Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Un Premier ministre qui fait…


Blogs
Mardi 11 Octobre 2011 - 22:26

Il est un peu calme, notre Premier ministre. Il est même sympathique, je le trouve. Il ne s’attire pas beaucoup d’antipathie de la part de l’opinion. Quand on évoque son prénom dans une assemblée – et Dieu sait que, nos assemblées, toutes, je veux dire, nationales et sociales, sont le lieu privilégié de la médisance et du dénigrement - on ne réagit presque pas. Et, vous savez, je ne vous apprends rien, que le dénigrement est un genre littéraire bien de chez nous.


Un Premier ministre qui fait…
Un jour récent, j’étais avec des amis, dans une administration publique et dès qu’on a prononcé son nom l’assistance s’est mise à somnoler. C’était, vers quatorze heures, la journée était habituellement chaude, une journée de septembre, sans pluie, dans la capitale politique de notre pays. La pièce abritant le bureau n’était pas climatisée, on avait interdit de mettre en marche tout ce qui consommait l’énergie   et l’argent depuis les mesures de rigueur décidées par les hautes autorités du pays. Les fonctionnaires et moi-même avions ce jour-là dormi comme pas possible. Pourtant, aucune mouche ne nous a piqués. Aucune mouche, d’ailleurs ne saurait survivre à cette chaleur torride qui sévissait au sein des  bâtisses de l’Administration publique.

C’est tout simplement l’évocation du nom du premier ministre qui nous plongea dans cette sieste qui était, je l’avoue, indispensable. En dehors, d’une petite marre de sueur qui ruisselait sous nos pieds, à notre réveil, vers dix-heures trente, de quelques vêtements froissés, de ronflements, de cauchemars effrayants, la sieste était, tout compte fait,  salvatrice, pour nous, en tout cas qui dormions, ce jour-là, sous l’inspiration évocatrice du nom du premier des ministres. C’est juste un exemple patent pour exprimer la sympathie du docteur Moulaye Ould Mohamed Laghdhaf. Un premier ministre qui fait dormir, debout et assis, à la fois, on en avait, vraiment, besoin.

Ce n’est pas l’unique exemple dont je dispose. Je me souviens de cette  matinée, au siège d’un journal indépendant de la place, où quelqu’un prononça l’unique vocable Moulay et les personnes présentes ont commencé à bailler, larmoyé jusqu’à ce que nous nous sommes, pour chasser l’ataraxie envahissante,  résolus à ingurgiter des tonnes d’excitants. C’est pour dire qu’ils sont légions, les exemples sur la sympathie somnifère du premier ministre.

Toutefois, je ne suis pas en train de vous  recommander de psalmodier le nom du PM, pour vos nuits blanches. Ni, pour dire aux insomniaques parmi vous de prendre leur chapelet, en égrenant sous le rythme incantatoire le nom magique du Premier ministre. Ni, pour faire bercer vos enfants qui criaient depuis le crépuscule, réclamant une soupe qui ne sera jamais servi.

Je vous dis tout simplement que notre Premier ministre est sympathique. Qu’il fait dormir. C’est un peu une source de repos et d’inertie pour les citoyens lassés. Et, c’est déjà, excellent, je présume. C’est un producteur de sommeil, en quelque sorte. Il fait dormir. Mais, il n’est pas dit qu’il fait rêver. Ce jour-là, en dormant, mes amis et moi avions eu des cauchemars. Pas de rêves. Soyons clairs.

 Un Premier ministre qui fait dormir n’a rien à voir avec un qui fait rêver. Car, un commis de l’Etat qui fait rêver ses compatriotes, il les fait rêver, d’abord,  pendant qu’ils sont lucides, réveillés. Et, lorsqu’on fait dormir un citoyen on ne peut plus maîtriser ses visions dans son sommeil. Avant de finir, je vous prie d’excuser les digressions. Votre chronique, aujourd’hui, a été écrite sur plusieurs étapes, entrecoupées de séances de sommeil agitées à peu agitées. 

Mouna Mint Ennass


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires