Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Vers la reprise des négociations Mauritanie-UE ?


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 29 Décembre 2014 - 13:00

Dans une lettre datée du 22 décembre adressée au ministre des pêches de Mauritanie, le directeur général des affaires maritimes et des pêches de la Commission de l’Union Européenne, a réitéré son «entière disponibilité à poursuivre la négociation en vue du renouvellement (du) protocole (de pêche)».


Vers la reprise des négociations Mauritanie-UE ?
C’est la première correspondance depuis l’expiration, le 15 décembre, du Protocole couvrant la période 2012-2014. Une expiration qui fait suite à l’échec des négociations entre les deux parties. Le dernier round qui s’est déroulé à Bruxelles en novembre dernier n’a pas permis d’aplanir les obstacles nés de la divergence autour du niveau de la compensation. Pour les Européens, la somme de 47 millions devrait être le point de départ de la négociation, alors que pour les Mauritaniens, il n’était pas question de descendre en-deçà des 67 millions du dernier Protocole.
 
«Il est tout particulièrement souhaitable qu’un point de convergence puisse être trouvé sur les aspects financiers de cette négociation. Notre première offre faite à la Mauritanie demeure ouverte à discussion», poursuit le responsable européen. Tout en souhaitant «continuer à nous engager à vos côtés pour le développement d’une pêche durable et appuyer les orientations stratégiques du Gouvernement mauritanien». Allant jusqu’à noter «avec satisfaction que votre initiative visant à renouveler la stratégie sectorielle des pêches progresse de manière efficace en concertation avec les acteurs et partenaires du secteur».
 
La lettre remet sur le tapis la première proposition qui vise à prendre sur l’enveloppe de la compensation pour gonfler le volet «appui sectoriel». Si la compensation entre directement dans la trésorerie mauritanienne, l’argent de l’appui sectoriel est sujet à d’innombrables tracasseries bureaucratiques. Ses destinations et son décaissement restent soumis à l’assentiment préalable de la partie européenne et aux procédures qu’elle impose.
 
C’est ainsi que les Mauritaniens sont en droit de revendiquer six millions euros inscrits au chapitre «appui sectoriel» au titre du Protocole qui vient d’expirer. Alors que sur le Protocole précédent (2008-2012) l’apurement de cette enveloppe doit coûter plusieurs millions à l’UE. C’est naturellement, cette problématique qui doit dicter aux négociateurs mauritaniens leur comportement en la matière. La Mauritanie ne devant accepter de discuter les termes d’un nouveau Protocole que si le contentieux est entièrement apuré.
 
En fait, la partie européenne se trouve doublement piégée à cause des turpitudes de ses négociateurs. D’abord en voulant imposer son diktat à la Mauritanie, on est passé par la remise en cause des procédures qui se limitaient à un échange de lettres après la paraphe du Protocole pour permettre à la flotte européenne de pêcher dans la zone mauritanienne. Conséquence : on en est venu à négocier l’effectivité du Protocole qui commence désormais avec la ratification par le Parlement, c’est-à-dire à la fin du processus. Deuxième conséquence : même si le Protocole avait été signé en novembre, il aurait fallu attendre plusieurs mois pour le voir ratifié par le Parlement, donc la date d’expiration aurait été inchangée (15/12).
 
Le deuxième piège est celui qui consiste à insister sur le gonflement de l’enveloppe «appui sectoriel». Si une telle option est bénéfique pour la Mauritanie, il va falloir solder les comptes des deux Protocoles précédents. Sinon, on aura hypothéqué une enveloppe nécessaire à l’instauration d’un commerce équitable entre les deux parties.
La réponse du ministère mauritanien devra nécessairement comporter des éléments opposables aux avances européennes qui continuent à faire fi – ou presque – de l’intérêt de la Mauritanie en se donnant une marge de manœuvre considérable. 
 
Il est sûr que la démarche européenne ouvre la voie à la reprise de la négociation. Le futur round devant se tenir à Nouakchott, il s’agira pour les deux parties de chercher réellement des points de convergence, un terrain d’entente qui ne lèsera en rien leurs intérêts.
 
Entre David et Goliath, les rapports ne sont pas fatalement ceux qui se terminent par l’extermination de l’un ou l’autre des protagonistes. La raison du plus fort n’est pas toujours la meilleure, surtout quand on trouve le point d’équilibre qui tienne compte de l’intérêt de chacun.

Mohamed Fall Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter