Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sport: Deux candidatures au chevet du football mauritanien


Sport
Lundi 20 Juin 2011 - 16:39

Dans l'impasse depuis des décennies, jamais qualifiée pour une coupe d'Afrique des nations, l'équipe mauritanienne de football, plus généralement, le football mauritanien est atrophié. Deux candidats aux méthodes et visions différentes, briguent la présidence de la Fédération de football mauritanien (FFRIM), pour faire éclore (enfin?) un brin de professionnalisme dans notre football national.


Sport: Deux candidatures au chevet du football mauritanien
Un vendredi après-midi, au stade olympique. Chaque week-end la même scène: des dizaines de jeunes et moins jeunes se retrouvent pour jouer au football, sur les quelques terrains poussiéreux éparpillés de ci de là. Aux alentours dès que l'espace le permet, et dans tous les quartiers de toutes les villes de la Mauritanie, une scène identique autour d'une même passion: le ballon rond.

C'est la seule vision positive qui peut être relatée du football en Mauritanie. Dès qu'on veut s'aventurer au-delà de ce seuil de l'amateurisme, on se heurte à une réalité toute autre: le football professionnel mauritanien n'a pas cette vigueur des amateurs. Et pour cause: selon la plupart de ses acteurs, ses différents responsables qui ont été à son chevet, n'ont jamais daigné, après le diagnostic, perfuser le malade.

«Une volonté politique est absolument nécessaire pour développer ce sport. L'état à une période, subventionnait le football à hauteur de 20 millions d'ouguiyas. Que voulez-vous faire avec? Ce n'est même pas le budget de fonctionnement de la fédération, d'autant que tout manque: des stades aux structures d'entraînements. Depuis deux ans, on voit une manifestation nette de cette volonté, qui rend optimiste quant à l'avenir de notre football national.» explique Massa Diarra, secrétaire général de la FFRIM.

Tout en acquiesçant, Abdoul Aziz Sall, agent médical dans la psychiatrie, arbitre international mauritanien à ses heures, évoque aussi l'amateurisme notoire du football professionnel mauritanien.
«Tout est à faire. C'est pour cela que je ne pense pas qu'on puisse même parler de football mauritanien, qui n'est même pas embryonnaire! On n'a pas de centres de formation, pas de petites catégories de joueurs. On est dans l'amateurisme le plus total. Il faudra beaucoup de moyens humains et financiers pour pallier cela.» explique Sall.

«On ne peut pas concevoir pour un pays comme la Mauritanie, qui avait un train d'avance sur le plan du football par rapport à des pays comme la Gambie et le Niger, il y a une décennie encore, et qui aujourd'hui est dépassée par ces pays.» déplore-t-il.

Deux visions de la renaissance du football mauritanien

Pour sortir de cette impasse, Moulay Ould Abbas, et Ahmed Ould Yahya les deux candidats à la prochaine élection pour la présidence de la FFRIM, présentent deux visions, optimistes, et enthousiasmantes, pour redorer le blason du football mauritanien.
Moulay Ould abbas, part du constat et du principe que beaucoup passera par la base, de la détection au suivi des talents, dans des centres formateurs notamment. Quant à Ahmed Ould Yahya, il insiste sur l'organisation et le travail d'équipe de «professionnels du football» qui l'entourent, pour mener à bien son projet.
C'est une partie de cette équipe justement que certains observateurs du ballon rond mauritanien mettent en exergue, comme en témoigne ce journaliste sportif de la place, qui a requis l'anonymat.

«De nombreux visages de l'équipe du changement sont des anciens qui ont balisé le terrain pour Mohamed Salem Ould Boukhreiss, l'actuel président de la FFRIM. Ce sont eux qui hier défendaient Ould Boukhreiss, contre les clubs de deuxième division qui s'étaient ligués contre lui pour sa mauvaise gestion du football mauritanien.» dit-il sceptique.
Les élections auront lieu le 29 juillet prochain, et quelque soit le vainqueur, le football mauritanien en sortira grandi. C'est ce qu'espère en tout cas Massa Diarra. «Les deux listes présentées sont sérieuses, et elles peuvent prétendre, toutes les deux, changer durablement le football mauritanien, et lui insuffler cette fraicheur nécessaire à sa revigoration.» espère-t-il.
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire