Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Sénégal : Abdoul Mbaye limogé, Aminata Touré le remplace


Actualité
Lundi 2 Septembre 2013 - 12:36

Le banquier Abdoul Mbaye a été limogé dimanche 1er septembre de son poste de premier ministre. Aucune raison n’a été avancée quant à ce changement. L’ancien sociétaire de la BIAO a été remplacé par Aminata Touré, jusque-là ministre de la justice, devenue populaire avec l’affaire de la traque des biens mal acquis.


Abdoul Mbaye, premier ministre sortant
Abdoul Mbaye, premier ministre sortant
Si aucune raison officielle n’explique ce remaniement, la presse sénégalaise spécule sur de probables causes conjoncturelles et politiques. L’apolitisme d’Abdoul Mbaye, ajouté à la mauvaise situation économique du pays n’en faisaient pas un allié de choix. De plus, le nom de l’ancien premier ministre avait été cité en rapport au dossier Hussein Habré.

En trouvant refuge  au Sénégal en 1990, l’ex-président tchadien avait apporté avec lui 16 milliards de FCFA (20 milliards selon les autorités tchadiennes) et les avaient placés à la BIAO alors dirrigée par Abdoul Mbaye.  Dans une récente interview au journal américain Foreign Office, le président Macky Sall avait laissé entendre  qu’il prendrait ses responsabilités au cas où son premier ministre était mêlé dans cette affaire.
 
L’intéressé, qui a livré sa dernière interview en tant que premier ministre, vendredi dernier, dans l’émission “Les affaires de la cité” de la chaîne TFM, a notamment déclaré: «Sur l’affaire Hussein Habré, j’ai dit ce que j’avais à dire le 26 décembre, devant la représentation parlementaire. Je n’ai plus rien à dire. Par contre, je crois que j’ai pris rendez-vous avec ceux qui n’ont pas peur que le ridicule les tue lorsque l’information sur le dépôt éventuelle sera connue». Et d’ajouter en guise de conclusion: «Je démissionnerai si je devais comparaître sur l’affaire Hussein Habré.»
 
Rappelons que le parti démocratique sénégalais (PDS), minoritaire au Parlement, avait déposé une motion de censure en décembre 2012 contre Abdoul Mbaye. La motion avait été certes rejeté  mais M. Mbaye devenait par la même occasion encombrant dans un gouvernement qui a fait de la bonne gouvernance son principal cheval de bataille.

Aminata Touré, nouvelle première ministre du Sénégal
Aminata Touré, nouvelle première ministre du Sénégal
Aminata Touré la justicière 
 
Sans tarder, le chef de l'État a annoncé qu'Aminata Touré, ministre de la Justice sous Mbaye, prenait sa succession.
Quelques heures après l'annonce du limogeage d'Abdoul Mbaye et de son gouvernement, Aminata Touré, 50 ans, a été reçue au Palais présidentiel et a annoncé en sortant avoir été nommée Premier ministre. Elle est la deuxième femme à occuper ce poste au Sénégal après Mame Madior Boye, qui avait été chef de gouvernement de mars 2001 à novembre 2002.
 
Membre du parti présidentiel, l'Alliance pour la république (APR), Mimi Touré - comme la surnomme les Sénégalais - est proche de Macky Sall. Elle a joué un rôle important lors de la campagne présidentielle de 2012 et a, depuis, marqué l'action gouvernementale de sa patte, notamment dans le domaine de la lutte contre la corruption.
Le 1er septembre, Aminata Touré s'est immédiatement engagée à marquer son nouveau mandat par "l'accélération des actions qui ont été entreprises depuis l'année dernière". Il s'agit d'"une course pour le développement, pour l'amélioration des conditions d'existence" des Sénégalais "dans un contexte international marqué par la crise", a-t-elle déclaré.
 
Formée dans son pays et en France, cette diplômée d'économie a notamment travaillé pour des agences de l'ONU avant de s'engager en politique dans son pays. Aminata Touré, "la justicière" est, de longue date, une militante en faveur des droits de l'homme de longue date et célèbre au pays pour sa poigne tout comme son discours offensif.
Elle a entamé des consultations dimanche soir pour former son gouvernement, attendu pour les prochaines heures, avec pour mission de sortir de la crise le Sénégal, dont la majorité des quelque 13 millions d'habitants font face à la vie chère.
 
Affaire Habré et "traque des biens mal acquis"
 
Aminata Touré a eu à gérer des dossiers importants, notamment celle du procès d'Hissène Habré, l'ex-président tchadien réfugié au Sénégal depuis 1990, et celle de l'enrichissement illicite présumé de responsables de l'ancien régime, appelée "traque des biens mal acquis".
 
Hissène Habré est accusé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et torture durant ses huit ans de pouvoir au Tchad (1982-1990). Dakar et l'Union africaine (UA) ont signé en décembre 2012 un accord pour la création au Sénégal d'un tribunal spécial en vue de le juger. Aminata Touré a toujours jugé que "les Africains devaient être jugés en Afrique". Il a été arrêté le 30 juin et inculpé le 2 juillet, dans l'attente de son jugement.
 
Dans le cadre de la "traque des biens mal acquis", Karim Wade, fils, ex-conseiller et ex-ministre d'Abdoulaye Wade, a été inculpé par une juridiction spéciale et est incarcéré depuis le 15 avril, à Dakar.
 
Dans la même affaire, plusieurs responsables du parti de Wade ou de son régime - dont l'ex-mari de Mme Touré, l'ancien ministre Oumar Sarr - ont aussi été entendus par la gendarmerie ou la justice, tandis que plusieurs "opérateurs économiques" soupçonnés de malversations ont préféré "faire des transactions avec l'Etat", en remboursant des fonds publics, pour éviter des poursuites.
 
Sources : financial afrik/ AFP
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires