Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Union européenne/Mauritanie: Le projet West Sahel lancé


Actualité
Jeudi 22 Septembre 2011 - 20:03

AQMI, le trafic de drogue, la guerre en Libye. Autant de données sur les dangers sécuritaires dans la zone sahélienne, que le coordinateur de la stratégie européenne pour la sécurité et le développement dans le Sahel (SESDS, Manuel Lopez-Blanco, a mis en perspective dans le cadre d'une conférence organisée au siège de la délégation européenne à Nouakchott, ce jeudi 22 septembre, à l'issue d'une visite de presque une semaine en Mauritanie.


Une des brigades canines aux frontières présentée dimanche dernier au port de Nouakchott
Une des brigades canines aux frontières présentée dimanche dernier au port de Nouakchott
Manuel Lopez-Blanco, Directeur pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale au Service Européen d'Action Extérieure (SEAE), ainsi que coordinateur de la Stratégie Européenne pour la Sécurité et le développement dans le Sahel (SESDS) a effectué une visite en Mauritanie du 19 au 22 Septembre 2011 dans le cadre de la présentation de la «Stratégie européenne pour la sécurité et le développement dans les pays du Sahel», région la plus touchée par le terrorisme et les différents trafics sévissant en Afrique de l’Ouest.

Il a inauguré dimanche passé le lancement du Projet West Sahel, qui est un projet de contrôle des frontières terrestres. Financé par l'Union Européenne à hauteur de 80% soit 766 millions d'ouguiyas, ce projet est mis en œuvre par la Guardia Civil espagnole, partenaire de cette initiative.

Il vise à «contribuer au renforcement des capacités dans la gestion des flux migratoires des pays du Sahel ciblés par cette action; à savoir le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. Par ce biais, il vise aussi à renforcer la coopération régionale en favorisant les échanges au niveau de la sous région.» a expliqué Hans-Georg Gerstenlauer, chef de la délégation européenne en Mauritanie, à l'occasion de l'inauguration du démarrage des activités du projet au port de Nouakchott, dimanche dernier.
Il a insisté sur l’importance de la composante développement de cette stratégie de sécurité car «la stabilité politique et sécuritaire est une condition sine qua none à la croissance économique et le développement du pays».

Manuel Lopez-Blanco à droite, et Hans-Georg Gerstenlauer à gauche
Manuel Lopez-Blanco à droite, et Hans-Georg Gerstenlauer à gauche
L'union régionale pour lutter contre le terrorisme

Depuis des années qu'il est «engagé dans l'identification d'un diagnostic reliant défi sécuritaire et développement», le Conseil d'Europe a adopté une stratégie et la présente depuis quelques semaines à ses partenaires sahéliens (Mauritanie, Mali, Niger et Algérie). «Il s'agit de faire face aux menaces transnationales que sont le terrorisme et le banditisme, particulièrement le trafic de drogue, qui pullulent sur les terreaux de la pauvreté, de la rébellion.» affirme Manuel Lopez-Blanco.

De ce fait, selon Lopez-Blanco, l'union européenne veut «contribuer, sans se substituer», aux stratégies nationales de ces quatre pays de la bande sahélienne.
«Quatre lignes directrices ont été clairement identifiées par toutes les parties dans cette lutte. La première est liée à la méthode à développer pour allier gouvernance, développement et réglements des conflits. La deuxième prolonge la première et se demande comment assurer la sécurité et l'état de droit.» explique le coordinateur de la Stratégie Européenne pour la Sécurité et le développement dans le Sahel. Le rapport entre ces deux lignes est fait à travers une troisième qui se propose de «lutter contre l'extrémisme violent, et les phénomènes de radicalisations».

Mais, insiste le coordinateur, «tout cela ne peut être efficace que si une véritable politique régionale pérenne est mise en place», car «la transnationalité d'entités comme AQMI ou les trafics de drogue, faite que seule une réelle union régionale pourra contrer ces structures.»

Le forum d'Alger

En ce sens, la récente conférence d'Alger entre ces quatre pays du Sahel et leurs partenaires occidentaux, a été une première et un «moment historique, dans le développement de l'action régionale». «Une deuxième conférence est prévue d'ici six mois ou sera discuté essentiellement la nature des soutiens concrets à apporter» révèle Manuel Lopez-Blanco.

MLK
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires