Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Un moment de communion


Vu de Mauritanie par MFO
Dimanche 19 Mai 2013 - 15:13


Un moment de communion
Hier chez Diallo Daouda, une partie d’une Mauritanie plurielle qui se retrouve. Le temps d’un dîner auquel a convié son jeune frère Diallo Amadou, résident à Nice de passage pour ses vacances.

Des Bidhânes, au sens large, des Peulhs, des Bambaras… un peu de toutes les régions, de toutes les ethnies. De jeunes militants (ou anciens militants) de Conscience et Résistance, «ce qu’il en reste», pour reprendre les termes de notre hôte, des cadres de l’UPR, du RFD, des universitaires, des fonctionnaires… un peu de tout de cette Mauritanie dynamique qu’occulte les discours catastrophés de notre élite.

Si j’en parle, c’est bien parce que j’ai malheureusement perdu l’habitude de voir cette Mauritanie-là. Celle qui rassemble spontanément, sans calcul, sans haine, sans rancune, sans défiances…

Une Mauritanie que j’ai connue, qui a été la nôtre, celle de générations aujourd’hui dépassées par la vigueur d’une démographie qui fait que la majorité des Mauritaniens, la grande majorité d’entre eux, ont 30 ans et moins. Ceux-là ne peuvent soupçonner la Mauritanie heureuse qui a été les trente premières années de l’indépendance.

Il ne s’agit pas de magnifier une période qui avait ses grandes lacunes, mais simplement de regretter un temps où les disparités, les appartenances et les sensibilités étaient moins «épidermiques» qu’aujourd’hui.

Les bandes de jeunes se rassemblaient par préoccupations : ceux qui aiment le football se retrouvaient dans les espaces publics pour jouer, les amateurs de volleyball ou de basket allaient sur les terrains consacrés, à la maison des jeunes, au stade de la capitale, au Racing club pour les plus nantis, ceux qui aimaient la lecture se retrouvaient à la maison de la culture ou dans les centres culturels (français, égyptien, libyen…), ceux qui aimaient le jeu des cartes se repliaient chez eux… Mais on ne pouvait voir une bande sans pluralité. Les amitiés se tissaient suivant les affinités, la proximité géographique (habitant du même quartier) et non la parenté.

Quelle langue on parlait ? Je ne sais pas exactement mais on communiquait parfaitement. Parce qu’à l’époque la question de la langue n’avait pas encore été instrumentalisée comme elle le sera plus tard par les politiciens.

Les «grandes» maisons – ici la «grandeur» n’était pas liée à la naissance des occupants mais à leurs fonctions et à leur aisance matérielle – étaient ouvertes. On passait de chez les Diagana à Ehl Mohamed Saleh, de chez les Bâ à Ehl Hommodi, de chez les Mohamed Laghdaf aux Koïta… On était les enfants de tous et on se comportait en tant que tels.

Le Nouakchott des années 70 et même 80, n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Surtout sur le plan de la mixité, de l’union, des échanges, des espaces de rencontre…

Sont passées par ici les politiques de sape qui ont conduit à 1989, 1990 et 1991 et dont les plaies ont tardé à être soignées. Elles dénotaient de la volonté politique officielle de diviser ce peuple.

Sont passées par là aussi les différentes instrumentalisations de nos différences qui ont été exploitées non pas comme richesses mais comme tares exagérément décrites pour créer des antagonismes qui n’ont jamais existé.
Rien n’est venu corriger. C’est ce qui fait qu’une soirée comme celle d’hier me redonne espoir et me rend heureux.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter