Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Tout et tout de suite !


Tribunes
Mercredi 17 Décembre 2014 - 12:32

Notre guide éclairé l’a dit et répété, la semaine dernière. Ici, lors d’un passage à l’agence Tadamoun ou là, dans un centre de formation professionnelle. Le genre de déclarations qu’on provoque à l’occasion d’une visite pas si inopinée que cela, dans une structure de l’Etat.


Tout et tout de suite !

 Un journaliste du service public est commis pour poser la « bonne » question, au moment où le Président achève son parcours et sort, attendant qu’on lui tende le micro. Commence alors un long monologue où le rectificateur en chef délivre son message sur l’actualité chaude du moment. Cette semaine, c’était, encore une fois, la gabegie et le détournement des deniers publics qui étaient « à l’honneur », deux thèmes chers à notre leader maximus.

Question d’autant plus brûlante que plusieurs milliards d’ouguiyas viennent de s’envoler des caisses du Trésor public, à Nouadhibou, Aioun et Néma, et de celles de la SOMELEC, à Kiffa, Sélibaby, Akjoujt et Rosso. Durant quelques années, des percepteurs et caissiers indélicats ont fait main basse sur ces rondelettes sommes, sans que personne n’y trouve à redire, malgré des trains de vie des plus fastidieux, sans commune mesure avec les revenus modestes de ces fonctionnaires.
 

La « bonne » question du jour n’avait, on l’espère, rien à voir avec les organismes visités. Elle portait, en effet, sur la Journée mondiale de lutte contre la corruption. Et Ould Abdel Aziz d’y répondre avec volubilité, sans crainte des répétitions et redondances qui faisaient, ici, office de clous à marteler : « La lutte contre la gabegie et la corruption sera poursuivie dans le pays […] Notre combat contre la gabegie n'est pas un slogan […] Nous continuerons à lutter contre la gabegie, la corruption et le détournement des deniers publics et les lois se rapportant à ce sujet seront appliquées à tous, avec toute la rigueur requise […] ».
 

Tremblez, prévaricateurs ! Ceux qui ont été pris la main dans le sac seront punis, selon les lois de la Mauritanie nouvelle : ils ne rembourseront pas une ouguiya, resteront quelques mois ou années en prison, comme d’autres qui les ont précédés et se retrouveront libres comme l’air, sur intervention d’un général, d’un gros bonnet ou d’un chef de tribu. Peut-être même que ce laxisme a encouragé certains à tenter leur chance, provoquant cette saignée dont on n’est pas prêt de situer les débuts, encore moins les montants, le contrôle n’ayant concerné que les quatre dernières années.
 

Cela dit et quoique ce crime économique soit impardonnable, il n’est que l’arbre qui cache la forêt. La gabegie, ce n’est pas seulement piquer dans la caisse. C’est les nominations de complaisance, l’attribution de marchés de gré à gré, le trafic d’influence, pour obtenir des avantages indus, l’exclusion de cadres compétents, parce qu’ils ne sont pas du « bon » côté, la toute-puissance de la parentèle à laquelle aucun ministre ou directeur général ne peut rien refuser… C’est ce culte, généralisé, de l’argent avant tout, par-dessus tout, sans aucune considération de juste rémunération de compétences, travail bien fait, engagement tenu.

La jeunesse soixante-huitarde des pavés parisiens clamait : « Ce que nous voulons ? Tout et tout de suite ! » Et certes : si la Mauritanie contemporaine en a fait son slogan, il est vrai qu’elle est fort jeune. Même si les plus acharnés à appliquer cette maxime ne sont pas tous nés, loin de là, de la dernière pluie…
 

Ahmed Ould Cheikh

Source:Lecalame

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter