Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ukraine: les soldats se sont rapprochés de Slaviansk, mais les rebelles résistent


International
Lundi 5 Mai 2014 - 12:00

Au lendemain du déclenchement d'une opération sans précédent à Slaviansk, les forces ukrainiennes consolidaient samedi leurs positions aux abords de ce bastion de la rébellion armée. Mais, malgré les revers subis, les insurgés restaient déterminés à résister.


Ukraine: les soldats se sont rapprochés de Slaviansk, mais les rebelles résistent
Autres articles
Les miliciens pro-russes, qui ont, selon les sources, perdu vendredi entre cinq et une dizaine de leurs postes de contrôle à la périphérie de cette ville située dans l'est de l'Ukraine, ont même revendiqué une petite "victoire" remportée le soir même, une colonne de huit ou neuf blindés ayant dû rebrousser chemin. De fait, à Andriïvka, à cinq kilomètres au sud de Slaviansk, les rebelles étaient de retour à l'endroit précis où, la veille, une unité de parachutistes avait neutralisé un de leurs barrages, a constaté l'AFP. Ils y ont érigé un nouveau mur de pneus sur la chaussée maculée d'huile noirâtre, de douilles, parfois d'assez grosse taille, que des adolescents ramassent, et de taches de sang, tandis que, cent mètres en arrière, une locomotive verte est immobilisée sur une voie ferrée, empêchant la circulation automobile. Vitali, un ouvrier du BTP, observe à la jumelle la tour de la télévision perchée au sommet d'une colline toute proche et autour de laquelle, assure-t-il, les militaires ukrainiens se sont repliés. Le cadavre recouvert d'une bâche en plastique d'un homme gît à proximité, sur un des bas-côtés. Un membre de la milice d'"autodéfense" explique que les ambulances n'ont pas encore eu le temps d'emporter ce corps, celui d'un des sept "civils pacifiques" ayant, dit-il, perdu la vie dans les violences de vendredi à Andriïvka. Les circonstances dans lesquelles ces personnes ont péri demeurent excessivement confuses.

La version de Kiev, à supposer qu'il s'agisse bien de cet incident, est qu'"un groupe d'extrémistes armés a attaqué les militaires ukrainiens de la 95e brigade aéroportée et (que) deux soldats ukrainiens sont morts". En revanche, pour Vitali, le milicien, "des villageois ont bloqué des deux côtés le convoi", l'immobilisant. Puis soudain, poursuit un autre "témoin", Guennadi, "des provocateurs ont jeté des cocktails Molotov sur les blindés". Nul ne parvient néanmoins à raconter clairement la suite des événements. Egalement à cinq kilomètres de Slaviansk, mais vers le nord cette fois, le détachement ukrainien qui a installé vendredi un avant-poste sur les cendres de celui que les insurgés avaient construit est en revanche toujours en place. Deux blindés légers sont garés, un drapeau ukrainien jaune et bleu est planté et on aperçoit sur les toits de l'usine voisine Kombikorm, qui produit des aliments pour le bétail, un tireur d'élite debout. "Vous ne pouvez pas passer, une opération antiterroriste est en cours", lâche un soldat encagoulé en uniforme noir. Les troupes ukrainiennes se sont en outre emparées samedi, avant d'en repartir, d'une position des rebelles sur le seul axe majeur qu'elles ne bloquent pas actuellement dans les environs et qui mène à Donetsk, la principale agglomération de la région, tentant de parachever une manoeuvre d'encerclement complet, a vu l'AFP.

Poursuivant le même objectif, "cette nuit, les forces participant à l'opération antiterroriste à Kramatorsk (à 17 km, également au sud) ont pris le contrôle de la tour de télévision qui était auparavant aux mains des terroristes", a annoncé le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov. Dans le centre de Slaviansk, où des détonations sourdes et des tirs d'armes automatiques entendus au loin ont ponctué la nuit, les magasins ont rouvert. Les passants déambulent tranquillement sous le soleil et les deux blindés, dont un surmonté d'un grand drapeau russe, dépêchés vendredi par les insurgés sur la place de la mairie en ont disparu. En fin de matinée, les inspecteurs de l'Organisation pour la sécurité et de la coopération en Europe (OSCE) détenus depuis huit jours par les rebelles ont quitté libres ce bâtiment, accompagnés de Viatcheslav Ponomarev, le chef de la rébellion armée, et de l'envoyé du Kremlin, Vladimir Loukine. Quant aux barricades de fortune érigées à la hâte 24 heures plus tôt pour, de manière un peu dérisoire, faire obstacle à une éventuelle arrivée des militaires ukrainiens, elles continuent à obliger les voitures à grimper sur les trottoirs pour les contourner. Sur l'une d'elles repose un vieux cadre avec le portrait de Lénine...

Source:Lalibre
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire