Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sénégal : Le bêtisier de la campagne électorale


Lu sur le web
Mardi 20 Mars 2012 - 11:47

La campagne pour l'élection présidentielle sénégalaise a été riche en évènements pittoresques et rocambolesques. Petit florilège.


Sénégal : Le bêtisier de la campagne électorale
Une drôle de campagne. C’est le moins qui l’on puisse dire de l’élection présidentielle du Sénégal. Entre manifestations pour le retrait de la candidature du président sortant, scission de l’opposition et débat autour du report de la présidentielle. On aura vécu une campagne électorale à la fois violente et vide. A l’exception de quelques candidats, aucun programme n’a été proposé aux citoyens sénégalais. Autant, les Sénégalais auront vécu une période lourde de tension, mais aussi une campagne riche en surprises. Les politiciens nous ont offert le meilleur comme le pire. Retour sur les lapsus et autre petites phrases qui nous ont fait tordre de rire.

10- La candidate qui se perd en brousse:

Amsatou Sow Sidibé, leader de Car lennen, et candidate à la présidentielle a eu sa part de mésaventure lors cette campagne électorale. Voulant se rendre meeting dans la région de Fatick, la dame s’est égarée en brousse. Après quelques détours dans la localité, elle a retrouvé son chemin grâce à un villageois. Seulement, arrivée très en retard au village où elle devait tenir son rassemblement, elle ne trouvera à peine que 10 militants sur les lieux, venus l’accueillir. Las d’attendre sous le vent et la poussière, les autres militants ont préféré regagner leur domicile. Pis encore, la candidate à la présidentielle s’est emmêlée les pinceaux sur les difficultés auxquelles font face les populations de la localité et a été sauvée in-extrémis par un journaliste.

9- Cette directrice de campagne qui n’a pas de carte d’électeur:

La directrice de campagne du candidat de Idrissa Seck, Léna Sène n’a pas voté lors du scrutin du dimanche 26 février dernier. L’hebdomadaire Nouvel Horizon révèle, dans sa livraison du 2 mars que la belle Léna Sène ne s’est pas acquittée de son devoir citoyen, car ne disposant pas de carte d’électeur. Raison pour laquelle, elle n’a été aperçue dans aucun bureau de vote par la presse.

8- Les gourdins dans l’air du temps:

A Dakar, on se promène désormais avec un pilon dans le sac. Le marabout Cheikh Béthio Thioune a demandé à ses «11 millions» de disciples de tous se munir de cet objet pour se protéger d’éventuelles agressions. Hommes et femmes sont venus à son « thiant » (cérémonie de chant religieux) du 3 mars armés de leur gourdin pour lui faire acte d'allégeance et lui promettre de voter en faveur du président sortant. De quoi donner du fil à retordre aux Laobés (caste spécialisée dans la fabrication du bois), qui en ce moment ont un agenda surbooké.

7- Difficile de voter quand on a 97 ans:

La mère du candidat de la coalition Bennoo Siggil Senegaal, Moustapha Niasse, âgée de 97 ans, n’a pas voulu manquer le rendez-vous du 26 février dernier. Arrivée à son centre de vote à Keur Madiabel, la vieille dame a eu toutes les difficultés à sortir de son véhicule pour accomplir son devoir citoyen. Au vu de son âge, le président du bureau du centre où elle devait voter a décidé, après concertation avec ses collègues, que l’urne aille vers la vieille citoyenne et non le contraire. Ainsi, c’est à partir de son véhicule que la vieille femme a voté, après qu’on lui a apporté sur place les bulletins, l’enveloppe, l’encre et une urne.

6 - La chute du membre du protocole de Wade:

En Afrique, les chutes sont signes d’un prochain malheur. Et pour bon nombre de Sénégalais aujourd’hui, la chute de Massamba Sarr, membre du protocole de Wade, n’augure rien de bon. Déstabilisé par les cris et hués des manifestants anti-Wade venus l’accueillir devant son bureau de vote, Massamba Sarr a fait une chute magistrale .

5 - Des bœufs noirs immolés pour faire gagner Wade

C’est un secret de polichinelle. Wade ne supporterait pas de perdre l’élection présidentielle. Et il remue ciel et terre pour arriver à ses fins. Et ne manque pas de s’attacher les bons services de gourous. Rien que pour le premier tour de cette présidentielle, le quotidien l’Observateur révèle que 87 bœufs ont été sacrifiés et jetés en mer. Idem pour ce second tour où six bœufs noirs ont été immolés, a en croire Dakaractu.

4 - La consigne de vote du défunt Khalife

On aura tout vu dans cette campagne électorale. Même les morts se sont invités dans les débats. Ne se contentant pas uniquement de donner des consignes de vote à ses disciples, le guide religieux des thiantacounes a révélé que le défunt Serigne Saliou Mbacké, mort depuis 5 ans, lui ait apparu pour lui signifier qu’il fallait absolument voter en faveur du candidat Wade au second tour. Ce n’est pas tout. Une chanson a même été entonnée par ses disciples en l’honneur du président sortant.

3 - Diouma Dieng, une candidate atypique

S’il y a bien une candidature que les Sénégalais ne sont pas près d’oublier c’est bien celle de la styliste Diouma Dieng. Non seulement la couturière s’est illustrée lors du scrutin par son ignorance totale en matière de vote, en confondant la poubelle avec l’urne, mais elle continue de faire l’actualité avec des déclarations fracassantes. Classée dernière, selon les premiers résultats de ce scrutin, avec 0,12% des suffrages, elle s’est néanmoins réjouie de son score, qui selon elle est «satisfaisant». A l’en croire, il s’agit d’un bon score auquel elle ne s’attendait pas pour une première participation.

2 - Wade perd le nord

Sans aucun doute, Abdoulaye Wade a vécu sa pire campagne électorale. En plus des scènes de violences qui ont émaillé ce scrutin, sans oublier son véhicule qui a été saccagé à Nguèniène dans la région de Kaolack, le candidat des Fal 2012 a été copieusement hué dans son bureau de vote au point de perdre les pédales et d’oublier sur place sa carte d’électeur et sa pièce d’identité.

1 - Election Ou Erection

Le candidat à la présidentielle, Oumar Khassimou Dia, a d’énormes difficultés de prononciation. Et confond souvent le son «l» au « r ». Ce qui fait qu’à chaque fois qu’il voulait dire élection, il évoquait à la place l'«érection». Ainsi, se prononçant dans le débat du report de la présidentielle, il a soutenu que le «26 février sera le jour des érections». La vidéo de la déclaration du candidat a fait le buzz sur le net. Après avoir entendu son appel, un célèbre urologue d’un hôpital de Dakar, a demandé à ses épouses de ne pas y aller, car le jour des «érections» tout peut arriver, a rapporté un quotidien de la place, Direct Info.

Lala Ndiaye
Pour slateafrique.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires