Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sénégal: Macky Sall gagne le match des ralliements


Actualité
Mardi 6 Mars 2012 - 12:14

Au Sénégal, les négociations sont féroces avant le deuxième tour de la présidentielle, organisée le 25 mars. Macky Sall prend l’avantage. Mais Wade est-il prêt à accepter une défaite?


Sénégal: Macky Sall gagne le match des ralliements
L’heure est aux tractations au «pays de la Téranga» (Bon accueil, tolérance, surnom du Sénégal). Chacun des deux candidats au second tour, Abdoulaye Wade (au pouvoir depuis 2000) et Macky Sall (ex-Premier ministre de Wade), telle une femme qui tient coûte que coûte à séduire, veut paraître plus charmant pour se faire de grandes alliances.

A quelque deux semaines de la date de l’élection, prévue pour le 25 mars prochain, Macky Sall a pu obtenir des ralliements de taille qui devraient troubler le sommeil du «vieux».

A l’exception de quelques partis pas trop pesants sur l’échiquier politique sénégalais, qui se sont joints à Gorgui (le vieux en wolof, surnom du président Wade), toutes les grosses pointures disent apporter leurs soutiens à Sall.

Fin de partie pour Wade?

Certes, tel un Fantômas, l’homme s’est toujours débrouillé pour se tirer d’affaire, mais l’on peut bien se poser des questions sur les chances d’un Wade que l’opposition fuit à présent comme un pestiféré. On est loin d’affirmer, sans précaution aucune, que les carottes sont déjà cuites pour Gorgui face notamment à ces ralliements tous azimuts à la cause de Sall. Ce serait mal connaître l’arithmétique politique où 1+1 ne font pas toujours 2.

On constate toutefois que l’ex-Premier ministre de Wade a déjà gagné la bataille des ralliements qui le met, de facto, en pôle position. Mais quelque part, Gorgui paye très cher pour ses turpitudes.

L’homme qui a battu le record mondial en termes de nombre de Premiers ministres «consommés» en si peu de temps, s’est fait beaucoup d’ennemis politiques, même dans son proche entourage. Mustapha Niasse et Idrissa Seck qui sont tout comme Macky Sall des ex-premiers ministres du président Wade ont eux aussi appelé leurs partisans à voter au second tour en faveur du rival d’Abdoulaye Wade.

Les erreurs de Wade

Son intransigeance dans le tripatouillage constitutionnel et sa volonté de se forger un pouvoir à vie ont fini par exaspérer plus d’un. Wade qui s’est toujours comporté en bon disciple de Machiavel en faisant fi de toute morale politique, a sans doute aujourd’hui de grands regrets. En tout état de cause, il faudrait que Gorgui commence à admettre que tout est désormais possible: son succès tout comme sa défaite.

Qu’il commence surtout à s’imaginer une vie hors du palais de Dakar, lui qui, de toute évidence, n’y avait jamais pensé. Toute chose qui lui permettrait de se préparer psychologiquement afin d’épargner au Sénégal le scénario à l’ivoirienne. A l’issue du deuxième tour de la présidentielle de 2010. Les deux candidats s’étaient proclamés vainqueurs du scrutin. Le conseil constitutionnel affirmant que Laurent Gbagbo était sorti vainqueur du scrutin, tandis que la commission et les Nations unies soutenaient Alassane Ouattara.

Car le véritable poison de la démocratie sous les tropiques africains, c’est quand les dirigeants se mettent dans la posture de César Borgia: «ou empereur, ou rien.»

Boulkindi Couldiati (Le Pays)
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires