bulletin dans l’urne qui lui est consacré, signer, tremper son doigt, reprendre sa carte et repartir. Le tout demande au moins douze minutes. »
 
Ainsi si vous êtes dixième dans le rang, il vous faut 120 minutes pour voter : 2H !
C’est la faute à la CENI, bien sûr !
 
Pour le reste, à propos de la gabegie hypothétique dont l’accusent certains mercenaires, il faut savoir qu’aucune gabegie n’est possible à la CENI sans la complicité directe du ministère des finances car le comptable vient impérativement de là ; pour le reste, à ce qu’on sache le budget de la CENI n’a jamais été voté et accordé, la CENI étant toujours sous perfusion financière du pouvoir.
 
 
Quant à l'essentiel, malgré les efforts du Comité Directeur, la CENI ne peut peut-être pas définitivement échapper aux racines de la société mauritanienne d’aujourd’hui, mais la fonction publique et l’armée sont certainement encore plus infestées d’incompétents vu qu'à part une minorité marginalisée comme l'exception qui confirme la règle, ils recyclent toujours la puissante confrérie des médiocres installée depuis des décennies au coeur de tous les pouvoirs où ils se sont reproduits comme des rats à base de CV trafiqués et autres trafics d'influence pour le bénéfice exclusif de l'invincible secte des viranes contagieux car sous Taya tout était permis. Mais ce n’est pas le sujet. Si on veut attaquer des honnêtes citoyens, il faut attaquer leur travail pas celui du ministère de l’intérieur.

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires