Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Un Américain disparu en Iran en 2007 était en mission non autorisée pour la CIA


International
Samedi 14 Décembre 2013 - 00:35


Photographie non datée diffusée par la famille de Robert Levinson, disparu en 2007 en Iran. | AP/Uncredited
Photographie non datée diffusée par la famille de Robert Levinson, disparu en 2007 en Iran. | AP/Uncredited
Robert Levinson, un ancien agent du Federal Bureau of Investigation (FBI), disparu sur l'île iranienne de Kish en 2007, avait en fait été envoyé en mission par des agents de la Central Intelligence Agency (CIA) qui n'avaient pas reçu l'aval de leur hiérarchie, a révélé, jeudi 12 décembre, la presse américaine.

A la suite d'une enquête menée sur plusieurs années, Associated Press (AP) et le Washington Post ont décidé de révéler l'information parce qu'elle montre de « graves erreurs » commises par l'agence américaine du renseignement et parce que ses ravisseurs doivent maintenant presque certainement connaître son affiliation, justifie Kathleen Carroll, directrice exécutive d'AP.

La CIA n'a pas réagi dans l'immédiat, mais l'administration Obama a de son côté regretté qu'AP ait diffusé ces informations. « Sans vouloir commenter le lien supposé entre M. Levinson et le gouvernement, la Maison Blanche et d'autres au sein du gouvernement ont fermement demandé à AP de ne pas diffuser cet article, en raison de craintes pour la vie de M. Levinson », a ainsi déclaré la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Caitlin Hayden. « L'enquête sur la disparition de M. Levinson se poursuit et nous sommes tous déterminés à le ramener sain et sauf à sa famille », a-t-elle ajouté.

DISPARU SANS LAISSER DE TRACES

Robert Levinson, âgé de 65 ans s'il est toujours en vie, était devenu enquêteur privé après une carrière au FBI. Ses fréquents déplacements professionnels ont intéressé des analystes de la CIA travaillant notamment sur les circuits financiers illicites. Une analyste de la CIA, Anne Jablonski, l'a donc embauché comme contractuel pour écrire des rapports sur les informations glanées lors de ses déplacements, selon AP et le Washington Post.

Mais Mme Jablonski n'était pas agente de terrain et n'était donc pas censée agir comme officier traitant. Contrairement aux règles, Levinson devait correspondre avec elle en utilisant le courrier électronique personnel de cette dernière.

Au début de 2007, Levinson lui dit qu'il dispose d'un informateur susceptible de le renseigner sur la corruption en Iran. Il s'agit d'un homme nommé Dawud Salahuddin, un ressortissant américain recherché par les Etats-Unis pour avoir tué un diplomate iranien en 1980. Cet homme s'est réfugié en Iran et est devenu proche de certaines franges du gouvernement.

Levinson se rend donc au début de mars sur l'île iranienne de Kish, dans le Golfe, pour le rencontrer avec l'aval de Mme Jablonski. Peu après être arrivé à son hôtel, il a pris un taxi et a disparu sans laisser de traces.

PAS DE SIGNE DE VIE NI DE LOCALISATION

Selon AP, la CIA a été lente à réagir. L'opération n'avait pas été approuvée et la direction de la CIA n'était pas au courant. Dix analystes, dont Jablonski et Sampson, seront poussés à la démission ou feront l'objet de sanctions administratives. Quelques mois plus tard, la CIA finira par informer le Congrès, la Maison Blanche et le FBI de la réelle affiliation de Robert Levinson.

Pour le public, il a toujours été présenté comme un Américain disparu lors d'un voyage privé. A la fin de novembre, le département d'Etat l'a présenté comme l'otage américain retenu le plus longtemps de toute l'histoire du pays.

Sa famille, qui n'a pas reçu de signe de vie depuis 2010, a reçu 2,5 millions de dollars pour ne pas engager de poursuites susceptibles de révéler la réalité, selon AP et le Post. « Les Etats-Unis ont toujours soupçonné mais n'ont jamais pu prouver que Levinson avait été enlevé par les forces de sécurité iraniennes », écrit AP.

A la fin d'août, le secrétaire d'Etat, John Kerry, a demandé à Téhéran d'aider à localiser Robert Levinson. En septembre, le nouveau président iranien a affirmé sur CNN ne pas savoir où il se trouvait.

Barack Obama avait même mentionné le cas de Robert Levinson, ainsi que ceux de deux autres Américains retenus, durant son coup de téléphone au président iranien, Hassan Rohani, à la fin de septembre, qui avait été le premier contact direct entre des dirigeants des deux pays en plus de trente ans.

Source: le monde avec AFP

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire