Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Tiyib Ould Sidi Ali: Du quartier Nouakchottois de Ten Sweilem, aux camps d’AQMI


Actualité
Mardi 25 Octobre 2011 - 16:23

Tiyib Ould Sidi Ali était un des lieutenants d’AQMI, tué lors d’un raid aérien préventif de l’aviation mauritanienne dans la région de la forêt de Wagadou au nord du Mali selon l’état major mauritanien. Retour sur un parcours atypique.


Tiyib Ould Sidi Ali: Du quartier Nouakchottois de Ten Sweilem, aux camps d’AQMI
Quelles que soient les versions sur la mort de Tiyib Ould Sidi Ali, c’est bien l’un des terroristes les plus recherchés de la zone du Sahel qui vient de disparaître. Celui-ci avait participé à différents actes terroristes, et aussi au braquage d’un fourgon de transport de fonds du port de l'amitié de Nouakchott. Ce terroriste faisait aussi également partie des éléments d’AQMI qui étaient entrés en février dernier à Nouakchott pour faire exploser l’ambassade de France et le ministère de la défense nationale. Ce qu'ils auraient peut-être réussi sans l'intervention de l’armée qui a réussi à faire exploser la voiture piégée aux environs de Nouakchott.
 
Le père de Tiyib, la voix cassée, raconte les années de douleur, à contenir la déception issue de l'embrigadement de son fils dans l'idéologie islamiste. Une douleur qui atteint un point d'orgue avec la mort de celui-ci.
Selon une voisine des parents de Tiyib, qui était en classe avec lui au collège «Tiyib n'a pas fini ses études secondaires; et les traits innocents et timides de l’adolescence ont commencé à devenir autre chose». «Dès l’an 2000 il a commencé à prendre des distances par rapport à nous tous. Il ne parlait plus à personne, même pas à moi qui étais relativement proche de lui, et par rapport à la proximité de nos maisons» continue l'amie d'enfance.
 

Tiyib Ould Sidi Ali: Du quartier Nouakchottois de Ten Sweilem, aux camps d’AQMI
Il y a quelques années, Tiyib aurait abandonné les bans des classes et acheté un taxi qu’il conduisait. C'est à ce moment que ses voyages auraient commencé. «A chaque fois qu’il revenait d’un de ses longs voyages, ses parents prétendaient qu’il était allé à la Mahadra». «Au bout de quelques-uns de ces voyages, ses traits de personnalité ont commencé à changer, et un Tiyib plus dur est apparu» témoigne l'amie de Tiyib. «Il a toujours été introverti ; il ne jouait pas au foot avec les autres enfants de son âge, ou ne s'adonnait pas aux petits loisirs juvéniles. Il était calme, mais avec le temps, ce calme se manifestait parfois par une agressivité inquiétante» selon la même amie. Depuis il aurait coupé les liens avec tous ses amis d'enfance.
 
«Le changement de caractère de mon fils a coïncidé avec la période où il fréquentait les Mahadras Oum Al Koura, et N’Takvachit près de Wad Naga (à 50 km à l’est de Nouakchott- ndlr)» se rappelle son père, qui insiste sur le fait qu'il n'accuse nullement ces prestigieuses  universités de former des terroristes.
Selon lui, «ce sont les voyages répétés, et les rencontres avec certains chefs d’Al Qaida qui ont fini par transformer le destin de mon fils jusqu’à qu’il s'engouffre dans la mouvance terroriste, qu'il considérait comme sa seule famille».

Baba Ould Horma
Noor Info


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires