Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

USA : Un proxénète violent poursuit Nike en justice


Insolite
Lundi 27 Janvier 2014 - 12:56

Un proxénete de Portland demande 100 patates au colosse du sport pour ne pas avoir indiqué que ses chaussures sont vachement dangereuses.


Sirgiorgio Sandford Clardy, jeune homme de 26 ans et 110 kg, proxénète de son état dans la charmante cité de Portland dans l’Oregon, peut déjà se prévaloir d’une bonne vingtaine de condamnations. En juillet dernier, il a de nouveau été arrêté pour avoir frappé puis dévalisé un client de l’une de ses protégées, à laquelle le mufle avait refusé de verser ses honoraires. Quelques temps auparavant, il avait administré une correction à l’une de ses gagneuses de 18 ans à peine qui manquait apparemment d’enthousiasme, jusqu’à lui faire sortir du sang par les oreilles. Le client indélicat s’est fait poser une dizaine de points de suture sur le nez avant de recourir à une intervention chirurgicale à peine réparatrice.
 
Pour être certain que Clardy reste en prison un bon moment, le jury chargé de statuer sur son dernier exploit devant le tribunal du comté de Multnomah, a décidé de le qualifier de « dangereux délinquant ». Pour la même raison, les jurés sont convenus que le client avait été blessé au moyen d’une « arme dangereuse ». Désignation surprenante s’agissant d’une paire de Nike Jordan flambant neuve que Clardy portait le jour de l’agression.
 
Lassée des exploits du maquereau, la juge Kelly Skye l’a condamné à 100 ans de réclusion, assortis d’une peine de sureté incompressible de 36 ans. Homériques, les deux jours de procès sont encore dans toutes les mémoires : d’abord solidement ficelé à un fauteuil roulant avant d’être finalement ramené en cellule, Clardy n’a pas eu de mots assez durs pour la cour, crachant sur tout ce qui passait à sa portée et hurlant qu’il allait violer les femmes et les enfants des flics qui l’avaient arrêté.

USA : Un proxénète violent poursuit Nike en justice
Dès l’ouverture des débats, Jonathan Sarre, son avocat commis d’office a demandé à la juge Skye de le relever de ses obligations : « ça ne vaut pas la peine que je mette ma sécurité en danger pour ce qu’on me paye pour faire ça » a-t-il imploré. A la requête de la juge, il a finalement accepté - à condition d’en être séparé de deux bons mètres dans la salle d’audience - d’assurer la défense symbolique de son client jusqu’au prononcé du jugement.
 
Les Nike Jordan, armes de poing
 
Frank Colistro, le psychologue de service n’a rien fait pour minimiser la responsabilité du proxénete, qu’il a présenté aux jurés comme un psychopathe antisocial présentant 100% de chances de récidive : « en 30 ans, j’ai eu à me prononcer sur des tueurs en série, des violeurs en série et je dois vous dire que rares ont été ceux qui ont présenté des caractéristiques comparables. Il est né mauvais ; on ne peut rien y faire ; c’est à cela que servent les prisons… »
 
C’est depuis sa cellule de la maison d’arrêt de Coffee Creek que Clardy a rédigé les 3 pages de sa plainte contre Nike. Selon lui, l’équipementier sportif a manqué à ses obligations d’information sur les risques encourus par les propriétaires du modèle Nike Jordan, en omettant une mise en garde appropriée contre la « dangerosité potentielle des chaussures ». Compte tenu de la gravité de la sanction qui lui a été infligée pour un usage certes « dérivé » des chaussures fabriquées par l’industriel de Beaverton, Clardy lui demande une indemnité de 100 millions de dollars. 
 
L’affaire semble avoir été suffisamment  prise au sérieux pour que le responsable de la communication de Nike, interrogé sur les chances de voir prospérer la plainte du maquereau, refuse de faire le moindre commentaire. 
 
C’est vrai que jusqu’à présent, on considérait que les chaussures en question n’étaient dangereuses que pour les poumons des gamins d’Asie et d’Extrême-Orient condamnés par la misère à renifler la colle de leurs semelles qu’ils fabriquent toute la journée de leurs petites mains habiles ; on sait maintenant que la Nike Jordan constitue également une redoutable arme de poing à ne pas confier au premier abruti venu…  

Source : Bakchich
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires