Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sénégal : Karim Wade conteste 98% du patrimoine que lui impute la Crei


International
Mardi 16 Avril 2013 - 12:13

Les événements se précipitent dans l'affaire Karim Wade. Après le dépôt par ses avocats, lundi matin, devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), d'un mémoire en réponse assorti de nombreux documents, Karim Wade a été conduit à la section de recherche de la gendarmerie le même jour, où il a été entendu par les enquêteurs dans la soirée.


karim Wade a remis son dossier de défense à la Crei, le 15 avril. © DR
karim Wade a remis son dossier de défense à la Crei, le 15 avril. © DR
Karim Wade avait jusqu'au 15 avril pour transmettre à la Crei les pièces justificatives démontrant l'acquisition licite de son patrimoine. Or le dossier que ses avocats ont transmis lundi matin au procureur spécial Alioune Ndao, que Jeune Afrique a pu consulter, porte en premier lieu sur la contestation de la quasi-totalité du patrimoine d'1,5 milliard d'euros qui lui est imputé. Selon Me El Hadj Amadou Sall, ancien ministre de la Justice d'Abdoulaye Wade, « il s'agit d'un dossier en béton armé, sur lequel ils vont se casser les dents. Nous y démontons une à une les accusations ».

Le patrimoine de Karim Wade établi par la Crei se décompose en quatre catégories principales. D'abord, des flux bancaires relatifs aux deux comptes que l'ancien « ministre du Ciel et de la Terre » détient au Sénégal, à la SGBS et la CBAO. Sur ce point, les enquêteurs ont chiffré les « sommes versées sur ces comptes » au cours des douze dernières années, parvenant à une estimation totale d'1,4 million d'euros (0,13 % du total). Pour Karim Wade, ces versements « proviennent de sommes remises » par son père, l'ancien président, « pour la prise en charge des dépenses familiales et autres ».

Des véhicules ensuite. Les enquêteurs en dénombrent huit (pour 846 000 euros, soit 0,08 % du total), dont la propriété ou la valeur patrimoniale est partiellement contestée par l'intéressé. Selon son mémoire en réponse, la Porsche Cayenne lui a été offerte « par son Altesse royale l'Émir du Koweït », et la BMW Série 5 par « Sa Majesté le Roi du Maroc ». La Ford Ranger aurait été acquise par son père, de même que les trois GMC Denali, importées lors de la campagne présidentielle de 2012 et qui auraient été « dédouanées à son nom ». Karim Wade produit par ailleurs une expertise de ce parc automobile qui montre, selon lui, une nette surévaluation par la Crei.

Hommes de paille

En matière immobilière (23 millions d'euros, soit 2 % du patrimoine total), une partie des biens recensés par la Crei est reconnue par Karim Wade comme lui appartenant, même si la valeur qui leur est attribuée est jugée excessive par sa défense. Il s'agit d'une extension de la propriété familiale du Point E, actuellement en construction. Le terrain aurait été acquis par Abdoulaye Wade, qui l'aurait mis au nom de son fils dans le cadre d'un « partage d'ascendant ». Est également confirmée par la défense de Karim Wade la propriété d'un immeuble situé Sicap Rue 10. Là encore, une attestation opportune de l'ancien président vient justifier l'achat et le financement des travaux concernant ce bien immobilier qui aurait été cédé à son fils dans le même cadre.

En revanche, la propriété d'un complexe immobilier de luxe, baptisé Eden Roc et détenu par la société Hardstand, est contestée par Karim Wade. Celle-ci – valorisée par la Crei à 20 millions d'euros – appartient en effet à deux hommes d'affaires d'origine libanaise, Bibo Bourgi – proche de l'ancien ministre – et son frère Karim. Quant aux deux terrains officiellement détenus par des sociétés civiles immobilières appartenant à l'un de ses amis d'enfance, Patrick William, les avocats de Karim Wade produisent les titres fonciers et contrats de bail indiquant qu'ils sont toujours la propriété de l'État du Sénégal et ne peuvent donc appartenir au fils de l'ancien chef de l'État.

Vient enfin le gros morceau de la mise en demeure. Karim Wade, selon le procureur spécial, possèderait en sous-main pas moins de quinze sociétés (pour un total de 1,03 milliard d'euros, soit 98 % du total). L'une d'entre elles, DP World Dakar SA, est la filiale sénégalaise du troisième opérateur portuaire mondial, Dubai Ports World. Cette société a obtenu en 2007 la concession relative au terminal à conteneurs du Port autonome de Dakar. Le fait que cette filiale, dont la valeur est évaluée par la Crei à 596 millions d'euros, appartienne à Karim Wade a fait l'objet d'un démenti officiel de la maison mère.

Outre DP World Dakar SA, la Crei soupçonne Karim Wade d'être l'actionnaire caché de la société sénégalaise de service au sol AHS (Aeroport Handling Services) et de ses sept « sœurs » (Bénin, RCA, Guinée équatoriale, Guinée Bissau, Niger Ghana et Jordanie), mais aussi de la société chargée de l'exploitation de l'aéroport de Malabo, Adge. Des entreprises pourtant détenues majoritairement par les frères Bourgi. Figurent encore sur la liste de son patrimoine la société sénégalaise Daport SA, spécialisée dans le domaine aéroportuaire et officiellement détenue à 60% par l'opérateur allemand Fraport AG. Ou encore les sociétés BlackPearl Finance, ABS Sénégal, An Media (qui détient la chaîne de télé Canal Info News), CD-Media Group (qui contrôle le quotidien Le Pays et le site web lesenegalais.net).

Confrontation ou arrestation ?

Outre les différents motifs de nullité de procédure agités par les avocats de Karim Wade, les nombreux documents qu'ils fournissent à l'appui de leur mémoire en réponse semblent fragiliser la thèse de la Crei. Car les actes notariés, comptes consolidés et autres attestations émanant des dirigeants de plusieurs de ces sociétés confirmant que Karim Wade n'y détient aucune action, ne perçoit aucun dividende et n'entretient aucune relation d'affaires ou financière avec elles, risquent de peser dans la balance. La principale question qui se pose aujourd'hui n'est donc pas tant de savoir si Karim Wade a acquis son patrimoine de manière licite mais plutôt si le patrimoine estimé par la Crei peut, de manière incontestable, lui être attribué.

En milieu d'après-midi, ce lundi, alors que la masse compacte des supporters du fils de l'ancien président s'était regroupée aux alentours de la maison familiale du Point E, où la sécurité avait été renforcée, un nouveau rebondissement allait survenir. Des gendarmes en civil sont venus chercher Karim Wade pour l'emmener à la section de recherche de la gendarmerie, à Colobane, où celui-ci avait déjà été entendu à six reprises au deuxième semestre 2012. Selon diverses sources, il y aurait retrouvé plusieurs protagonistes soupçonnés d'avoir fait du portage d'actions à son profit.

Lundi soir, tout Dakar bruissait de l'affaire, même si la situation restait confuse sur la nature de cette convocation. S'agit-il seulement d'une énième confrontation avec d'autres témoins ? Ou faut-il y voir le signe annonciateur d'une prochaine mise sous mandat de dépôt ? Le procureur spécial Alioune Ndao, totalement muet depuis le mois de novembre, doit tenir une conférence de presse mardi 16 avril à 16 heures GMT. Au vu du mémoire en réponse, qui prétend réduire en cendres 98% de son enquête, les déclarations du magistrats sont particulièrement attendues.

Mehdi Ba, à Dakar
Pour JA
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire