Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Une révolution dans la greffe cardiaque


Lu sur le web
Dimanche 26 Octobre 2014 - 10:28

Des médecins australiens ont réussi une opération tout à fait révolutionnaire de transplantation cardiaque. Pour la première fois ils ont accompli une transplantation d’un cœur inanimé d’un donneur décédé, écrit le Daily Mail.


Une révolution dans la greffe cardiaque

Ceci a été réalisé à la clinique Saint-Vincent de Sidney, sous la conduite du docteur Chang. Ils ont trouvé des solutions pour maintenir les fonctions cardiaques indispensables pour la transplantation, ceci lorsque le cœur cesse de battre. Pour y parvenir ils ont conçu une solution liquide spécifique avec des fonctions conservatrices, liquide dans lequel ils ont plongé l’organe. La transplantation réussie a eu lieu 20 minutes après que le cœur ait cessé de battre.

Il apparait que 3 opérations de transplantation de cœur « inanimé » ont réussi, l’une sur une femme de 57 ans, Michele Gribilas, puis une femme de 44 ans, Janna Demena, et le troisième patient est en cours de convalescence.

Les médecins estiment que leur méthode peut augmenter de 30 % les cas de vies sauvées, de même qu’elle permet de réduire les dommages occasionnés à l’organe lors des transports, et rendre la transplantation plus efficace.

De même ils considèrent que cette technologie permettra d’augmenter le nombre de donneurs, et réduira les cas limites.

Mme Gribilas, qui vit à Sidney, a dit aux journalistes qu’elle se sent « une autre femme », qu’elle est en parfaite condition et marche trois kilomètres chaque jour. Janna Demena est encore en clinique, mais selon ses propos elle se sent fort bien.

En Australie, pour que soit établi de facto l’arrêt du cœur, il faut respecter une procédure de 5 minutes, et ce n’est qu’alors qu’on peut appliquer la distinction. Ce n’est qu’alors que l’organe est saturé du liquide approprié qui régénère les cellules, et le cœur est placé dans une console spécifique. Après quoi le cœur reprend ses battements et se réchauffe, nous explique l’un des concepteurs.

De cette façon sont résolus deux problèmes : la conservation maximale des fonctions de l’organe, et sa réanimation après un certain délai. Ce délai qui dans la pratique est critique pour une transplantation, délai dont le prolongement constitue le but des recherches  en la matière.

Les auteurs considèrent que cette technologie constitue une avancée. Plusieurs équipes à travers les centres médicaux réputés dans le monde y travaillent activement. Mais la première revient aux médecins australiens.

Un des participants du programme, le professeur McDonald a dit que l’équipe y travaillait activement depuis 20 ans, et plus particulièrement ces 4 dernières années.

« Nous avons fait des recherches, pour observer combien de temps un cœur peut endurer la fin des pulsations », explique-t-il. Ensuite nous avons étudié la méthode pour le rétablissement de la fonction cardiaque dans une chambre spéciale. Selon ses propos, ces acquis permettront de promouvoir significativement les solutions au déficit de donneurs d’organes.

Source:Reseauinternational

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires