Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Transports terrestres : Les taxes imposées "dépassent tout entendement"


Economie
Samedi 7 Juillet 2012 - 20:23

Selon le porte-parole des transporteurs en grève, El Mehdi Ould Sidi Mohamed, président de la Général Mauritanienne de Transport (GMT), le cumul des impôts et taxes imposées auprès des transporteurs mauritaniens dépassent tout entendement.


Un camion de transport sur l'axe Nouakchott-Nouadhibou
Un camion de transport sur l'axe Nouakchott-Nouadhibou
Un tableau comparatif des impôts d’Etat, ajoutés à la prime d’assurance annuel et aux taxes nouvellement instituées par l’Autorité de régulation, fait ressortir la non rentabilité de l’activité de transport avec les billets actuellement en vigueur. A défaut, si les acteurs du milieu se trouveront dans l’obligation de se plier au diktat imposé, ce sera au détriment des voyageurs, dira en substance El Mehdi. En effet, selon lui, le prix du transport risque tout simplement d’être doublé, triplé ou quadruplé.

Pour les transporteurs, le plus extraordinaire dans les taxes imposées par l’autorité de régulation, en sus de leur forte pression, ce sont les modalités de recouvrement et la destination inconnue des fonds collectés. D’autre part, les recrutements au sein de l’Autorité de régulation se sont déroulées, selon les transporteurs, en dehors de toutes les normes en vigueur, notamment le Code du travail mauritanien. Les agents auraient été en effet recrutés selon des critères personnels de parenté, de connivence politique. Ce qui pour les acteurs du milieu prouve la nature presque hors la loi de la structure dénommée Autorité de Régulation.

Ainsi, pour les petits Bus, les impôts d’Etat (vignette, mairie, visite technique, autorisation de transport et assurance) s’élèvent chaque année à 127.800 UM. S’y ajoutera la taxe imposée par l’Autorité de régulation qui est de 1.095.000 UM par an, soit un surplus de 967.200 UM que le propriétaire d’un petit Bus devra débourser dorénavant chaque année.

Pour les grands Bus, les Impôts d’Etat sont de 199.000 UM, plus la taxe nouvellement instituée de 1.825.000 UM, soit un surplus de charges de 1.626.000 UM par an.

Pour les petites voitures, elles payaient jusque-là chaque année 97.000 UM à l’Etat. Avec l’Autorité de régulation, elles devront augmenter 584.000 UM, soit un surplus de 486.200 UM.

Pour les bus de transport urbain qui payaient chaque année à l’Etat 98.400 UM, ils devront rallonger au profit de l’Autorité de régulation 365.000 UM par an, soit une différence de 266.000 UM.

Pour les taxis qui s’acquittaient par an de 72.033 UM, ils seront tenus de verser à l’Autorité 146.000 UM supplémentaires, soit un surplus de 73.967 UM annuel.

Pour les véhicules de transport Hilux/LC et équivalents, ils payaient à l’Etat auparavant 106.000 UM par an. Ils devront dorénavant verser à l’Autorité 1.825.000 UM de taxes annuels, soit un plus de 1.719.000 UM.

Pour les camions 30 Tonnes qui versaient à l’Etat annuellement 239.169 UM, ils devront cracher dans la bourse de l’Autorité chaque année la bagatelle de 2.555.000 UM, soit une rallonge de 2.315.831 UM.

Pour les camions 20 Tonnes, alors qu’il payait jusque-là par an 217.082 UM, ils devront payer à l’Autorité 1.825.000 UM, soit un surplus de 1.607.918 UM par an.

Pour les camions 10 Tonnes, les impôts d’Etat annuels étaient de 217.082 UM. Ils devront verser à l’Autorité 1.095.000 UM par an, soit un plus de 877.918 UM.

Pour les camions 30 Tonnes Port, ils payaient auparavant 239.169 UM par an. Ils seront tenus de payer à l’Autorité chaque année 2.190.000 UM, soit un surplus de 1.950.831 UM par an.

Pour les camions 20 Tonnes Port, ils versaient 217.082 UM par an à l’Etat. Ils sont sommés de verser à l’Autorité 1.460.000 UM par an, soit un plus de 1.242.918 UM chaque année.

Pour les camions 10 Tonnes Port, ils payaient à l’Etat par an 217.082 UM. Ils sont tenus désormais de verser à l’Autorité 730.000 UM par an, soit un surplus de 512.918 UM.

Ainsi, la taxe exigée par l’Autorité de régulation est parfois dix fois supérieurs au total des impôts et taxes dus à l’Etat, en plus du fait qu’un flou total subsiste quant au mode de recouvrement de la taxe imposée, sa destination et même le pourquoi de sa création. Cela s’ajoute au mode de recrutement du personnel engagé par l’Autorité pour son fonctionnement administratif et au niveau des agents chargés du recouvrement, dont la plupart ont été placés aux différents points de sorties des villes. Ces recrutements auraient été faits, selon les transporteurs, en dehors des normes légales. La parenté, les affinités tribales et politiques auraient été les critères usités dans ce cadre.

JOB
Pour lauthentic.info
Mamoudou Kane


              


1.Posté par rimois le 09/07/2012 12:08
je ne suis pas transporteur mais je trouve cette decision de taxer encore les transporteurs anormal.
l'etat n'a pas besoin de surtaxer les citoyens débrouillards afin d'accroitre la vie luxieuse des membre de son gouvernement. si taxes doit avoir c'est sur les ministre et autre personnalité qui vivent avec des salaire exorbitant
Arreter de taxer les débrouillards

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires