Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Tension politique : L’escalade atteint son paroxysme


Actu Mauritanie
Dimanche 20 Mai 2012 - 11:08


Tension politique : L’escalade atteint son paroxysme
La confrontation politique entre le pouvoir et ses opposants est passée depuis vendredi dernier à sa vitesse de croisière vers le blocage et la dérive dangereuse, marquée par la recrudescence de la répression policière, qui n’épargne plus les marches pacifiques, ni les leaders de la COD toujours fortement engagés dans leur bras de fer avec le régime, exigeant de plus belle l’abandon du président de la république du pouvoir.

La police anti-émeute a dispersé vendredi dernier, une manifestation organisée par la COD, après la prière de 14h, à laquelle avaient participé aux côtés des militants de l’opposition, les leaders de cette coalition, scandant de la même voie mais avec plus d’insistance leur appel régulier lancé au président de la république pour quitter le pouvoir.

Partie en direction du ministère de l’Intérieur, la marche des opposants a buté sur les forces antiémeutes, fortement mobilisées ce jour là pour mater ces mécontents, faisant recours aux matraques et aux grenades lacrymogènes pour disperser l’immense foule, procédant par la suite à quelques arrestations dont certains hauts responsables des partis composant la COD.

La marche de l’opposition boycotteuse s’inscrivait dans le cadre de ces agitations périodiques engagées depuis quelques semaines réclamant le départ du pouvoir accusé par la COD d’avoir plongé le pays dans «une crise multidimensionnelle».
Hier, les leaders de la COD se sont fortement mobilisés de nouveau, non pas pour presser le régime de partir, mais pour exiger la libération de leurs militants toujours détenus par la police. Après concertation, les chefs des principales formations politiques de la COD avaient décidé de tenir un rassemblement pacifique de 15 min devant le commissariat de police de Tevragh Zeina 1, où sont détenus leurs partisans leaders et sympathisants, arrêtés la veille, au terme de violents accrochages entre manifestants et forces antiémeutes.

De l’avis des leaders de la COD, cette politique répressive abusive prônée par les autorités ne fléchira aucunement leur détermination d’aller de l’avant dans leur revendication portant sur le départ de Ould Abdel Aziz du pouvoir.

En attendant de voir comment la COD s’organisera dans les prochains jours pour afficher sa ferme volonté, tout en prenant conscience de l’ampleur des brutalités et des arrestations auxquelles elle pourra exposer ses chefs et ses militants, le pouvoir saura sans doute, murir quant à lui sa gestion de cette escalade, tout en prenant conscience que la répression est l’arme la plus périlleuse pour contenir la colère des citoyens, capable plutôt de conduire à des résultats contraires.

En effet, attiser la flamme de la contestation par les brutalités a prouvé à la lumière de ce qui s’est passé dans les Etats arabes que la répression violente ne fait qu’accentuer et proliférer les foyers de tension à Nouakchott et à l’intérieur du pays au lieu d’en assurer le total étouffement.

C’est ce risque de recrudescence fatale qu’opposants et pouvoir tous les deux réunis doivent réaliser pendant qu’il est temps pour éviter au pays de plonger dans le chaos infernal et inutile du printemps arabe dans lequel sont pris en tenaille aujourd’hui l’Egypte, la Tunisie, la Syrie, la Libye, le Yémen...
 
Md O Md Lemine
le-renovateur


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires