Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Troisième mandat ou mûr de Planck....Par Ely Krombelé


Tribunes
Mercredi 27 Avril 2016 - 11:13

Après la ruée événementielle vers l'or de l'Inchiri, le principal sujet de conversation des mauritaniens, surtout ceux qui sont férus de politique politicienne, demeure l'éventuel 3ème mandat du président Mohamed Ould Abdel Aziz en 2019.


Ely Ould Sid'Ahmed Ould Sidi dit Krombelé
Ely Ould Sid'Ahmed Ould Sidi dit Krombelé
Il "paraît" que des sondes ont été lancées ça et là par des "sondeurs" de proximité, sans doute plus royalistes que le roi.
 
En de telles circonstances, il est vrai que l'esprit de chacun a le "droit" et/ou le devoir de vagabonder à bon escient. Mais quelle est l'intention réelle du principal concerné, le président Aziz dont le 2ème mandat est loin de s'écouler? Trois ans(2016-2019) c'est presqu'une mandature.
 
Au-delà ou en deçà des supputations, et en l'absence de la manifestation de l'unique protagoniste, que pouvons-nous imaginer, inventer, pour les uns ou rêver pour les autres...? N'est-il pas encore très tôt pour parler d'alternance ou de 3ème mandat, la fin de l'année 2017 étant, me semble-t-il le créneau adéquat?
 
1/ Le mur de Planck
 
L'éventuel mandat du président Aziz pour les sondeurs, sans oublier les experts en futurologie, rappelle la limite de la physique mathématique qui butte depuis plus d'un siècle sur ce que les scientifiques appellent le "mûr de Planck". Un mûr au-delà duquel nos lois ne sont plus valables, parce qu'elles ne fonctionnent plus. Là où la science, les procédés généraux de la pensée humaine (qui pourtant n'est qu'à 30% de ses capacités), l'esprit scientifique, qui ont révélé tant d'inventions salutaires, s'arrêtent.
 
Ici tout est fait comme si un "malin génie" transcendantal disait: au-delà de cette cloison, vos connaissances n'ont plus cours. D'où l'idée de Dieu omnipotent, omniscient, au demeurant, pour nous misérables créatures croyantes. Ceci pour ainsi revenir sur terre et dire que Seul Dieu connait ce que veut le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Autrement, qui peut nous confirmer que le président Aziz a l'intention de tripatouiller "à ciel ouvert" la constitution, même si cette dernière n'est pas le coran?
 
Qui est dans le secret du président? Son alter ego, le général de division Ghazwani, ou la première dame, mère de ses enfants? Tout le reste n'est que théories incantatoires issues d'une majorité et d'une opposition qui peinent à déceler encore la vraie nature d'un homme sur lequel, il y a quelques temps, personne ne voulait parier un centime. Que nous réserve alors et encore Mohamed Ould Abel Aziz Ould Eleyé? Va-t-il changer la constitution de manière sibylline ou désinvolte voire étriquée comme beaucoup de ses détracteurs le prétendent? Ou nous sortira-t-il un "tour de magie"qui laissera tous ses opposants hébétés et ses partisans agréablement surpris?
 
2/L'opposition échaudée craint eau froide
A chaque fois qu'une décision importante dans la vie politique pointe à l'horizon, l'opposition mauritanienne prend certes le devant mais échoue en mi-chemin. A croire que désormais elle n'a qu'un seul slogan à la bouche: empêcher un "éventuel 3ème mandat" du président Mohamed Abdel Aziz.
 
Comme si toute la politique mauritanienne ne se résumait qu'à ce détail. Fuir en avant, laisser son adversaire évoluer en occupant le terrain jusqu'en 2019, pour ensuite vouloir le prendre en caponnière, est une tactique qui risque de ne pas aboutir au résultat escompté. Surtout que si votre adversaire en tacticien habile connait là où vous avez placé le gros de vos efforts, en dégarnissant vos "territoires conquis",en amenuisant vos acquis, au seul but de stopper une "intention" qui n'est même pas en gestation à l'heure où nous parlons.
 
Si le combat de l'opposition mauritanienne ne tient qu'à empêcher Ould Abdel Aziz de briguer un "3ème mandat", alors elle n'a jamais eu de programme, et elle n'en aura pas même au-delà de 2019. Dans ce cas de figure, le président Aziz, peut contourner le lieu de l'embuscade car possédant plusieurs flèches à son arc. N'anticipons rien et attendons d'éplucher le discours que le président va tenir à Néma. Je suis sûr d'une chose; le président n'attendra pas 2018 pour annoncer son intention de vouloir briguer un 3ème mandat.
 
Si telle était sa volonté, il évitera l'amateurisme d'un Blaise Compaoré du Burkina Faso, en sollicitant au préalable l'adhésion du peuple et la bénédiction de la communauté internationale, autrement les pays occidentaux qui dirigent notre monde. Comme c'était le cas sous d'autres cieux en Afrique. Mais doit-on être plus royaliste que le roi? Pour que nos bœufs puissent tirer nos charrues, il nous faudra attendre encore au moins une année, au-delà du discours de Néma. Car je suis persuadé encore une fois que le président jouera avec les nerfs de l'opposition et même de ses partisans jusqu'au moment opportun à la confection d'une mandature.
 
D'ici là les ardeurs se seraient dissipées, la ruée vers l’eldorado de l'Inchiri aura transformé le mauritanien moyen en riche orpailleur...
 
3/ A suivre inchallah
 
Ely Ould Sid'Ahmed Ould Sidi dit Krombelé
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter