Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Si Lo Gourmo avait saisi ces deux mots de la CENI, il se serait appliqué à se taire…


A.O.S.A
Jeudi 5 Décembre 2013 - 05:13


Si Lo Gourmo avait saisi ces deux mots de la CENI, il se serait appliqué à se taire…
Monsieur Lo Gourmo rappelle, selon ses termes, que l’élection de 2009 est trafiquée, il aurait pu  arrêter là son raisonnement puisque à partir de là forcément tout ce que signerait un président élu à cette date n’aurait aucune valeur aux yeux du professeur. De même depuis qu’il a prouvé que ni le gouvernement ni personne sinon le peuple n’a autorité à prolonger la validité du mandat des parlementaires, il aurait pu là encore s’arrêter mais il continue ses pléonasmes juridiques encore et encore. Le voilà de retour pour expliquer que le décret refixant une date pour le second tour est contraire à la loi car il faudrait respecter les deux semaines après le premier tour même si c’est l’autorité, que Lo Gourmo ne reconnaît pas comme légale, qui a décrété le premier tour.
 
Après sa brillante démonstration, que propose Lo Gourmo pour remédier à ce problème juridique ? Il ne propose absolument rien car dit-il : « cela est désormais impossible puisque le semblant de mandat de cette présente Assemblée est désormais également expirée et qu'elle ne peut donc plus être réunie... C'est donc l'impasse juridique, à nouveau. »
 
D’ailleurs que peut-il  proposer d’autre surtout que Lo Gourmo sait que ses amis de la COD révolutionnaire ont continué à percevoir salaires de cette assemblée qu’ils jugent illégale depuis deux ans. Si Lo Gourmo était du camp du pouvoir, il aurait trouvé de beaux arguments prouvant selon sa logique qu’il s’agit là de corruption et de complicité avec le pouvoir. 
 
Pourquoi les Codistes n’ont pas quitté l’assemblée et refusé les salaires ?  
 
Pour le reste, si Lo gourmo avait mieux lu deux mots très importants écrits dans la délibération de la CENI, il eût alors saisi toute la sagesse des termes. Ces mots à propos de l’impasse que reconnaît Goumo,  sont « législation applicable… ». En effet, juridiquement que reste-t-il de la législation applicable dans la situation où se trouve le pays avec une assemblée rallongée au bénéfice de tous, codistes compris sinon une délibération de la CENI qui, ayant autorité de fixer la date des élections, fixe une autre date pour le second tour afin que le scrutin se passe dans les meilleures conditions vu les difficultés issues du retard à obtenir tous les résultats après 4 scrutins simultanés jamais vus dans le monde démocratique.
 
Voyons les mots « législation applicable » qu’a ratés Lo Goumo :
« Le comité a, également, chargé son président de transmettre la présente Délibération à l'autorité compétente pour procéder à la convocation du collège électoral, à la date ci-dessus, dans la forme et délais prévus par la législation applicable. »
 
Oui ! Le pays traverse une situation juridique difficile dont tout le monde a profité sans exception car personne n’a quitté l’assemblée jugée illégale par les amis de Lo Gourmo. Le reste s’inscrit dans le processus démocratique qui comme son nom l’indique est en cours...
 
Tant que Lo Gourmo n’a rien à proposer d’autre que de constater qu’il n’y a pas d’autres moyens de servir la législation applicable, il doit reconnaître que  la CENI et le pouvoir font tout ce qui peut être fait en matière de législation applicable…

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires