Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Visite du président nigérien à Nouakchott : La crise malienne au cœur des discussions


Actualité
Lundi 4 Mars 2013 - 12:30

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou a entamé hier une visite de deux jours à Nouakchott. Outre les aspects économiques qui marqueront le séjour de la délégation nigérienne, avec la visite de quelques pôles industriels et la signature de protocoles d’accords de coopération, l’essentiel des entretiens avec le président Mohamed Ould Abdel Aziz et le gouvernement mauritanien porteront sur la guerre au Mali. Pour les observateurs, le président Issoufou n’est que le premier maillon d’un long chaînon de chefs d’Etat et de gouvernements attendus à Nouakchott, pour négocier une participation de l’armée mauritanienne au maintien de la paix au Mali.


© Autre presse par DR Le président du Niger Mahamadou Issoufou
© Autre presse par DR Le président du Niger Mahamadou Issoufou
Autres articles
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou est arrivé hier, dimanche 3 mars 2013, dans le cadre d’une visite de travail de deux jours en Mauritanie. Reçu par le président Mohamed Ould Abdel Aziz, le président nigérien et sa délégation devront entamer des discussions plus profondes sur la coopération bilatérale et la crise au Mali. La visite de quelques sociétés clés de l’économie mauritanienne et la signature de plusieurs protocoles d’accords bilatéraux seraient au programme.

Coopération

La Mauritanie et le Niger, bien que n’ayant pas une frontière commune, partagent plusieurs similitudes, comme l’instabilité politique et une renommée en matière de coups d’Etat. L’histoire lointaine a semé dans son parcours des émigrés naturalisés de longue date, d’où la forte présence d’une communauté d’origine mauritanienne à Niamey, mais aussi dans les principales villes du pays, comme Zinder. Les deux pays appartiennent aux mêmes ensembles régionaux et internationaux, et ont su maintenir malgré les barrières géographiques, une coopération intense. Certes, les échanges ancestraux de sel et de gomme arabique qui étaient si forts, sans compter les circuits culturels et religieux établis depuis le XIIème siècle et qui nourrissaient l’axe Gao, Kano, Zinder et Oualata, s’est beaucoup rétréci, avec la naissance des frontières artificielles plantées par les colonisateurs. Aujourd’hui, à part l’émigration, les deux pays échangent peu.

Les relations entre le Niger et la Mauritanie connaîtront cependant en août 2012 une importante impulsion suite à la suppression du visa d’entrée entre les deux pays. Contrairement à ce que la presse nigérienne continue d’écrire, déclarant que cet accord servait plus la Mauritanie, c’est tout le contraire que les ressortissants nigériens vivant en Mauritanien ont démontré. En termes de balances de déplacements, il est en effet constaté que le flux des personnes est plus fort de Niamey vers Nouakchott. La Mauritanie sert d’escale privilégiée pour les candidats nigériens à l’immigration en Europe, mais aussi de corridor incontournable pour les Nigériens vivant en Europe ou au Maghreb et qui rentrent au pays par la voie terrestre.

C’est surtout l’appartenance des deux pays à ce qui est communément appelé les « Pays du champ », avec le Mali et l’Algérie pour la lutte contre le terrorisme et les crimes transfrontaliers qui ont le plus dominé les relations bilatérales.

La guerre au Mali

Si la Mauritanie et le Niger partagent des visions communes sur beaucoup de dossiers, la résolution de la crise malienne constitue cependant une exception, les deux gouvernements ayant adopté des visions diamétralement opposées. Si le Niger de Mahamadou Issoufou a toujours été du côté de l’offensive militaire pour bouter la rébellion armée hors du Mali, pour ne pas réveiller les velléités des indépendantistes touarègues du Niger, la Mauritanie continue à prôner un dialogue inter malien au détriment de la confrontation armée. Certes, les deux pays ont la même vision pour éradiquer le fléau terroriste au Sahel et font partie des « pays du champ » qui ont œuvré pour ce dessein. Cependant, l’approche nigérienne et mauritanienne est différente quant au problème de la gouvernance politique au Mali, où les minorités de l’Azawad sont considérés par Nouakchott comme porteurs de revendications légitimes à prendre en compte.

Ce serait certainement pour rapprocher les points de vue des deux pays par rapport à cette question, que le président nigérien est venu à Nouakchott. Sa visite est considérée par plusieurs observateurs comme le premier maillon d’un long chaînon de présidents et chefs de gouvernements que la Mauritanie devra accueillir dans les jours à venir. L’objectif de cette offensive diplomatique serait d’amener la Mauritanie, toujours réticente à envoyer des hommes sur le terrain au Mali, à assouplir sa position. Un compromis serait presque sur la voie d’être trouvée. La Mauritanie serait sollicitée non en tant que belligérant dans le conflit qui oppose les armées africaines et françaises aux terroristes d’Aqmi, du Mujao et d’Ançar Dine, mais en tant que force d’interposition et de paix. Une approche qui pourrait en effet résoudre le dilemme dans lequel s’est enfermé la Mauritanie, surtout si le mandat émanait du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Cheikh Aïdara
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires