Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sur la route de Wadane (3)


Vu de Mauritanie par MFO
Jeudi 9 Février 2012 - 17:18

Je continue à vous entretenir du voyage au bout de Wadane. J’y suis pourtant depuis vendredi soir. Seulement, la route est longue et je veux le faire sentir à travers les différents épisodes de ce voyage.


Sur la route de Wadane (3)
Atar, la capitale de l’Adrar qui a troqué ses aspectes traditionnels de vieille ville de pierre et de banco contre les grosses bâtisses de béton armé. De nouvelles villas qui ont remplacé partout les maisons de pierre. Les quartiers de maisons ayant appartenues à l’Etat «réformées» pour des particuliers à la fin des années 90 et transformées par eux en riches demeures. Mais Atar reste cette ville très enracinée dans les valeurs des hommes de la région où, comme je l’ai déjà dit, le travail est une vertu. On le sent quand on voit les hommes se déplacer à vélo transportant les produits de la culture sous palmier (maraichage notamment), ou les femmes vendre ces produits. Chacun s’occupe. Le centre-ville est en train d’être aménagé. Mais le marché construit par Sejad Ould Abeidna, alors maire d’Atar, rappelle quand même qu’ici était la Qasba, la vieille ville de cette cité. Dommage pour la ville et pour ses habitants qui n’avaient pu empêcher à l’époque cette destruction de tout un pan de leur histoire.   
 
Je voulais continuer à vous parler de cette ville qui recèle un trésor immense : les habitants. De grandes qualités dont le sens de l’hospitalité, la simplicité et le sens de l’entreprise.
 
Mais j’apprends la mort accidentelle d’un vieil ami que je n’ai pas vu depuis quelques années : Amar Ould Hweyriya. Il se rendait, avec des frères à lui, à Wadane où il devait prendre part à la compétition de tir. Leur voiture qui roulait visiblement vite, a perdu deux de ses pneus et a fait quelques tonneaux. Amar est mort sur le coup, l’un de ses frères est dans le coma, les autres sont blessés. Catastrophe pour tout le monde. L’homme est connu pour sa gentillesse, sa disponibilité, sa gaité communicative, son franc-parler, sa prodigalité et sa bonté. Tout ce qui fait le guerrier d’antan.
 
Je l’ai connu personnellement en 1983, à Aïoun où il représentait la société mauritanienne de commercialisation des produits pétroliers (SMCPP). Avec Habib Ould Mahfoud, Bah Ould Bouthiah, Ahmed Ould Bah et bien d’autres nous avions tenté et réussi une intégration sociale sans précédent. En grande partie grâce à lui. Il réussira la même chose à Kaédi où il devait rencontrer celle qui sera la mère de ses enfants. Partout où il passera, Amar saura dispenser le bonheur de vivre et de partager. Puisse Allah l’accueillir dans Son Saint Paradis et donner à ses parents, ses frères et sœurs, ses amis, ses compagnons la force de supporter sa perte.
 
Inna liLlahi wa inna ilayhi raji’oune

Mohamed Fall Oumeir

 
oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter