Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Une famille syrienne trouve refuge chez Marcelle


Société
Lundi 5 Octobre 2015 - 11:36

On a rencontré la toute première citoyenne belge qui héberge des réfugiés dans son domicile, à Schaerbeek. Rencontre en compagnie de la famille exilée.


Une famille syrienne trouve refuge chez Marcelle Bennick, une pensionnée de 73 ans.
Une famille syrienne trouve refuge chez Marcelle Bennick, une pensionnée de 73 ans.
Arrivée il y a deux semaines après un voyage éprouvant de deux mois, la famille Mezrab a trouvé refuge chez Marcelle Bennick, une pensionnée de 73 ans. "J’habite toute seule et je possède un appartement vide et meublé de 15 m2", nous explique-t-elle, "je me suis dit que vu la crise de l’accueil que nous vivons actuellement, cette pièce pourrait tout à fait être occupée par une famille de réfugiés. Du coup, ils habitent en bas et moi à l’étage."
 
Marcelle était la première Belge inscrite sur le listing des citoyens acceptant d’héberger des réfugiés. Une rencontre, encadrée par la plateforme citoyenne et un traducteur, a eu lieu entre la famille et Marcelle avant l’hébergement. Le contact a tout de suite pris. "Je leur ai dit qu’ils pouvaient venir chez moi quand ils voulaient, d’autant que l’accueil dans les centres n’est pas agréable", poursuit Marcelle.
 
Latifa et Abderazak sont donc arrivés en Belgique avec leurs trois enfants Farah, Ahmed et Hala, âgés de 6 à 10 ans. "Nous avions une vie confortable en Syrie, jusqu’à ce que la guerre commence. Nous habitions à Alep, une ville qui a été touchée de plein fouet par la guerre.

Nous n’avons pas eu d’autre choix que de partir", explique Latifa, "notre maison et notre voiture ont été détruites, nous n’avions plus rien ! Mon mari a été forcé de quitter son métier de menuisier et aujourd’hui on se retrouve en Belgique chez Marcelle. Les Belges sont admirables, on est très reconnaissant de l’accueil chaleureux qui nous a été réservé."
 
Pendant que les trois enfants jouent et rigolent, Latifa nous explique son périlleux voyage vers la Belgique. "Nous avons traversé neuf pays dans des conditions souvent inhumaines", poursuit Latifa qui maîtrise les bases d’anglais, "nous avons déboursé environ 9.000 € pour un voyage qui aura duré deux mois.

Nous avons connu beaucoup de péripéties et avons alterné les modes de transport. Parfois des bus, une voiture, de la marche à pied et du bateau. Notre embarcation, remplie de réfugiés, a d’ailleurs failli couler mais par chance nous avons survécu."
 
Depuis leur arrivée, un lien d’amitié très fort s’est construit entre la famille et Marcelle. "Notre cohabitation se passe merveilleusement bien", explique cette généreuse pensionnée, "les premiers jours, je cuisinais, et un soir Latifa m’a proposé de m’aider. Elle nous a concocté un excellent plat syrien", se remémore Marcelle, qui encourage tous les Belges pouvant se permettre d’accueillir des réfugiés à passer à l’acte.
 
"Ces gens sont comme nous. Ils avaient une maison, une voiture, un métier. Personnellement, j’ai connu la guerre quand j’étais enfant. Aujourd’hui en Belgique, nous sommes nés au bon endroit au bon moment, mais il faut penser à ce que l’on aurait pu être. On aurait également pu se retrouver sur la route à l’heure actuelle. Ne l’oublions jamais", conclut Marcelle qui espère désormais que Latifa et Abderazak pourront facilement s’insérer dans la société belge.

lalibre.be
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter