Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Syrie: Quatre ans de guerre


Vu de Mauritanie par MFO
Mardi 17 Mars 2015 - 09:00

Le Monde célèbre les quatre années de guerre en Syrie. Au tout début du mouvement, Al Jazeera et Al Arabiya – des chaines mobilisées pour soutenir la rébellion syrienne – nous ont promis une promenade de santé qui va voir Bachar al Assad quitter le pouvoir pour être remplacé par un gouvernement démocratiquement élu et des institutions républicaines dignes de ce nom.


Une famille de réfugiés syriens devant une maison dans un quartier d'Istanbul le 4 mars 2014.
Une famille de réfugiés syriens devant une maison dans un quartier d'Istanbul le 4 mars 2014.
Très vite, les puissances étrangères sous la houlette des pays du Golf, vont entreprendre l’armement des rebelles poussant vers une militarisation de la confrontation. Nous ne le dirons jamais assez : l’objectif était d’abord la destruction d’un pays qui a donné l’impression de refuser le diktat américain et israélien dans la zone. Cet objectif-là est atteint, et même largement atteint.
 
La Syrie d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle du 15 mars 2011. Un pays qui assurait son autosuffisance alimentaire, sanitaire, qui avait une industrie très développée, où la pauvreté n’existait presque pas, tout comme l’analphabétisme. Un pays réputé être le moins cher de la région, le plus sûr aussi. Avec ses universités prestigieuses, son Histoire millénaire, ses vestiges, ses musées, ses églises, ses mosquées… Un pays qui préservait la pluralité culturelle et ethnique de ses populations…
 
Commence la cinquième année de la rébellion. Qu’en est-il de la Syrie ? Un pays exsangue, détruit, pillé, divisé, détruit… Plus d’universités, plus de mosquées historiques, plus de vestiges historiques, plus d’églises, plus de convivialité, plus d’industries, plus d’unité territoriale…
 
Parce que les monarchies du Golf et leurs alliés occidentaux ont voulu imposer la démocratie. Parce qu’ils ont jugé qu’il n’y avait pas assez de liberté dans ce pays tenu par un dictateur. On n’a jamais sur quel modèle de démocratie les amis de l’Occident voulaient importer en Syrie. Est-ce le modèle saoudien ou le modèle qatari ?
 
Toujours est-il que les groupes islamistes ont commencé à installer leur pouvoir, à délimiter chacun son Jihadistan. De ces groupes, deux ont particulièrement réussi à s’installer : Jabhat al Nouçra affiliée à Al Qaeda et Da’esh (Etat Islamique du Levant). Tous deux ont bénéficié de la complicité (sinon de la duplicité) des puissances régionales et internationales. Les Américains y voyaient la possibilité d’affaiblir le pouvoir irakien et par ricochet l’Iran.

Les Français croyaient que l’existence de tels mouvements pouvait inverser le rapport de force au Liban en faveur des alliés locaux et au détriment du Hezbollah. Les monarchies sunnites du Golf y voyaient une possibilité d’endiguer l’influence iranienne dans l’espace chiite. D’autres pays arabes et européens y trouvaient une opportunité de se débarrasser des radicaux égarés militants du Jihadisme en les laissant aller sur un théâtre dont ils ne reviendront probablement pas… Tout le monde croyait y trouver un compte.
 
Quatre ans après, Bachar al Assad tient encore une grande partie du pays, son armée semble prendre le dessus. C’est pourquoi l’Amérique se résout à la nécessité pour elle de discuter avec le pouvoir d’Assad. La cinquième année qui débute sera donc un tournant dans l’appréciation que la communauté internationale aura de ce conflit.
 
En attendant, près de trois cents mille syriens sont morts, dix millions ont été déplacés, on compte près de huit millions de réfugiés dans des camps à l’extérieur. A qui la faute ?
 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter