Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Un tram nommé «imams»


Tribunes
Samedi 24 Septembre 2011 - 11:30

Si personne ne peut présumer de la foi d'autrui, des règles de vie, de morale sont encadrées dans le Saint Coran que tous les mauritaniens ont en commun. Et en quelque sorte les garants de ces cadres sont les chefs spirituels religieux. Ils en sont les garants tacites car leur place sous-entend une rectitude morale, une perspective au-delà des tribus, des ethnies, de la mêlée.


session de formation des imams de Nouakchott il y a une semaine sur "l'art oratoire lors des khoutbas"...
session de formation des imams de Nouakchott il y a une semaine sur "l'art oratoire lors des khoutbas"...
En Mauritanie, l'écrasante majorité de ces sages sont politisés, comme cet imam qui a dit lors d'un «khoutba» (oraison morale et religieuse le jour du vendredi saint, avant la prière), que «qui n'est pas avec Mohamed Ould Abdel Aziz n'est pas un vraiment croyant» (si!si! Il l'a dit!). À une époque c'était Maouiya. D'où leur silence coupable, à l'exception d'une poignée infime d'entre eux, lors des massacres et déportations de 89.

Entre janvier et juin 2011, le Trésor mauritanien a remis plus d'un milliard d'ouguiyas aux imams du pays (Rapport semestriel du Trésor, sur les opérations financières de l'état), sous la neutre étiquette d'«affaires religieuses». Un contrat tacite entre l'exécutif et le potentat religieux depuis des décennies maintenant, qui met bien en évidence l’assujettissement des derniers à la volonté politique du premier.

Pourtant leur influence est grande, et leurs paroles, chaque vendredi sont écoutées par la quasi totalité des mauritaniens. Mais «les intérêts personnels» et une «superstructure sociale discriminatoire» pèsent toujours sur une majorité de nos sages religieux.

Nasr Eddin le sage-fou soufi aurait été amusé par cette hypocrisie de la foi, ce déni de la vérité, qui caractérisait déjà des oulémas de son époque moyenâgeuse en Turquie et qu'il a dénoncé sous mille feux dans ses sublimes facéties!

"Leur dernière prière de l’Istisghah organisée récemment implorant Allah le tout puissant pour de bonnes pluies n’a engendré que tempête de sable, poussière,canicule et conjonctivite. Ceci est plein d’enseignement." s'amuse Hussein Dieng, président de l'ONG Initiative pour tous.

Ce serait bien d'entendre des «khoutbas» un de ces jours sur le recensement, sur l'équité sociale, l'égalité devant la justice, la vérité dans un état dit musulman. Sur mille et une autre choses qui gangrènent ce pays. Balayer devant sa porte, avant de s'en prendre hebdomadairement au problème israelo-palestinien ou à toute autre problématique éloignée des questionnements quotidiens des mauritaniens.

MLK
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter