Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Scrutin du 21 juin : Une histoire d’éternel recommencement…


Actu Mauritanie
Samedi 10 Mai 2014 - 17:24

Ce soir mercredi, minuit, le délai de dépôt des candidatures pour la présidentielle du 21 juin 2014 sera clôturé, comme prévu. Aucune candidature de l’opposition dite radicale, réunie, au sein du forum national pour l’unité et la démocratie ne s’est déclarée, pour l’instant. Une seule candidature, celle de Boidiel Ould Hommeid, président du parti El Wiam, de l’opposition modérée, a été déposée au Conseil Constitutionnel, avant-hier soir. Elle succède à celle de l’actuel président de la République, candidat à sa propre succession.


Scrutin du 21 juin : Une histoire d’éternel recommencement…
On parle de la candidature du président de l’IRA, l’ONG humanitaire, antiesclavagiste, Biram Ould Dah Ould Abeïd. On cite, par ailleurs, d’autres noms, beaucoup moins connus sur la sphère politique ou publique.

Le Forum national pour la démocratie et l’unité ( FNDU) a fait porter, dans un communiqué rendu public, le 03 mai 2014, la responsabilité de l’échec du dialogue au pouvoir. Et s’est dit non concerné par l’élection du 21 juin prochain, qui, selon le communiqué, ne contribue pas à l’apaisement politique, ni au règlement de la crise. Toutefois, le FNDU réitère son attachement au dialogue, comme seule voie à même de créer un climat de confiance entre les partenaires politiques. Et par delà s’engager dans une élection inclusive.

La surprise est venue de la part de Messaoud Ould Boulkheïr, président de l’APP, partenaire du pouvoir dans le fameux dialogue de 2011 et jusqu’ici participationniste, en tout cas, dans les dernières élections législatives et municipales. Pour Messaoud, il faut revoir la constitution du Conseil Constitutionnel et la destitution de la CENI. Appelé à se présenter par le président de la République, en personne, Ould Horma de Sawab, aurait décliné l’offre présidentielle.

En soulignant, comme prétexte de refus, son alliance avec Messaoud Ould Boulkheïr, avec qui il partage la même requête précitée. Toutefois, une source proche de l’APP n’écarte pas la candidature possible d’Ould Boulkheïr, si bien sûr certaines conditions soient remplies.

Le bureau exécutif de l’APP était en réunion hier afin de prendre la décision définitive du parti par rapport à la présidentielle en vue. En tout cas, passé comme tel, s’il allait encore passer, le scrutin du 21 juin prochain ne risque pas de connaître d’enjeux sérieux. Si un revirement à la 6/6 en 2009 n’allait se produire, on s’achemine vers une élection présidentielle à la Maaouya, de 1997. Des candidatures suscitées pour apporter un brin de crédibilité qui fait cruellement défaut. Sans surprise, le président sortant-rentrant sera réélu au nombre de voix, qui lui conviendraient. A lui de choisir.

Cela ne dépend que de lui. Du déjà vu… C’est dire, pour rappeler les engagements et arguments d’Ould Abdel Aziz, alors colonel, qui venait de débarquer Maaouya, pour disait-il, la pourriture de la situation politique et sociale et une pratique artificielle, factice et malsaine de la démocratie, qu’on n’est pas très loin de la situation, qui prévalait à l’époque. On assiste depuis quelque temps, à un repli identitaire prononcé. Où des communautés marchent pour protéger leur chapelle. D’autres sont même accueillies avec honneur par le premier citoyen du pays.

Certaines sont accueillies par les gaz lacrymogènes. Un démembrement de la société, qui en dit long et grave sur la crise sociale. En face, un pouvoir qui se suffit de son bilan. De sa Mauritanie Nouvelle, la meilleure des mondes. Un décalage, en bonne et due forme, entre le discours officiel et la réalité du terrain. Un peu du déjà vu.

Avec une élection présidentielle, qui va avec. Du déjà vu, elle aussi. Une réédition, en somme, de l’ancienne Mauritanie. On en est là. On se souvient bien de ce qui est arrivé après. Ce n’était pas prévu, certes. Pas prévu, par le pouvoir de l’époque et ses thuriféraires. Au finish, le président Mohamed Ould Abdel Aziz, sera réélu, dans des conditions similaires à celles qui ont vu l’homme qu’il a déposé, en août 2005, s’élire, se réélire. Une histoire d’éternel recommencement. Qui se perpétue. Et qui finit bien, toujours, c’est évident, par un autre recommencement.

AVT

Source:Rmibiladi
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires