Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Tout s'éclaire, mais complètement !


Tribunes
Mercredi 11 Novembre 2015 - 14:15

Je fais ici suite à mon article précédent « Tout s'éclaire » écrit au moment du déclenchement de l'action militaire russe contre les mercenaires terroristes qui combattent en Syrie pour les compte des USA et de ses vassaux.


Base militaire russe de Lataquié en Syrie
Base militaire russe de Lataquié en Syrie
Je précise ici une analyse sur les sources et raisons de cette guerre qui maintenant met en contact quasi directement l'armée russe avec les USA.
 
 La Russie est intervenue militairement et directement en Syrie. C'est suffisamment rare pour être remarquable et cet engagement ne pouvait être réalisé sans que n'existe un besoin impérieux pour l'avenir même de ce pays. La Russie n'a pas pour habitude de se répandre sur toute la planète comme le font les USA depuis toujours.
 
Envisageons d'abord le contexte de cette intervention et ses raisons.

La Russie, au moins depuis le 19ème siècle, est une cible perpétuelle pour les anglo-saxons.
Quand on considère la répartition des océans et des continents sur notre planète on s’aperçoit qu'il existe un super continent, l'Eurasie partagé par 12 fuseaux horaires sur 24, le plus vaste et de loin de tous les continents.

Au cœur de ce continent, existe l'état le plus vaste du monde, la Russie partagé par 10 fuseaux horaires. Ce poids lourd continentale possède une frontière avec les pays dits de l'Europe occidentale et une autre avec la Chine, un lien extraordinaire entre deux grandes puissances industrielles.

Dés le 19ème siècle les britanniques coloniaux voyaient la Russie comme un terrible concurrent notamment sur les zones convoitées de l'orient, l'Iran, l'Inde, la Chine. Ils entreprirent la guerre de Crimée (1853 - 1856) avec leur nouveau toutou la France, humiliée à Waterloo, pour contenir la Russie sur son flanc sud, puis ils financèrent le Japon en 1905 pour contenir la Russie sur son flanc Est, Japon qui lança la guerre de Mandchourie.
 
Au début du 20ème siècle les britanniques s'intéressèrent à une nouvelle discipline, la géopolitique devant aider leur réflexion sur la nécessité pour eux de dominer le monde.

La thalassocratie britannique (britannia rules the waves), régnant sur les océans et contrôlant ainsi le commerce maritime mondial va considérer avec Halford John Mackinder, universitaire britannique que la géographie par définition immuable règle les rapports d'influence entre les nations, et que la terre est divisée en deux grandes zones : une vaste île que sont les continents eurasiatiques et africains, il associe l'Afrique du Nord au continent eurasiatique, et une vaste étendue océanique. Il appelle cet ensemble continental « world island », cette île monde possédant un cœur, « heart land » qui est l'actuelle Russie, qui serait l'objectif principal de conquête pour l'empire britannique.
 
 La théorie impérialiste anglo-saxonne de l'Île monde
 
La guerre de 1914 fut déclenchée pour séparer l'Allemagne de la Russie quand une association d'entreprises russo-germaniques s’intéressa au pétrole de la mer Caspienne. Séparer l'Allemagne de la Russie devint l'obsession géopolitique principale des anglo-saxons.

Puis au milieu du 20ème siècle, les USA héritiers de l'empire britannique, théorisèrent également la géopolitique avec l'un de leurs universitaires, Nicolas Spykman, à la suite des théories de Mackinder il définit un « rimland » comme les rives de cette île monde qu'il serait nécessaire de se saisir d'abord afin d'encercler le cœur pour ensuite le prendre.

Ainsi naquit la volonté anglo-saxonne d'encerclement de la Russie, en prenant pied sur ce « rimland » périphérique du « heart land ». Ce serait l'objectif final pour s'approprier ce cœur ou se situe au moins 40% de toutes les richesses mondiales.
 
 La propagande de peur du bolchévisme faisant suite à celle du russe
 

La révolution bolchévik en Russie fut perçue comme une grande opportunité pour les anglo-saxons de pouvoir s'attaquer à la Russie et la conquérir en mobilisant les états contre le « communisme » qui devait représenter un danger pour les oligarchies au pouvoir. Malheureusement pour eux les bolchéviks, mirent en échec la coalition internationale d'une vingtaine d'états qui s'attaquèrent à eux de 1918 à 1920.
 
Après cet échec, la thalassocratie étasunienne finança l’ascension du nazisme dans les années 30 du 20 ème siècle en Allemagne y voyant la construction d'un ennemi irréductible contre le bolchevisme honni autant que la Russie.

Les anglo-saxons sabotèrent tout idée d'accord anti nazi entre les puissances européennes occidentale et l'URSS après l'annexion des sudètes, partie germanophone de la Tchécoslovaquie, ce furent les accords de Munich, que les soviétiques considérèrent comme une action hostile à leur encontre. En désespoir de cause l'URSS du conclure un pacte de non agression avec l'Allemagne nazie, pacte qui représentait le plus grand danger pour les anglo-saxons.

N'oublions pas que l'action géopolitique fondamentale des anglo-saxons est de séparer l'Allemagne de la Russie comme il fut entrepris en 1914, les britanniques et leur toutou habituel, la France, depuis la défaite de 1815 se jetèrent alors dans la guerre contre l'Allemagne qui soudain n'était plus fréquentable. Dans la presse Monsieur Hitler, épris de paix et pressenti pour le prix Nobel de la Paix devenait un horrible dictateur à combattre tout comme le bolchevisme.
 
Cependant, comme il avait été programmé a grand coup de dollars depuis le début de son ascension, Hitler jeta l'Allemagne contre la Russie soviétique en 1941, les anglo-saxons pouvaient se frotter les mains.
 
La défaite de l'Allemagne contre l'URSS fut un lot de consolation pour les thalassocrates, car ils mirent durablement la main sur l'Allemagne et l'Europe occidentale qu'ils purent occuper militairement faisant quand même une avancée considérable dans le « Rimland » c'est à dire dans l'encerclement de la Russie.
 
En 1991, s'assurant de complicités au plus haut niveau de l'état soviétique dont Mikhaïl Gorbatchev les USA réussirent à ce que l'URSS se saborde de l'intérieur. Ils se ruèrent sur ses restes et pensèrent alors avoir définitivement gagné la partie quand le Carlisle Group de la CIA mis la main sur l'industrie pétrolière russe. Ceci ne put se faire sans la complicité de quelques oligarques considérablement enrichis par le vol des biens ayant appartenu à l'état soviétique.
 
C'est alors que Vladimir Poutine, colonel de l'ex KGB (services secrets soviétiques) mit un terme au dépeçage de l'ex Russie soviétique et commença à entreprendre le redressement du pays. Mais, ayant perdu ses marches européennes et connaissant un effondrement économique considérable, la Russie ne pouvait plus jouer le rôle d'opposant planétaire à l'impérialisme anglo-saxon.

L'impérialisme n'ayant plus d'opposition put s'étendre sur le monde et entreprit une série de guerres coloniales pour imposer son système financier aux quelques récalcitrants du Rimland, se réservant la Russie comme ultime cible une fois l'encerclement achevé.
 
Bien évidemment, l'impérialisme thalassocratique n'a jamais expliqué son avidité pour la Russie dans les termes un peu rudes de Mackinder et de Spykman sur la nécessité pour les anglo-saxons de conquérir la Russie, cœur de l’île monde Il disait s'opposer à l'autocratie tsariste puis au « communisme », et maintenant à une néo autocratie poutinienne.

On peut remarquer que la guerre froide menée par la thalassocratie contre le Russie ne change jamais quelque soit le régime politique qu'elle se donne. Cette guerre froide est toujours d'autant plus violente que la Russie devient forte et elle s'apaise quand cette Russie sombre comme sous Gorbatchev et Elsine qui furent les « chouchous » de l'occident.
  
La Russie encerclée.
 
Considérons l'actualité de la guerre permanente et sempiternelle que mène la thalassocratie anglo-saxonne contre la Russie pour des motifs de permanence géopolitique.

La Russie n'est pas partie de loin, elle put se réorganiser car héritière de l'immense technologie soviétique même affaissée. Toujours experte en technologie aérospatiale, en technologie minière et pétrolière, possédant un grand nombre d'ingénieurs et de scientifiques rompus aux technologies de défense et d'armement.

La guerre d'Ingouchie contre la Géorgie tenue à bout de bras par Israël et les USA fut un test qui effraya les autorités russes. En effet, celles-ci comprirent l'état de délabrement dans lequel se trouvait son armée, l'incurie complète de l'armée géorgienne évita à la Russie un désastre.

Un gros effort de redressement des capacités militaires de l'armée russe fut décidé en reprenant notamment les programmes de hautes technologies soviétiques surtout en électronique et informatique abandonnés depuis un certain temps. Ce redressement ne fut pas facilité par le fait que l'essentiel du savoir faire militaire et aérospatial soviétique était en Ukraine dans la région de Kharkov maintenant sous la mainmise étasunienne.
 
Puis, le début de la présidence de Vladimir Poutine et surtout celle de Medvedev fut quand même marqué par une grande naïveté des autorités russes quand aux intentions de l'impérialisme. En Russie tout comme en Chine beaucoup, dans les cercles du pouvoir, pensaient que l'affrontement avec l'ouest était terminé que s'en était fini de la « lutte idéologique » comme un militaire chinois de haut rang me l'avait spécifié. Les oligarques autant russes que chinois, voyaient dans l’extension de l'impérialisme US une grande opportunité pour s'enrichir encore et encore au détriment de leurs peuples.

Peu, très peu étaient conscients du danger, c'est ainsi que la Russie et la Chine s'abstinrent de voter contre la résolution 1973 permettant à l'OTAN, sous le prétexte de l'organisation d'une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Libye de détruire ce pays et de s'approprier ses richesses.
 
Cette affaire Libyenne marqua une prise de conscience dans la perception des russes et des chinois quand a la duplicité et des intentions de l'impérialisme.

Un tournant fut engagé, plus rien ne serait comme avant. Avec cette prise de conscience soudaine, une guerre sans merci possible commença entre l'impérialisme thlassocratique anglo-saxon et les tenants russes et chinois du « heart land ».
 
Les conditions de la guerre impérialiste.
 
D'abord le but de l'impérialisme aujourd'hui est de mettre la main sur les systèmes politiques et financiers des états afin de les endetter et de prélever ainsi un intérêt permanent alimentant le volume de capitaux disponibles à la spéculation haussière sur les matières premières.

En second lieu seulement s'approprier les ressources de matières premières afin de payer le minimum possible de redevances aux états. Le fin du fin pour l'impérialisme est de s'approvisionner auprès d'organisations terroristes ou mafieuses non étatiques trouvant ainsi les prix les plus bas.
 
Le prototype quasi caricatural de la guerre impérialiste fut la Libye qui non seulement n'était pas endettée mais prêtait de l'argent au FMI. Bien sure les redevances pétrolières que devaient payer les compagnies étrangères à l'état libyen étaient les plus hautes que l'on puisse trouver mais le peuple libyen vivait très bien.
 
Les USA et ses satellites qui prétendent vivre en démocratie se doivent d'abord de masquer ces sales guerres crapuleuses par des considérations humanistes propres à tromper leurs peuples. L'impérialisme a mis en place un double jeu et un soutien médiatique permanent pour le cacher afin de donner du crédit à ses affirmations humanistes mensongères.
 
Évidemment ce double jeu peu sembler contradictoire à l'observateur attentif, mais l'impérialisme a prévu un argumentaire pour les médias afin qu'ils puissent marginaliser ces observateurs trop gênants. Les accusations de conspirationnisme, d'antisémitisme, d'extrême droite et de vouloir remettre les juifs dans les chambres à gaz sont les insultes médiatiques habituellement proférées à l'encontre de tous observateurs trop sérieux ne pouvant s'exprimer que sur les réseaux sociaux.
 
Le double jeu principal est « la guerre au terrorisme » entrepris suite à l'opération du 11 septembre 2001. Les arabes et les musulmans en générale, selon leur doxa médiatique seraient des gens dangereux qui ourdiraient en permanence des attentats terroristes.

Cette affirmation fut appuyée par un grand nombre d'attentats sous faux drapeau dont le plus célèbre est celui du 11 septembre 2001, bien d'autres ont suivi et se suivent régulièrement comme l'affaire Charlie Hebdo ou la mascarade du Thalys. Donner corps à cette affirmation est une préoccupation permanente des médias aux ordres c'est ce que l'on appelle le développement perpétuel de l'islamophobie.
 
Parallèlement à une guerre au terrorisme imaginaire et gesticulatoire mettant en cause des musulmans, l'impérialisme utilise des mercenaires musulmans particulièrement violents combattant pour ses intérêts coloniaux et impérialistes.
 
Affirmer d'un côté que l'islam est criminogène par essence et de l'autre fabriquer des « résistants » musulmans dans un hypothétique printemps arabe est un jeu dangereux mettant en permanence les médias aux ordres sur la corde raide.
 
Bien entendu toute action de l'impérialisme, ou que ce soit, doit être vu in fine comme une action contre la Russie cible essentielle de l'impérialisme. Les hordes « jihadistes » levées un peu partout sur la planètes pour combattre le régime laïc syrien ne sont engagées que dans une étape leur permettant de s'aguerrir au combat. Leur but, assigné par l'impérialisme via ses états vassaux est de les faire se déferler contre la Russie et plus loin la Chine.
 
La Russie ayant retrouvé ses forces a maintenant pris conscience des desseins de l'impérialisme, elle sait que les USA avec ses affidés ne lui laisseront jamais de répits, c'est la raison principale de son intervention militaire en Syrie, elle attaque les mercenaires de la thalassocratie avant que ceux-ci ne la prenne directement pour cible. La raison secondaire est également de démontrer à l'agresseur le niveau de ses capacités militaires afin de le faire réfléchir sur les conséquences qu'auraient son engagement sur le sol russe.
 
 Enfin la dernière raison est d'ordre médiatique, en effet dans son double jeu l'impérialisme prétend combattre un terrorisme qu'il a lui même fabriqué de toute pièce. A cet effet il a divisé ses mercenaires en deux camps d'un côté celui qu'il arme ostensiblement au vu de tous, camp qu'il a baptisé modéré, c'est principalement Al Nosra affilié à Al Qaïda .

On savait que cette organisation était une fabrication étasunienne mais de là à l'avouer urbi et orbi c'est étonnant, ils font du « bon boulot » certes comme l'affirma l'ineffable Fabius mais quand même, les médias se doivent de ramer pour faire avaler cette histoire aux bas peuples.
 
De l'autre côté ils ont inventé l'Etat Islamique, ISIS ou Daesh qui seraient les méchants médiatiques mais présentés avantageusement comme incontrôlables donc pouvant être investis des missions les plus noires, celles qui pourraient choquer des peuples ébahis.

« C'est pas nous, c'est pas nous ! » diraient les tenants de l'impérialisme, « tous c'est horribles massacres ce ne sont que ces méchants arabes que d’ailleurs nous combattons ». C'est ainsi que le nettoyage ethnique de l'Irak préparé pour sa partition et prévu de longue date par les USA fut l’œuvre de Daesh.

La simulation d'une action militaire contre Daesh par une « coalition » occidentale effectuée depuis une année n'a pu, curieusement, contenir l'avance de cet « état » terroriste fort commode pour les USA. De nombreux témoignages ont rapporté des parachutages d'armes et de munitions aux mercenaires « islamistes », un officier israélien de haut rang conseillant ou commandant Daesh a même été capturé par les militaires irakiens.
 
Cependant, nous observons par moment des affrontements aux USA entre deux camps qui seraient sérieusement opposés au sujet de Daesh et de la Russie, celui des jusqu'au-boutistes dans l'établissement d'un pouvoir étasunien absolu et global sur le monde, les partisans d'une guerre totale que seraient Hillary Clinton, le général Petraus ou le sénateur Mc Cain et de l'autre côté les partisans d'un compromis avec les russes que seraient Obama, Kerry et son entourage.

Doit-on donner crédit à cette opposition qui pourrait être de façade? Personnellement je doute fort qu'elle existe réellement car il ne faut pas oublier qu'aux USA comme ailleurs c'est « l'état profond » qui gouverne, (voir les écrits de Peter Dale Scott) http://www.voltairenet.org/article187500.html.
 
Les USA comme traditionnellement les britanniques sont des experts en double jeu, voir triple et tout ce qu'ils nous donnent à voir doit être sujet à caution.
 
On peut remarquer par ailleurs que l’État avantageusement appelé islamique agit comme un repoussoir et un prétexte au développement de l'islamophobie chère à la « guerre des civilisation » théorisée par Samuel Huntington et largement médiatisée par toutes les extrême droites du monde.

Cet Etat Islamique (Daesh) joue magnifiquement bien deux rôles, montrer un visage réaliste d'un terrorisme hyper violent d'essence musulmane d'un côté et de l'autre disposer d'une armée efficace de mercenaires bien encadrés et armés prête à toutes les basses besognes qu'un état se présentant féru d'humanisme ne pourrait perpétrer.
 
La Russie, par son intervention militaire, contribue radicalement à mettre un terme à cette politique d'illusionniste de la thalassocratie anglo-saxonne. En attaquant Daesh le mauvais autant que les pseudo modérés de la CIA, elle a déclenché des hurlements de tout ce que l'impérialisme compte comme voix dans le monde et elles sont nombreuses.
 
Les médias dont on sait qu'ils sont aux ordres et comme s'il fallait nous en donner une preuve supplémentaire, se sont déchaînés contre la Russie et son leader Vladimir Poutine. Rapportez vous à votre programme télé habituel et vous verrez comment la russophobie se répand comme une traînée de poudre.

La Russie s'en prend au « terrorisme » montré bruyamment comme étant islamiste, dont on nous dit que depuis 2001 les USA et ses satellites lui feraient une guerre acharnée. C'est pour l'impérialisme évidement intolérable car ce faisant tous ses plans de domination sur le monde par la manipulation des consciences sont dévoilés soudainement.
 
Alors évidemment tout maintenant s'éclaire même pour les plus sceptiques et cette guerre présentée par des médias aveugles ou au mieux borgnes comme étant complexe est parfaitement simple, il n'y a bien que deux camps celui de l'impérialisme terroriste et celui qui a entrepris de lui faire la guerre car il fut acculé à la faire.

alain-benajam.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter