Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sommet ordinaire des chefs d’Etats sahélo-sahariens à Rabat : Une embellie en perspective entre le Maroc et la Mauritanie


Actualité
Jeudi 21 Février 2013 - 15:05

Le Maroc s’apprête à recevoir incessamment le 13ème Sommet ordinaire des Chefs d’Etat sahélo-sahariens (CEN-SAD) qui viennent de boucler un sommet extraordinaire à NDjaména (Tchad). Créée en 1990 par le défunt Guide Libyen Mouammar Ghaddafi qui le finançait de ses fonds propres, la CEN-SAD est un regroupement politique parrainé par l’Union Africaine et qui jouit d’un statut d’observateur à l’ONU. Plusieurs observateurs estiment que si le président Mohamed Ould Abdel Aziz décide d’assister à la rencontre prévue à Rabat, dont la date n’a pas encore été fixée, cela pourrait dégeler les relations tendues depuis un certain temps entre le Royaume chérifien et la Mauritanie


Sommet ordinaire des chefs d’Etats sahélo-sahariens à Rabat : Une embellie en perspective entre le Maroc et la Mauritanie
Autres articles
Le Maroc abritera au cours de l’année, le 13ème Sommet ordinaire des Chefs d’Etat de la zone sahélo-saharienne (CEN-SAD). La décision a été prise lors de la rencontre extraordinaire qui s’est tenue à NDjaména le 16 février dernier. Du coup, beaucoup d’observateurs estiment que ce choix constitue une belle opportunité pour embellir l’axe dégradé Nouakchott-Rabat, si le président Mohamed Ould Abdel Aziz décide de s’y rendre en personne. Tel semble en tout cas le souhait du ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad Dine Al-Outhmani qui vient de déclarer que son pays « s’honore du choix qui lui est donné d’abriter un tel sommet et qu’il déploiera tous les efforts pour que l’ensemble des chefs d’Etat membres de la CEN-SAD y prennent part ». La présence personnelle du chef de l’Etat mauritanien constituera, selon la presse marocaine, une occasion rêvée de mettre un terme au différend qui oppose son pays au Royaume chérifien.

Il faut dire que l’objectif visé par Rabat, à travers l’organisation d’une telle rencontre qui regroupera des pays dont le poids démographique représente 48% de la population africaine, soit 420 Millions d’habitants, est de se tailler un rôle politique nouveau qui lui permettra de marquer des points face à son ennemi juré l’Algérie. La rencontre extraordinaire de NDjaména qui vient de s’achever, lue du côté de Rabat, est en effet considérée comme une revanche sur l’histoire, car elle signe l’arrêt de mort du fameux Regroupement des pays du Champs au Sahel dont la base se trouvait à Tamanrasset et dont l’Algérie se servait pour assurer son hégémonie, tout en y écartant le Maroc. La participation de la Mauritanie à cet ensemble qui l’obligeait à partager la vision algérienne, est d’ailleurs considérée par les observateurs comme l’une des pommes de discorde avec le Royaume chérifien.

Les relations entre les deux pays ont en effet connu des hauts et des bas tout au long de leur histoire politique. Alors que le Maroc a tardé à reconnaître la Mauritanie comme pays indépendant, seulement en 1969, la considérant comme partie intégrale du royaume, leur destin sera cependant commun tout au long de la guerre au Sahara. Avec le coup d’Etat de 1978 et l’arrivée des militaires au pouvoir en Mauritanie, les relations entre le Maroc et la Mauritanie atteindront un degré exécrable sous Ould Haïdalla avant de prendre des courbes irrégulières sous le règne de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya, avec cette embellie de 2001 marquée par la visite historique de Mohamed VI à Nouakchott. Après la normalisation des années 2005 à 2007, les liens se détérioreront progressivement avec l’arrivée de Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir. Pourtant, tout au début, l’opinion nationale pensait dur comme fer que s’il existe une deuxième patrie pour l’homme fort du 6 août 2008, c’est indubitablement le Maroc, en ce que ce pays représente pour lui sur le plan professionnel et affectif. Mais la real politik en décidera autrement. La guerre contre le terrorisme et le tandem bâti sur l’axe Nouakchott-Alger-Paris prendra le dessus, égratignant au passage un Maroc pour qui l’ami de l’Algérie est forcément un ennemi.

En 2011, la tension entre les deux pays montera d’un cran, avec l’expulsion par les autorités mauritaniennes du Chef de bureau de la MAP (agence marocaine de presse) accusé par Nouakchott de comportements non conformes à sa profession, alors que Rabat y voyait un « message politique » sans équivoque. L’incident avait pris des tournures politiques d’autant qu’il intervenait en pleine lune de miel entre la Mauritanie et l’Algérie.

En décembre 2012, un autre incident viendra gripper de nouveau les liens entre les deux pays, suite au refus de la présidence de la République mauritanienne de recevoir le ministre d’Etat et vice-premier ministre marocain, Abdallah Baha. Interrogé, ce dernier reconnaîtra d’ailleurs l’existence de « nuages sombres » dans les relations entre Nouakchott et Rabat. Il rectifiera toutefois en reconnaissant que ses relations, mêmes émaillées de malentendus, n’affectent en rien l’amitié qui les lient, précisant que le Maroc et la Mauritanie ne sont pas seulement deux pays voisins, mais des pays frères. S’ajoutera à l’imbroglio maroco-mauritanien, la rumeur qui courut après l’incident des tirs sur le président Mohamed Ould Abdel Aziz, certains ayant accusé le Maroc d’être derrière le coup. Une accusation vite démentie par Rabat. N’empêche, l’ambassadeur du Maroc en France sera empêché de rendre visite au président pendant son hospitalisation à Paris. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le 13ème Sommet ordinaire de la CEN-SAD, prévu à Rabat, permettra aux deux pays de repartir sur des bases plus saines.

Cheikh Aïdara
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires